Aslim Taslam

 

- N°83 Février 2010 -

Sommaire | Archives | Le mag

On a lu

Format texte pour l'impression   Envoyer cet article à un ami
 

Ne sois pas Triste

 

 

Ma rencontre avec « Ne sois pas Triste », commence d’abord par une rencontre à Sharjah, avec Radhia, une finlandaise convertie mère de 7 enfants dont l’organisation familiale me séduit complètement. En fin de soirée elle me traîne dans sa chambre et sort de sa table de chevet ce qu’elle appelle ses « Spiritual Vitamins » (vitamines spirituelles) : « Don’t be sad » [1]. Elle me résume brièvement l’objectif de ce livre tout en le serrant contre elle, me décrit l’état dans lequel il la laisse à chaque fois qu’elle s’y plonge. Une faiblesse, une déprime, manque de foi... elle parcourt ce livre pour optimiser à nouveau chacune de ses journées.

De retour en Angleterre et lors d’une visite à la Mosquée Centrale de Londres et au Centre Culturel Islamique avec une amie, je tombe nez à lettre sur le fameux best seller. J’allais lui en parler comme si je l’avais lu dix fois, mais elle me coupe la parole pour me faire son exposé : remède, énergisant, motivant, traitement contre la solitude et la tristesse, « Don’t be sad ? Mais qui ne l’a pas lu ? » fin de l’exposé ! Gloups... « moi » !
Je n’ai plus hésité, c’était un peu comme s’il m’attendait, et même s’il n’était pas encore traduit en français à l’époque j’ai pris le risque d’alourdir mes cartons, car la décision était prise de quitter ‘Angleterre pour Dubai les jours qui suivirent... Celles qui l’ont lu auront su me motiver !

De retour à Sharjah, une fois installée et prise dans une routine où la débrouille devient chef, je sors mon « Don’t be sad » d’un carton histoire de combler la solitude du soir. Ainsi commence une traduction sans relâche des 200 premières pages... Chaque phrase jaillissant en forme et en sens !

Dès les premières lignes je me sens transporter vers le présent ! Epoustouflante impression à l’heure où pleure le passé... Je ne sais pas ce que peuvent procurer comme effet les antidépresseurs naturels ou autres, mais la forte sensation d’apaisement et de décompression qui s’offre à moi dès le début de lecture me donnent envie de l’offrir comme alternative aux dépressifs de mon entourage.

« Les battements du cœur de l’être humain, lui disent que la vie n’est qu’une question de minutes ou de secondes. » Et s’en suit toute une armée de mots moralement ajustés qui me prennent à la gorge, sans me faire mal pour autant, mais juste en me visant...

J’ai découvert une forme de lecture séduisante, pointilleuse, qui va droit au but. Soutenus par Les Paroles Véridiques d’Allah Taala, et de Son messager Mouhammad saws, soulevés par les récits des compagnons (qu’Allah leur fasse miséricorde), embellis par des exemples de savants, poètes, médecins, des écrits bouleversant tout âme en quête de réforme. Je n’ai pas le sentiment de lire un livre mais plutôt d’écouter un long discours qui cible les zones sensibles. D’ailleurs je parle au présent car c’est vraiment une vitamine qu’on pose sur sa table de chevet et qu’on reprend à chaque coup de barre. En le lisant je me sens secouée par des ordres de vie, poussée en avant, mise au pieds du mur par un auteur qui au fil des pages m’impose le délaissement de l’inquiétude, je me sens invitée à exclure l’ennuie de ma vie, à être satisfaite, être moi même, je me sens inspirée à mieller l’acidité et le plus pertinent, oui le plus émouvant, à rechercher la grâce de la douleur !

« Il se pourrait que les corps se rétablissent par des maladies » nous dit Al Qarni à la page 416 en nous apprenant par exemple que le scorpion possède un sérum empoisonné qui guérit certaines maladie comme la paralysie et en citant un exemple concret. Ce que j’aime dans ce genre d’écrit, c’est qu’on ne rêve pas, non, on s’éveille au contraire, réalisant tout simplement la véritable définition du mot vie. L’auteur m’entraîne à travers ses expériences, connaissances, ses rencontres personnelles, à réfléchir sur mes propres émotions, au point d’en devenir spectateur. Il chercher à sécher les larmes causées par des situations qui changent pour laisser couler celles de la crainte et de l’espoir, il nous dit clairement de ne plus être triste, il l’ordonne et le fait bien.

Ma conclusion : Je prescris ce complément spirituel à toute personne joyeuse ou triste ! Un boost-seller à garder sous sa lampe de chevet...

 

(JPEG)

Pour en savoir plus

Lire

Ne sois pas triste,
Dr ’Aïdh Al Qarni,
International Islamic Publishing House,
ISBN 9960-9748-8-X,
19 €
 

 

 

 

 

 

 



[1] « Ne sois pas triste », Aïd Al Qarni

 

Fatima Zahra T.
Du même auteur...


 Autres articles dans la rubrique On a lu

Tous les articles


Sommaire | Archives | Le mag
TOUS DROITS RESERVES © 2001-2008 Aslim Taslam