Aslim Taslam

 

- N°8 Juillet 2001 -- N°76 Mai 2009 -

Sommaire | Archives | Le mag

Le Livre

Format texte pour l'impression   Envoyer cet article à un ami
 

Shakawa Wahulol, Problèmes et solutions
Ecrit par Sheikh Muhammed Salih Al-Munajjid

 

Sommaire

  • Introduction
  • Dormir et manquer la prière de l’aube (Salat Al Fajr)
  • Rire excessivement
  • Waswaas (pensées suggérées par le shaytaan)
  • Veiller tard
  • La colère

 

INTRODUCTION

Gloire à Allah, nous Le louons et recherchons Son secours, et nous cherchons refuge auprès d’Allah du mal en nous-mêmes et de nos mauvaises actions. Personne ne peut égarer celui qu’Allah guide, et personne ne peut guider celui qu’Allah égare. J’atteste qu’il n’y a d’autre divinité qu’Allah , qu’Il n’a ni partenaire, ni associé et j’atteste que Muhammed est son Serviteur et son Messager.

« Ô vous qui croyez ! Craignez Dieu à sa juste mesure et veillez bien à ne mourir que dans la foi islamique (en musulmans) en soumission complète à Allah »
Sourate 3, Al ’Imran (La famille d’Imran), verset 102

« Ô gens ! Soumettez vous à votre Seigneur, qui vous a créés à partir d’une seule et même personne et Il lui en créa son épouse, et à partir d’eux deux, Il créa des hommes et des femmes en grand nombre. Crains Allah à travers de Qui tu exiges des droits réciproques et les matrices (des liens de parenté). Pour sûr, Allah t’observe en permanence. »
Sourate 4, An-Nisaa’ (Les femmes), verset 1

« Ô vous qui croyez ! Consacrez-vous à Allah et craignez-Le et dites (toujours) la vérité. Il vous guidera vers les bonnes actions et Il vous pardonnera vos péchés. Et quiconque obéit à Allah et à son Messager, il a en effet accompli une grande réussite. »
Sourate 33, Al-Ahzaab (Les coalisés), verset 70

Au cours de différentes discussions et conférences, des frères m’ont posé des questions, notamment concernant certains problèmes, les maladies du cœur (c’est à dire les problèmes spirituels), et les vrais obstacles auxquels ils doivent faire face.

Cette série de questions a été compilée pour la publication, et je la présente maintenant à mes frères dans l’espoir que cette action puisse être incluse dans celles citées dans le hadith du Prophète (Paix et bénédictions d’Allah sur lui) : "Quiconque soulage un croyant d’une part de la douleur de ce monde, Allah le soulagera d’une part de douleur le Jour du Jugement...Allah aidera Son serviteur aussi longtemps que le serviteur aide son frère. " ( Sahih Muslim ) Je demande à Allah de nous donner à mes frères et à moi la force d’accomplir de bonnes actions et la force d’éviter le mal, et de nous sauver le Jour des Regrets, car Il est le Meilleur à qui demander et Il est capable de toutes choses.


DORMIR ET MANQUER LA PRIERE DE L’AUBE (SALAAT AL FAJR)

Un frère se plaignait : " Je manque Salat al-Fajr la plupart des jours, et il est rare que je fasse cette prière à son heure. Habituellement, je ne me lève pas avant que le soleil ne soit levé, ou au mieux je me lève après l’heure de prière du fajr en communauté (jamaa’ah). J’ai essayé de me lever à l’heure, mais sans succès. Quelle est la solution à ce problème ?"

Louange à Allah. La solution à ce problème, comme pour les autres, se décline sous deux aspects : théorique et pratique.

L’aspect théorique peut être divisé en deux points supplémentaires :
1. Le Musulman devrait connaître l’importance de salaat al-fajr aux yeux d’Allah, soit-Il glorifié. Le Prophète (Paix et bénédictions d’Allah sur lui) disait  : " La prière de l’aurore effectuée en congrégation équivaut à une nuit entière de prières. " (Muslim, p.454, n°656 ; al-Tirmidhi, 221)

Le Prophète (Paix et bénédictions d’Allah sur lui) ajouta : " Les prières les plus pesantes pour les hypocrites sont salaat al-’isha’ et salaat al-fajr, mais s’ils savaient seulement ce qu’elles contiennent en récompense, ils viendraient même s’ils devaient ramper. " (Rapporté par Imam Ahmad, al-Musnad, 2/424 ; Sahih al-Jaami’, 133).

" Quiconque prie al-fajr est sous la protection d’Allah. Ne vous mettez pas dans une situation où vous devrez rendre compte de votre négligence à Allah. " (Rapporté par al-Tabaraani, 7/267 ; Sahih al-Jaami’, n°6344).

" Les anges se relaient auprès de vous nuit et jour. Ils se rencontrent à la salaat al-fajr et à celle d’al-’asr, ceux qui sont restés auprès de vous pendant la nuit reprennent leur ascension et sont questionnés par Celui Qui Sait mieux qu’eux : ’Comment avez-vous laissé Mes Serviteurs ? ’ Ils disent : ’En partant, nous les avons laissé en train de prier et en revenant, nous les avons trouvé en train de prier.’ " (Rapporté par al-Bukhaari, al-Fath, 2/33).

