Aslim Taslam

 

- N°17 Mai 2002 -

Sommaire | Archives | Le mag

Perspectives

Format texte pour l'impression   Envoyer cet article à un ami
 

Manifestation pro-palestienne du point de vue de la Chari’a

 

On m’a affirmé aujourd’hui que c’était contre la "Sounna" de manifester et protester. Nous voulons faire quelque chose pour aider les Musulmans en Palestine, et nous avons décidé d’organiser une manifestation pacifique. Est-ce permis ?

 

Au Nom d’Allah, le Très Miséricordieux, le Tout Miséricordieux.

Toutes les louanges et les prières sont pour Allah, et la paix et les bénédictions soient sur Son Messager.

Chère interlocutrice, merci de nous faire confiance. Nous avons en effet reçu votre question. Nous prions Allah Tout Puissant de placer nos efforts à la hauteur de votre espérance.

En réponse à votre question, Cheikh Sadiq Mouhammad Sulaym, Imam du Ministère Koweïti des Awqaaf et membre du Département Koweitï de Fatwa, déclare :

“Si les Musulmans sont dans un état de guerre avec les kouffar (mécréants) et qu’il existe un groupe de Musulmans attaqués quelque part dans le monde qui ont besoin de l’aide d’autres Musulmans, alors il devient obligatoire pour tous les Musulmans de leur venir en aide autant qu’ils le peuvent. Le terme d’aide comprend à la fois le combat, l’aide financière, la dénonciation publique de la situation et même la défense de leur cause par la presse. Défendre les Musulmans opprimés est une obligation du monde entier.

Sachant l’avance et les changements de moyens de coopérations modernes, si nous voyons que de telles manifestations ont un effet sur l’opinion mondiale et atteignent la réputation de l’ennemi, alors cela peut être quelques fois considéré comme une obligation pour les Musulmans, selon l’intensité des besoins de manifester ainsi que du degré de persécutions dont les Musulmans souffrent.

Comme nous le constatons, malheureusement, les Musulmans sont dans une position qui n’oppose aucun obstacle sérieux aux ennemis de l’islam ; ces derniers ne sont même pas inquiétés car ils ne voient aucune union entre les Musulmans. Nous nous devons ainsi de gagner le soutien d’autres personnes, autant que le besoin s’en fait sentir.

A ceux qui disent que les moyens de la Da’wa ne sont pas ouverts à l’ijtihad ou ne sont pas amenés à changer, nous voudrions leur citer le Hadith du Prophète saws dans lequel il demanda à Mou’ad Ibn Jabal, qu’Allah soit satisfait de lui, à l’occasion de son départ pour le poste de juge au Yémen : Comment jugerais-tu les affaires qu’on te présenterait ? Mou’ad répondit au Prophète saws qu’il ferait appel à son propre ijtihad dès lors qu’il ne trouverait aucune solution dans le Coran ou la Sounna.

S’il est permis de pratiquer l’ijtihad dans les principes généraux de l’islam, comment ne pas le permettre dans le cas d’un guerre, ce sur quoi le Prophète saws a dit : "La guerre est la tromperie" ?! N’est-il pas permis de mentir et tromper son ennemi en temps de guerre ? Les manifestations ne sont elles pas plus louables que le mensonge, et plus faciles ?

En affirmant cela, j’en conclus qu’il est permis aux Musulmans d’organiser des rassemblements pour résister à l’ennemi et gagner l’opinion publique mondiale à la cause palestinienne.”

Ce qui suit éclaire un peu plus le sujet ; cette fatwa de l’éminent conférencier et auteur, Cheikh Mohammad Salih al Mounajid :

“Il n’y a rien de mal pour les Musulmans à manifester dans le but de soutenir leur frères Musulmans en Palestine et d’attirer l’attention des gouvernements du monde sur les crimes dont les Juifs sont coupables envers eux. Bien plus encore, les Musulmans devraient utiliser tout moyen efficace et islamiquement acceptable de soutien de la question palestinienne.

Toutefois, les manifestations peuvent impliquer certaines actions qui sont interdites par la Chari’a. De fait, il est essentiel de s’en éloigner. Parmi ces actions déconseillées, on peut citer les suivantes :

-  des femmes sortant avec bijoux et maquillage ; accompagnant leur marche avec de la musique.

-  crier des slogans incorrects, tels que "Al Quds (Jérusalem) est arabe et restera arabe" (en fait, Al-Quds est islamique et pas pour les arabes uniquement) ;

-  brandir des photos à l’effigie de personnalités ; être désagréable avec les autres en bloquant la route ou en les empêchant de circuler.

-  utiliser des mots insultants et dégradants incompatibles avec la Chari’a ; mélanger hommes et femmes dans la manifestation ; imiter les mécréants dans une de leurs caractéristiques particulières comme l’habillement ou certains symboles ques les manifestants arborent.

-  Commettre des actes de vandalisme contre la propriété d’innocentes personnes, comme détruire les boutiques ou leurs vitrines, ou incendier les installations publiques, et toutes autres actions Haram. ”

Nous voudrions souligner qu’en disant que les hommes et les femmes ne devraient pas se mélanger à la manifestation, il faut comprendre que seule la mixité indécente ne devrait pas être tolérée. Les femmes qui rejoignent la manifestation doivent s’attacher au code vestimentaire islamique et ne devraient pas se rallier aux hommes de manière indécente. Elles ne devraient pas non plus s’égosiller, ce qui entamerait leur nature et diminuerait leur pudeur. Je suggère aux participants de la manifestation de s’aligner comme pendant la Salat, i.e les hommes devant et les femmes derrière.

Ce conseil est clarifié dans la fatwa suivante, exprimée par le Dr Ahmad Sa’id Hawwa, professeur de jurisprudence islamique et de ses principes aux universités jordaniennes :

“Si une manifestation attire une foule imposante, entraînant par là le mélange entre les personnes, alors il n’est pas permis aux femmes d’y participer. Toutefois, si le rassemblement est correctement organisé, de façon que les femmes marchent ensemble sur des lignes séparées de hommes, ou marchent sans être pressées, alors cela est permis.

Ce qui importe ici est l’impact du rassemblement. Par exemple, s’il existe une probabilité plus importante que les femmes soient soumises à des incivilités de la part des manifestants ou de la police, alors elles ne doivent pas participer. Ceci est basé sur la règle juridique qui dit : lever une difficulté passe avant obtenir un bénéfice. Ceci ne doit pas être compris comme une interdiction de servir l’Islam car il existe de nombreuses occasions où les femmes peuvent aider à la cause d’Allah.”

Qu’Allah nous guide sur la voie droite, et vous guide vers ce qui Lui plait, Amin.

Et Allah Tout Puissant sait mieux.

 

Cette fatwa provient du site Islam Online.


 

Abd-ul-Jalîl B.
Du même auteur...


 Autres articles dans la rubrique Perspectives

Tous les articles


Sommaire | Archives | Le mag
TOUS DROITS RESERVES © 2001-2008 Aslim Taslam