Aslim Taslam

 

- N°81 Novembre 2009 -

Sommaire | Archives | Le mag

Famille

Format texte pour l'impression   Envoyer cet article à un ami
 

Adolescence : Agitation ou transition ?

 

L’étape de l’adolescence est souvent perçue comme un moment d’agitation et de détresse tant pour les adolescents que pour les parents. Les parents se soucient du type d’amis que leurs adolescents auront, s’ils réussiront bien à l’école ou pas et décideront de poursuivre leurs études plus loin, et quel « contrôle » ils auront sur les décisions de l’adolescent. Les plus grandes craintes incluent les problèmes de drogue ou d’alcool, les ennuis avec le système légal, les rapports hors mariage et le suicide. En plus de toutes ces problèmes, les parents musulmans seront concernés si leur adolescente portera le voile, fera la prière correctement et à l’heure, jeûnera pendant le mois de Ramadhan, évitera les contacts avec des membres de l’autre sexe, respectera ses parents et les autres adultes. Traiter tous ces soucis peut être moins stressant si les parents savent à quoi s’attendre lorsque leur enfant entre dans cette phase du développement.

 

L’adolescence est généralement considérée commencer autour de l’âge de 12 ou 13 ans et terminer à 18 ou à 19 ans. C’est une période de transition entre l’enfance et l’âge adulte mais qui n’est pas du tout universelle. Dans beaucoup de cultures et de sociétés, il n’y a pas de telle phase du développement puisque le mariage et ses responsabilités associées occurrent à un jeune âge. L’adolescence est présente dans d’autres sociétés dues aux facteurs sociaux, économiques, et culturels qui produisent un décalage entre la capacité de se reproduire biologiquement et les espérances sociales pour la reproduction. En tant que Musulmans, nous devons observer la validité de cette étape puisque nous savons que la responsabilité (Takleef) pour nos pensées et actions commence à la puberté (Buloogh). Ceci signifie que même si nous ne pouvons ne pas être un « adulte » socialement, nous sommes considérés comme tel spirituellement. Évidemment ceci devrait évoquer toutes sortes de drapeaux rouges et avertissements pour les parents, se rendant ainsi compte que la tâche d’éducation est la plupart du temps achevée à l’âge de 12 ou 13 ans, ou selon l’âge où l’enfant atteint la puberté. À ce moment-là, le jeune sera complètement responsable devant Allah de tout ce que il fait. Ceci ne signifie pas qu’être parent finit à ce moment-là, mais cela accentue la signification de ces premières années et le rôle crucial que les parents jouent. Nous devons établir une base solide de sorte que nos enfants fassent les choix appropriés au moment venu.

Pour ceux qui sont dans une société où l’adolescence est considérée comme une phase de développement distincte, il est salutaire de comprendre certaines de ses caractéristiques générales. La perception que cette période de la vie est une période d’agitation et de détresse est liée à la croyance générale que le conflit parent-adolescent est inévitable et qu’il continuera jusqu’à ce que l’adolescent parte de la maison. Bien que ceci se produise dans quelques familles, cela ne devrait pas être considéré comme la norme. Les désaccords surgiront évidemment quand l’adolescent commence à affirmer son besoin d’indépendance et de contrôle, qui est accompagné par l’augmentation de la capacité cognitive et une propre identité naissante. Les parents devraient respecter les choix de leur adolescent et stimuler son sens de la responsabilité, tant que les choix ne sont pas contraires aux principes de l’Islam. On devrait également enseigner au jeune la valeur islamique fondamentale d’être obéissant et respectueux envers les parents à un jeune âge, de sorte que lorsque la correction est nécessaire, elle est acceptée aisément. L’utilisation de ces deux stratégies devrait être efficace pour prévenir tout conflit sérieux parent-adolescent. Une note positive est que la recherche a prouvé que bien que les adolescents et leurs parents puissent différer au sujet des détails de la vie quotidienne, ils sont généralement en accord sur des questions liées aux valeurs de base. C’est un autre drapeau rouge pour signifier que nous devrions prendre conscience des valeurs que nous enseignons à notre jeunesse.

Socialement, il y a une réorganisation pendant l’adolescence car il y a plus de temps passé avec ses pairs, l’influence des adultes est réduite et devient plus indirecte et la participation à de grands groupes sociaux devient importante. Le groupe affinitaire devient plus influent et les diverses formes de pression des pairs peuvent fonctionner. Une autre note positive est que les adolescents sont plus enclins à aller avec la pression de pair qui est pro social qu’avec la pression de mauvais comportement. Le groupe affinitaire est également une source importante d’informations, d’encouragements et de connexité sociale car la personne commence à trouver son chemin dans la vie. En tant que parents musulmans, nous devons évidemment être préoccupés par le type d’information et d’encouragement que nos jeunes reçoivent et, par extension, le type d’amis qu’ils ont. Nous devons les encourager à nouer des amitiés et des rapports avec ceux qui ont les mêmes valeurs islamiques que nous essayons de donner. Les enfants qui ont développé un amour pour l’Islam suivront naturellement ce chemin.

L’adolescence peut être une splendide période de la vie pour les deux, parents et jeunes, alors que se produit la transition de l’enfance vers l’âge adulte. Si les graines de l’Islam ont été plantées au commencement, puis arrosées et consolidées tout au long, une belle et fleurissante plante se dévoilera. Il devrait alors y avoir peu souci concernant les nombreux problèmes qui peuvent apparaître pendant cette période. Contrairement à la croyance que c’est un moment de conflit entre les parents et l’adolescent, cela peut réellement être une période de croissance mutuelle, d’amour et de respect. Le rapport de parent-enfant changera dans cette phase au fur et à mesure que l’indépendance et la responsabilité se développent, et le nouveau lien qui se créée peut être enrichissant et extrêmement satisfaisant pour les deux.

Qu’Allah, subhana wa ta’ala, nous aide à être des parents exemplaires et nous aide à élever des enfants pieux.

Dr Aisha Hamdan, Professeur Assistant à l’Université de Sharjah (UAE)


Source : Misson Islam

 

Leila R.
Du même auteur...


 Autres articles dans la rubrique Famille

Tous les articles


Sommaire | Archives | Le mag
TOUS DROITS RESERVES © 2001-2008 Aslim Taslam