" La meilleure des prières aux yeux d’Allah est la prière de l’aurore effectuée en congrégation, le vendredi. " (Rapporté par Abou Na’im, al-Hilyah, 7/207, et al-Silsilah al-Sahihah, 1566).

D’après un hadith sahih : " Quiconque prie al-Bardayn entrera au Paradis. " (Rapporté par al-Bukhaari, al-Fath, 2/52). Al-Bardayn sont al-fajr et al-’asr .

2. Le Musulman devrait comprendre la gravité de manquer salaat al-fajr. Cela est expliqué dans le hadith cité ci-dessus :
" Les prières les plus pesantes pour les hypocrites sont salaat al’isha’ et salaat al-fajr... "

Dans Al-Sahih, il est rapporté que Ibn ’Umar (Qu’Allah soit satisfait d’eux deux) dit : " Quand nous ne voyions pas une personne aux prières du fajr et de l’’isha’, on pensait à elle en mal. " (Rapporté par al-Tabaraani dans al-Mu’jam al-kabir, 12/271. Al-Haythami disait des hommes de al-Tabaraani qu’ils étaient muwaththaqoon - dignes de confiance. Al-Majma’, 2/40). Ils pensaient du mal d’une personne absente lors de ces deux prières car la régularité dans leur performance est une indication de la foi et une mesure de la sincérité. Les autres prières peuvent être plus faciles à effectuer car elles conviennent mieux aux circonstances personnelles et elles s’imbriquent plus facilement entre les temps de travail et de sommeil. Seulement ceux qui sont déterminés et sincères, ceux qu’on considère comme bons sont capables de prier fajr et ’isha’ régulièrement en congrégation.

Cet autre hadith souligne la gravité de manquer salaat al-fajr : " Quiconque prie le fajr est sous la protection d’Allah. Ne vous mettez pas dans une situation où vous devrez rendre compte de votre négligence à Allah, parce que quiconque se trouve dans cette situation sera mis à part et jeté ensuite dans le Feu de l’Enfer. " (Rapporté par Muslim, p.454)

Ces deux points devraient suffire à motiver le cœur du musulman dans son ardeur à ne pas manquer le fajr. Le premier point le poussera à s’efforcer de gagner la récompense du fajr, et le second agira comme un avertissement qui le dissuadera de commettre le péché de négligence.

L’approche pratique de ce problème inclut un certain nombre de mesures que le Musulman peut prendre afin de s’habituer à accomplir la salaat al-fajr régulièrement en congrégation. Ces mesures incluent :

· Se coucher tôt. Selon un hadith sahih, le Prophète (Paix et bénédictions d’Allah sur lui) n’aimait pas dormir avant ’isha et parler après. Le Musulman ne devrait pas dormir avant la salaat al-’isha’ parce qu’ évidemment la plupart de ceux qui dorment avant se sentiront aussi fatigués et lourds que s’ils avaient été malades pendant le reste de la nuit.

De plus, le Musulman ne devrait pas parler après ’isha’ et les savants ont expliqué pourquoi cela est déconseillé  : les discussions maintiennent les gens éveillés jusque tard dans la nuit, alors ils craignent de s’endormir et de manquer qiyaam al-layl, ou l’heure correcte ou prescrite pour la prière du fajr.

La discussion qui n’est pas appréciée après l’’isha’, comme l’expliquent les savants, est celle dans laquelle il n’y a pas de bénéfice clair ; mais s’il y a un bénéfice - tel qu’étudier et développer sa connaissance, connaître les histoires des gens droits, parler à un invité, passer du temps avec sa femme et sa famille, parler aux voyageurs et prendre soin d’eux et de leurs bagages, ou pour toute autre raison valable - alors il n’y a rien de mal dedans. Cela n’a aucun rapport avec les raisons pour lesquelles tellement de gens veillent aussi tard de nos jours, c’est à dire pour faire le mal et commettre des péchés ! Donc le Musulman doit se coucher tôt, pour qu’il puisse se lever dans un état frais pour prier fajr et éviter le type de veillées tardives qui le fatigue et l’empêche de se lever pour prier fajr en congrégation.

Il est clair que les gens ont des besoins différents en ce qui concerne le sommeil et il est donc impossible de dicter des heures particulières pour se coucher, mais chaque personne devrait s’attacher à dormir à l’heure qui lui permettra de se lever facilement pour salaat al-fajr. Si une personne sait par expérience que dormir après 23h00, par exemple, signifie qu’elle n’arrivera pas à se lever pour fajr, alors d’un point de vue islamique elle ne doit pas se coucher plus tard ...et ainsi de suite.

· S’assurer que l’on est propre (taahir) et réciter adhkaar (prières) avant de s’endormir. Cela aide la personnes à se lever pour le fajr.

