Aslim Taslam

 

- N°84 Mars 2010 -

Sommaire | Archives | Le mag

Nature

Format texte pour l'impression   Envoyer cet article à un ami
 

L’Afrique et l’écologie

 

(JPEG) En Afrique, une relation très forte unie l’homme et la nature. Il est né avec elle, l’aime et la côtoie tout au long de son existence, profitant de ses bienfaits, que ce soit pour ses besoins, son habitat, son alimentation ou sa santé...

 

L’africain connaît sa nature, il porte en lui les traditions bonnes ou mauvaises visant à toujours se tourner vers elle. Il aime sa terre, mais comme un courant venu d’ailleurs le pousse à la dégrader.

Les constructions s’élèvent, l’importation pour une vie moderne augmente chaque année, le développement urbain n’est pas contrôlé, et les infrastructures sanitaires font défaut.

La pénétration du système de consommation à l’occidentale dans les pays en voie de développement, reste la cause principale de l’énorme pollution et de l’appauvrissement de ces pays. Pour preuve les quantités énormes d’emballages divers, de plastiques, de couches, piles, etc jetés dans la nature, ne peuvent être recyclés, faute de mécanisme prévu à cet effet. Résultat, on constate un désastre écologique grandissant ! Imaginez toutes ces personnes vivant à la campagne dont aucune habitude de vie ne les a préparé à consommer couches, yaourts, produits divers emballés, conserves... sans aucune information concernant l’impact néfaste que cela cause à l’environnement : pollution de l’air et de l’eau, déforestation, désertification, raréfaction des ressources en eau, gestion dramatique des déchets, et appauvrissement du sol dû à une diminution de l’infiltration de l’eau. Comment un pays peut se développer s’il détruit son plus gros capital santé : la vie.

Au Mali des solutions de secours se mettent doucement en place espérant ainsi éviter la disparition précoce de leurs bêtes, en effet, les animaux ne cessent de mourir prématurément à cause de la pollution plastique, qui, une fois avalée, reste dans la panse des animaux, bouchant sa digestion. S’en suit une importante diminution de production de lait et de viande concluant par la mort du bétail et une perte colossal pour la population.

A l’heure d’aujourd’hui en Afrique, les déchets sont stockés puis brûlés à l’écart, malgré que cela soit très dangereux et nocif, ils estiment que la quantité des gaz toxiques émis reste minime le temps de mettre en place des solutions adéquates.

En attendant, il existe des personnes qui luttent tant bien que mal pour la protection de l’environnement, nous allons en citer quelques unes :

-  Zeta Ouedraogo, représentante de l’association Vie Meilleure de Ouahigouya, travaille au recyclage des déchets plastiques du Burkina Faso en les transformant en sacs et cabas tissés ou tricotés. Cette association aborde les questions d’environnement, du travail des femmes, du développement économique et social, mais aussi du commerce équitable et de la créativité.

-  L’association SHE, utilise des matières premières locales (fibres de bananes) au lieu de tous les matériaux importés, afin d’assurer à des millions de filles, l’accessibilité aux sanitaires hygiéniques.

Pour en savoir plus
Site http://sheinnovates.com/ (en anglais)

 

Fatima Zahra T.
Du même auteur...


 Autres articles dans la rubrique Nature

Tous les articles


Sommaire | Archives | Le mag
TOUS DROITS RESERVES © 2001-2008 Aslim Taslam