· Avoir une intention sincère et être déterminé à se lever pour le fajr au coucher . Mais une personne qui se couche en espérant que le réveil ne fonctionne pas et que personne ne vienne la réveiller, ne sera pas capable - avec une intention aussi corrompue - de se lever pour prier le fajr aussi longtemps qu’elle a cette mauvaise intention.

· Se rappeler Allah dés le réveil. Certains peuvent initialement se lever, et retourner se coucher. Mais si on se remémore Allah dés le réveil, cela dénouera les nœuds du shaytan et motivera à se lever. Quand on accomplit wudoo’ (les ablutions), notre détermination devient plus forte et on éloigne encore davantage le shaytan ; lorsque l’on prie, on fait échec au shaytan, et notre balance de bonnes actions pèse encore plus lourd et on se sent heureux et plein d’énergie.

· Rechercher l’aide de sa famille ou d’amis pour prier le fajr et s’encourager mutuellement à cet effet. Cela est essentiel et très certainement inclus dans les mots d’Allah (interprétation du sens) :

« Aidez vous les uns les autres dans al-birr et al-taqwa (la vertu, la droiture et la piété)... »
Sourate 5, Al-Maa’idah (La table servie), verset 2

« Par al-’asr (l’heure). Assurément ! L’homme va à sa perte, sauf ceux qui croient et accomplissent les bonnes œuvres et se recommandent la vérité et se recommandent la patience. »
Sourate 103, Al-’Asr (Le temps), versets 1-3

Le Musulman devrait encourager sa femme, par exemple en la réveillant pour prier le fajr et elle devrait l’encourager, peu importe son état de fatigue et d’épuisement. Les enfants devraient également rechercher l’aide de leur père pour se lever, donc il peut les réveiller quand il est l’heure de la prière. Aucun père ne devrait dire : "Ils ont des examens, ils sont fatigués. Laissons-les dormir, les pauvres enfants. " C’est une erreur de penser qu’en agissant ainsi on est un parent gentil et miséricordieux  ; la vraie grâce des parents consiste justement à réveiller les enfants pour qu’ils adorent Allah.

« Ordonne à ta famille de pratiquer la prière et soit patient en leur offrant les prières... »
Sourate 20, Ta-Ha, verset 132

Tout comme les membres d’une même famille devraient s’aider et s’encourager les uns les autres à prier le fajr, les frères en Islam devraient s’entraider. Par exemple, les étudiants universitaires vivants dans la même résidence peuvent s’encourager en frappant à la porte du voisin pour qu’il se lève prier et adorer Allah.

· Prier Allah de nous aider à nous lever pour prier al-fajr en congrégation. La Du’aa est l’une des plus grandes sources de force et de succès en toutes choses.

· Utiliser des moyens variés pour se réveiller, par exemple les réveils. Ils doivent être situés aux endroits les plus appropriés. Certains placent leur réveil juste à côté de leur tête et quand il sonne, ils l’éteignent et se rendorment aussitôt. Ces personnes doivent mettre leur réveil un peu plus loin, afin qu’elles se réveillent réellement pour l’éteindre.

On peut aussi s’arranger pour recevoir des appels de réveil par des compagnies de téléphone, et aucun Musulman ne devrait considérer ce service comme étant trop onéreux s’il en a le besoin, car il s’agit d’une dépense dans le chemin d’Allah, et se lever pour répondre au commandement d’Allah ne peut être mesuré en terme de richesse matérielle.

Jeter de l’eau au visage de la personne qui dort. Le Prophète (Paix et bénédictions d’Allah sur lui) louait l’homme qui se lève la nuit pour prier et qui réveille son épouse, et quand elle refuse de se lever, il lui jette de l’eau au visage ; et il louait la femme qui se lève la nuit pour prier et qui réveille son époux et quand il refuse de se lever, elle lui jette de l’eau au visage (Rapporté par Imam Ahmad, Musnad, 2/250  ; Sahih al-Jamami’, 3494).
Asperger d’eau le visage de quelqu’un est un des moyens de réveiller une personne pour la prière qui sont prescrits dans la chariah. En fait, c’est assez rafraîchissant et énergisant. Ce genre de réveils peut en énerver certains, et ils peuvent se mettre à crier, jurer et proférer des menaces ; c’est pourquoi la personne qui cherche à réveiller l’autre doit faire usage de sagesse et de patience, et se rappeler que plus rien n’est inscrit sur le registre de celui qui dort (c’est à dire, ses actions ne sont plus enregistrées quand il dort) - et ainsi pouvoir faire face à tout mauvais traitement, et ne pas se dissuader de réveiller les gens pour la prière.

· Ne pas dormir seul. Le Prophète (Paix et bénédictions d’Allah sur lui) interdit à un homme de dormir seul. (Rapporté par l’Imam Ahmad, Musnad, 2/91  ; al-Silsilah al-Sahihah, n°60). Peut être que la sagesse derrière cette interdiction est qu’une personne se laisse aller à dormir de trop quand il n’y a personne pour la réveiller pour la prière.

Ne pas dormir dans des endroits reculés où il ne viendrait à l’esprit de personne que quelqu’un puisse y dormir, comme par exemple une personne qui dort sur le toit de sa maison sans dire à sa famille où elle est, ou dormir dans une partie reculée de la maison ou de la résidence universitaire, afin que personne ne puisse la réveiller, tout le monde pensera que cette personne est à la mosquée alors qu’en fait elle dort. Quiconque a besoin de dormir à l’écart des autres devrait dire à ceux autour de lui où il sera afin qu’ils puissent venir le réveiller.

· Etre vif et actif au réveil. On devrait se lever immédiatement et non pas se lever par étapes, comme certains le font. On peut être réveillé plusieurs fois, et chaque fois qu’on se lève et que l’ami part, on se recouche. Se lever par étapes en général est un échec, la seule façon d’éviter de se rendormir est de se lever immédiatement.

· Ne pas mettre le réveil trop tôt. Si on sait qu’on a encore du temps devant nous avant l’heure de la prière, on peut penser : "J’ai encore le temps, laissez moi dormir un petit peu plus... " Tout le monde doit savoir comme se prendre en main et éviter cette situation.

· Allumer une lampe ou la lumière au réveil .Cela a pour effet de dissiper le sommeil.

· Ne pas veiller tard, même pour prier qiyaam al-layl. Certains peuvent rester tard pour prier qiyaam al-layl, et ensuite s’endormir quelques minutes avant le fajr et être incapable de se lever pour la prière. Cela arrive souvent pendant le Ramadan ; les gens restent éveillés tard et s’endorment peu de temps avant le fajr, alors ils manquent la prière. Il est clair que c’est une grave erreur, car la prière obligatoire (fard) prime sur la prière surérogatoire (naafil). Et que dire alors de ceux qui restent éveillés non pas pour prier mais pour commettre des péchés ou au mieux faire des choses acceptables ? Le shaytan peut rendre l’idée de rester éveillé attractive pour discuter de sujets importants pour certains daa’iyahs (travailleurs islamiques), ensuite ils finissent par s’endormir et manquer la prière, perdant ainsi bien plus que ce qu’ils ont gagné.

· Ne pas trop manger avant d’aller dormir. On dort d’un sommeil plus profond quand on a trop mangé. Celui qui mange beaucoup se fatigue et donc dort beaucoup, et perd donc beaucoup de choses. C’est pourquoi il faut essayer de manger léger le soir.

Avertissement concernant la malentendu à propos de l’acte sounnah qui consiste à s’allonger après la prière de fajr. Certains ont pu entendre le hadith dans lequel le Prophète (Paix et bénédictions d’Allah sur lui) disait  : " Quand l’un d’entre vous a prié, qu’il s’allonge sur son flanc droit. " (Rapporté par al-Tirmidhi, n°420 ; Sahih al-Jaami’, 642). Il est également rapporté que quand le Prophète (Paix et bénédictions d’Allah sur lui) avait prié la sounnah du fajr, il s’allongeait, ensuite Bilaal l’appelait à la prière, et il se levait pour prier. Les gens ont peut-être entendu ces hadiths, et ont tenu à suivre cette sounnah prouvée, mais ils ne comprennent pas comment le faire correctement. On peut donc prier la sounnah du fajr, ensuite s’allonger sur le coté droit et se laisser rapidement emporter dans son sommeil jusqu’au lever du soleil. C’est à cause d’un manque de bonne compréhension. Quand il s’agit de s’allonger, il n’est en rien question de s’endormir, et Bilaal avait l’habitude de venir et de dire au Prophète (Paix et bénédictions d’Allah sur lui) qu’il était l’heure de prier. De plus, comme l’a rapporté Imam Ahmad et Ibn Hibaan dans un hadith sahih, si le Prophète (Paix et bénédictions d’Allah sur lui) voulait se reposer avant le fajr, il mettait sa tête dans sa paume droite, appuyée sur son coude. (Rapporté par Ahmad, al-Musnad, 5/298 ; Sahih al-Jaami’, n°4752).Ce genre de repos empêche de s’endormir rapidement, car dans ce cas la tête est appuyée sur une paume et un coude, elle tomberait si on s’assoupissait, et donc on finirait par se réveiller. En plus de cela, Bilaal était chargé de réveiller le Prophète (Paix et bénédictions d’Allah sur lui) pour la prière du fajr.

· Prier qiyaam al-layl tard dans la nuit, juste avant le fajr de telle sorte que quand on termine le witr, l’appel pour la prière de fajr est donné et l’adoration n’est pas alors " discontinuée ". La prière de la nuit devrait être offerte pendant le dernier tiers de la nuit - qui est le moment préféré- et suivie immédiatement par la prière de fajr, quand on se sent encore éveillé et énergique.

· Suivre l’exemple du Prophète (Paix et bénédictions d’Allah sur lui) dans sa position de sommeil. On devrait donc s’allonger sur le flanc droit, placer la joue droite sous la main droite. Cette position rend le réveil facile. Le meilleur conseil est le conseil de Muhammed (Paix et bénédictions d’Allah sur lui) et c’est mieux de dormir ainsi que dans toute autre position qui rend le réveil difficile.

· S’aider en faisant une sieste au cours de la journée, dans le sens où une personne aura alors besoin de moins de sommeil la nuit.

· Ne pas dormir entre ’asr et maghrib, parce qu’après cela la personne se couchera tard, et en se couchant tard on a davantage de mal à se lever.

· Finalement, la dévotion sincère envers Allah est la meilleure motivation pour se lever pour la prière, parce qu’Allah est Celui qui contrôle toutes les aides. Si une personne est réellement sincère et son cœur brûle de dévotion envers Allah, alors Allah l’aidera à se lever pour prier al-fajr en congrégation, même si elle se couche quelques instants avant al-fajr.

Cette sincérité et cette dévotion poussent parfois certaines personnes très enthousiastes à trouver des moyens inhabituels pour s’aider à se lever, ce qui est un signe d’ardeur et d’intensité. Certains utilisent un certain nombre de réveils, en réglant chacun d’entre eux à quelques minutes d’intervalles, de telle sorte que quand ils éteignent le premier réveil, le réveil suivant sonne peu après et ainsi de suite. D’autres attachent une ficelle à leur poignée, avec l’autre bout de la ficelle pendu à la fenêtre, afin que quand un de leurs amis passent sur le chemin de la mosquée, celui ci peut tirer la ficelle et réveiller son ami pour la prière de fajr.

Voyez par vous-mêmes ce qui peut être accompli avec sincérité et détermination, qu’Allah vous guide ! Mais l’amère vérité est que la faiblesse de foi et le manque de sincérité sont largement répandu parmi les gens aujourd’hui, comme en témoigne le faible nombre de personnes qui prient dans les mosquées au fajr, et ce malgré le fait que nombreux sont ceux qui vivent près des mosquées.

Mais il n’y a aucun doute que certains dorment si profondément qu’il est davantage question de maladie, ils peuvent être excusés parce que c’est au delà de leur contrôle. Ceux-ci doivent s’adresser à Allah pour être aidés, aller voir un docteur pour trouver un remède et faire tout leur possible pour trouver une solution.

Enfin, voici un mot sur ce phénomène très connu : certains prétendent qu’il y a un hadith qui dit que la personne qui souhaite se lever pour fajr devrait réciter la dernière partie de la sourate al-Kahf avant de dormir et avoir l’intention dans son cœur de se lever à une certaine heure et cela la fera se lever à cette heure précise. Ils prétendent que c’est testé et prouvé. Nous répondons que ce hadith sahih n’existe pas, et cela n’a aucune valeur. Le meilleur exemple est celui de Muhammed (Paix et bénédictions d’Allah sur lui).


RIRE EXCESSIVEMENT

Il y a un problème qui est très commun, particulièrement auprès des jeunes. Quelqu’un m’a demandé :
" Nos assemblées entre amis et collègues sont pleines de rires excessifs, et cela va parfois très loin. Ce phénomène devient de plus en plus important. Quelle est la solution ? "

En réponse, la solution à ce problème comporte deux aspects : théorique et pratique.

L’aspect théorique peut être subdivisé encore en deux points :
§ D’abord, nous devrions savoir que le Prophète (Paix et bénédictions d’Allah sur Lui) savait se conduire quand il s’agissait de rire, et il est le meilleur exemple en la matière et en toutes choses.

Il est rapporté dans un hadith sahih que son rire n’était jamais plus qu’un sourire. (Rapporté par Ahmad, al-Musnad,5/97  ; Sahih al-Jaami’, 4861). Selon un autre hadith, il (Paix et bénédictions d’Allah sur lui) avait l’habitude de rester silencieux pendant de longues périodes et qu’il riait peu. (Rapporté par Ahmad, al-Musnad, 5/86 ; Sahih al-Jaami’, 4822). Aisha, qu’Allah soit satisfait d’elle, disait : " Je n’ai jamais vu le Messager d’Allah (Paix et bénédictions d’Allah sur lui) rire de si bon cœur que ses dents du fond se voyaient  ; il souriait seulement. " (Rapporté par Abou Daoud, n°5098).

Selon un hadith sahih, le Prophète (Paix et bénédictions d’Allah sur Lui) disait : " Ne riez pas trop, car le rire excessif tue le cœur (c’est à dire l’esprit). " (Rapporté par Ibn Maajah, n°4193 ; Silsilah al-Sahihah, n°506). Dans une autre version, il disait : " ...trop de rires corrompt le cœur. " En sachant cela, si un musulman rit à l’excès c’est comme s’il prenait une voie qui le mènerait directement à sa perte en toute connaissance de cause.
En bref, cela correspond à la réponse théorique au problème.

§ Avant de nous tourner vers les aspects pratiques, il faut souligner que rire n’est pas haraam, et les Musulmans ne doivent pas avoir un visage sévère, terne et rigide. Le rire est tout à fait naturel, et en effet Allah dit dans le Coran (interprétation du sens) :

« Et... c’est lui (Allah) qui fait rire (qui Il veut) et pleurer (qui Il veut). »
Sourate 53, An-Najm (L’étoile), verset 43


Mais le problème discuté ici - le rire excessif - a un certain nombre de mauvais effets, dont les suivants :
- Cela fait exploser les assemblées d’éclats de rire et donner l’écho des rires rauques.
- Trop rire corrompt le cœur du musulman spirituellement , et il ouvre sa bouche trop grande, au lieu d’être sérieux et de caractère sain.
- Le cas des daa’iyahs (travailleurs islamiques) qui font rire les gens pour gagner leur sympathie et avoir une influence sur eux ou c’est tout du moins ce qu’ils prétendent. Ce dont ils ne se rendent pas compte c’est que les gens se rassemblent autour d’eux seulement pour rire et ils n’en tirent aucun bénéfice.

Le problème est que certains utilisent le rire comme une valve de sécurité ou un échappatoire à leurs stress et soucis, recourrant ainsi à ce moyen inférieur au lieu de trouver une vraie solution. Je me rappelle un jeune homme qui était stressé car il était en retard dans ses études, et qu’il avait des petits soucis familiaux ainsi que d’autres problèmes. Il sortit de chez lui, tomba sur un de ses amis qui lui demanda  : " Où vas-tu ? " Il dit : " Je suis inquiet et nerveux, alors je vais voir untel, pour qu’il me fasse rire et oublier mes problèmes... " Il ne s’était pas rendu compte que la capacité de cet ami à le faire était comme une drogue qui dissipait ses soucis le temps qu’il était sous son influence mais une fois dépassée, tout est comme avant.

Le Musulman devrait savoir comment s’y prendre et il devrait traiter ses soucis et anxiétés de la façon prescrite par le Prophète (Paix et bénédictions d’Allah sur lui). Quand quelque chose l’ennuyait, il priait (Sahih al-Jaami’, 4703) et si quelque chose l’affligeait, il disait " ya Hayyou Ya Qayyoum, birahmatika astaghith (O L’Eternel, par ta pitié je cherche ton aide " (Sahih al-Jaami’, 4777). Selon un autre hadith sahih, quand il était envahi par ses soucis et par la détresse, il disait : " Ya Hayyou ya Qayyoum, bi rahmatika astaghith. Allaahou rabbi wa la oushrikou bihi shay’an( O Eternel, par ta pitié je cherche ton aide. Allah est mon seigneur et je ne lui associe rien. " (Sahih al-Jaami’, 4791).

Dans la fameuse du’a pour soulager le stress et l’inquiétude, il disait : " Allahoumma inni ’abdouka, wa’abnou ’abdika wa’abnou amatika...(O Allah, je suis ton serviteur, le fils de ton serviteur, le fils de ta servante...) "

Il s’agit d’un concept qu’il faut comprendre convenablement avant d’avancer vers une discussion sur les façons pratiques de traiter le problème du rire excessif, qui peut être traité de la sorte :

v Se rappeler la mort, la tombe, le Jour du Jugement et les comptes qu’il faudra rendre, le pont au dessus de l’enfer (al-siraat), le feu, et les autres terreurs de l’Au delà. La façon de se remémorer ces choses est de lire les textes qui décrivent ces scènes et de les étudier en détails ainsi que les commentaires, et de côtoyer des ascètes (zaahid) dont le cœur est dévoué à Allah.

v Penser à la situation des Musulmans et à leurs souffrances quand ils sont détournés de leur religion  ; ils sont en retard dans tous les domaines de la vie, ils vivent sous l’oppression, la difficulté, la destruction et sont sujets aux complots des grandes conspirations internationales. Quand le Musulman pense longuement et fortement à cette situation, cela doit nécessairement avoir un impact sur sa quantité de rires et de pleurs.

v Sentir le poids de sa grande responsabilité envers la oummah (communauté), qui a besoin d’efforts énormes pour la sauver du danger de la chute. Si cela devient son principal souci, le Musulman commencera à faire des efforts actifs pour réformer sa famille et ses amis, et son entourage autant qu’il le peut. Il n’aura pas le temps de sortir des blagues stupides, de rire excessivement et de s’engager dans des choses dérisoires.

v Eviter de se mêler aux plaisantins qui sont connus pour faire rire les gens et essayer d’être drôle, et se tenir à l’écart des assemblées où ils sont présents, tout en essayant de les conseiller eux et les gens assis avec eux. Nous avons déjà référé aux travailleurs islamiques qui ont la tactique de faire rire les gens comme un moyen de gagner leur sympathie ; parfois, le public général peut dire : " Où est le cheikh qui nous fait rire ? Nous voulons le cheikh qui nous fait rire ! " C’est un pas en arrière, que j’espère ma oummah (communauté) évitera, parce que la Religion d’Allah est grande et forte. Allah dit (interprétation des sens) :

" Vraiment ! Cela (le Coran) est le Mot qui sépare (la vérité du mensonge...) Et ce n’est pas une plaisanterie. " [al-Taariq 86 :13]

et

« ...Tenez fermement à ce qui Nous vous avons donné... »
Sourate 2, al-Baqarah (La vache), verset 93

Le Prophète (paix et bénédictions d’Allah sur lui) disait : " Si vous saviez ce que je sais, vous ririez peu et pleureriez beaucoup, et vous iriez dans les collines pour implorer l’aide d’Allah. " Si nous comprenions vraiment ce qui est exigé de nous, et ce qui nous attend, nous ne pourrions même pas dormir en paix.

v Résister à l’envie de rire autant que possible, tout en s’attachant à ce que les autres en fassent de même. Il existe parfois des assemblée où les gens s’habituent à rire et à glousser la plupart du temps. Donc le musulman doit d’abord refouler son propre rire, tout comme il réprime un bâillement, ensuite il doit conseiller aux autres personnes de se contrôler et les y aider . Il faut pour cela être persuasif, déterminé et sérieux. Les gens renferment beaucoup de bonté , louange à Allah, et ils sont prêts à répondre à celui qui souhaite les réformer et les améliorer. Cela peut être accompli de plusieurs façons, en leur disant par exemple que c’est mal de rire et de faire rire les autres parce que cela peut inciter à mentir. Quand le " comédien " ne peut pas trouver une histoire vraie à raconter, alors il invente un conte pour faire rire les gens. C’est le type de personnes contre lesquelles le Prophète (paix et bénédictions d’Allah sur lui) nous a mis en garde : " Malheur à celui qui parle et dit des mensonges pour faire rire les gens...malheur à lui, malheur à lui ! " (Sahih al-Jaami’, 7136). Cela peut le transformer en une personne instable qui est tenue en faible estime par les autres, parce que la personne qui fait rire les gens est méprisée par les autres, même si elle croit le contraire. Ils n’ont aucun respect pour lui en aucune manière, et il en va de même pour la personne qui rit trop.

v Passer à un autre sujet que celui qui a mené au rire précisément et introduire un sujet d’utilité. Si vous voyez que les gens sont allés trop loin dans leur rire, essayez de les ramener à leurs esprits, en utilisant une méthode appropriée. Lancez un nouveau sujet et aidez-les à employer utilement leur temps en lisant des livres d’intérêt, en discutant de thèmes importants, en échangeant des idées, en suggérant un projet charitable ou toute autre action charitable qu’Allah aime et dont Il est satisfait. En dernier recours, si vous avez tout fait pour les conseiller correctement, levez vous et quittez l’assemblée pour vous protéger de la corruption.

" ...et aucun porteur de charge ne supportera celle de l’autre ... " [al-An’aam 6 :164 - interprétation du sens]


WASWASS (pensées signifiées par le Shaytan)

Une personne peut se demander : " Je souffre de nombreuses pensées soufflées/insinuantes (waswass) à propos de la nature d’Allah, qu’Il soit glorifié. Ce sont des pensées qui tournent dans mon esprit que je ne peux retranscrire parce qu’elles ne conviennent pas à Allah et elles n’arrêtent pas de me revenir, quand je prie et quand je fais d’autres choses. Cela prend une telle ampleur que j’ai des doutes sur ma foi et je me demande même si je suis musulman ou non. Quel est le remède à ce problème ? "

De nombreux hadiths ont été rapportés inspirés de l’exemple du Prophète (Paix et bénédictions d’Allah sur lui) qui contiennent des éléments de réponse à ce problème, alhamdoulillah.
Le Messager (Paix et bénédictions d’Allah sur lui) disait : " Le shaytan peut venir à n’importe lequel d’entre vous et dire : " Qui a crée Allah  ? " Si l’un d’entre vous connaît cela, dites : " Aamantou billaahi wa rassoulih (Je crois en Allah et en Son Messager) " et cela l’éloignera. " (Sahih al-Jaami’, 1657). Le Messager d’Allah (Paix et Bénédictions d’Allah sur lui) disait : " Le shaytan peut venir à n’importe lequel d’entre vous et demander : " Qui a créé le Paradis ? " et il dira : " Allah ". Le shaytan dira : "Qui a créé la terre ? " et il dira : " Allah ". Ensuite le shaytan dira : " Qui a créé Allah ? " Si l’un d’entre vous connaît cela qu’il dise : "Aamantou billaahi wa rassoulih ". " (Sahih al-Jaami’, 1656).

Le Prophète (Paix et bénédictions d’Allah sur lui) disait : " Quiconque vit une quelconque situation de waswaas, qu’il dise trois fois : " Aamantou billaahi wa rassoulih " et cela devrait l’éloigner. " (Sahih al-Jaami’,6587).

Le Prophète (Paix et bénédictions d’Allah sur lui) disait : " Le shaytan peut venir à l’un d’entre vous et demander : " Qui a créé cela  ? Qui a créé ceci ? " Jusqu’à ce qu’il demande : " Qui a créé votre Seigneur ? " Si cela arrive, cherchez le refuge auprès d’Allah et laissez le arrêter ces pensées. " (Sahih al-Jaami’, 7993).

Le Prophète (Paix et bénédictions d’Allah sur lui) disait : " Les gens poseront presque trop de questions, tant et si bien que quelqu’un finira par dire peut être  :

" Allah est à l’origine de toute création, mais qui a créé Allah ? " S’ils disent cela, dites alors :

" Allah est Un, Allah est le Maître qui s’auto-suffit. Il n’enfante pas , et il n’a pas été enfanté ; et il n’y a personne d’égal ou de comparable à lui. " [al-ikhlaas 112 : 11-4, interprétation du sens]

et crachez (sans salive) du côté gauche trois fois, et cherchez refuge auprès d’Allah du shaytan. " (Sahih al-Jaami’, 8182).

Le Prophète (Paix et bénédictions d’Allah sur lui) disait : " Pensez aux signes d’Allah, et ne pensez pas à Allah (Lui même). " (Sahih al-Jaami’, 2975).

Le Prophète (Paix et bénédictions d’Allah sur lui) disait : " Pensez à la création d’Allah, ne pensez pas à Allah (Lui même) " (Sahih al-Jaami’, 2976).

A partir de ces textes, on peut résumer en six points les six moyens de surmonter les pensées insinuantes :

ü Le musulman qui souffre de telles idées devrait dire : " Amantou billahi wa rassoulih (Je crois en Allah et en son Messager). "
ü Il devrait chercher refuge auprès d’Allah du shaytan maudit, et dire trois fois : " A’oudhou billahi’l-Sami’ il’Alim min al-shaytan il-rajim, min hamzihi wa nafkhihi wa nafathih (Je cherche refuge auprès d’Allah, le Tout Entendant, le Tout Sachant du shaytan maudit, et de ses calomnies et mauvaises insinuations.) "
ü Il devrait cracher (sans salive) trois fois du côté gauche.
ü Il devrait arrêter de penser à ce qui lui passe par la tête, comme le Prophète (Paix et bénédictions d’Allah sur lui) disait : " Laissez-le s’arrêter. " C’est une tactique importante parce que continuer à laisser le shaytan influencer quelqu’un de cette manière ne fait qu’empirer la situation. Le musulman doit arrêter ces pensées, autant qu’il le peut, et occuper son esprit de choses utiles et bénéfiques.
ü Il devrait réciter la sourate al-ikhlass (Qul huwa Allahou ahad...) parce qu’elle décrit les attributs du Plus Miséricordieux et elle est équivalente au tiers du Coran. Réciter cette magnifique sourate garantira la fin de ces pensées insinuantes.
ü Il devrait penser à la création et aux bénédictions d’Allah, et non pas à Sa Nature, parce que le faible esprit humain ne comprendra jamais la nature d’Allah. Allah dit (interprétation du sens) :

« ...et ils ne feront jamais le tour de Son Savoir...  »
Sourate 20, Ta-Ha, verset 110

VEILLER TARD

Nous avons reçu tellement de questions à propos de ce problème qu’une solution se fait absolument nécessaire. Tellement de personnes gaspillent tellement de temps à veiller tard la nuit.

Mais la réalité du problème est que ce phénomène n’est pas homogène. Il y a trois sortes de veillées :

1) Veiller tard pour adorer Allah. C’est le type de veillée qui en vaut la peine. Cela inclut les veillées qui bénéficient aux Musulmans en général, comme s’engager dans le jihaad et garder les frontières de l’Islam, tout comme rester à prier (qiyaam al-layl) et lire le Coran. Allah dit (interprétation du sens) :

« Ils dormaient, mais peu la nuit (pour invoquer leur Seigneur et prier par crainte et espoir.) »
Sourate 51, ad-dhaariyaat (Qui éparpillent), verset 17


Nous ne devrions pas oublier, dans ce contexte, le grand Sahaabi qui gardait les musulmans la nuit et qui passait son temps de garde en prière. Il fut touché par une flèche lancée par les mushrikin et son sang commença à couler, mais il continua à prier, appréciant son contact avec son Seigneur.

Il est rapporté que certains savants avaient l’habitude de discuter les hadiths jusqu’à ce que le soleil se lève. Certains des da’iyahs sincères (visiteurs, travailleurs islamiques) restent encore éveillés pour discuter les sujets qui maintiennent éveillés ceux qui se soucient pour leur communauté. Un exemple de cela est ce qu’il s’est produit avec cheikh ’Abd al-hamid ibn Baadees et cheikh al-bachir al ibrahimi, les fondateurs de l’organisation des savants musulmans (Jam ’iyat al-’ulama’ al-muslimin) en Algérie. Pendant leur séjour à Médine, ils avaient l’habitude de veiller la nuit, jusqu’au fajr, à discuter de l’état de la communauté musulmane et de la bid’ah, des mythes et de l’arriération dans laquelle elle s’est enlisé, et à planifier comment ils pouvaient secourir la société algérienne de son triste état.

Ce type de veillées est totalement valable, aussi longtemps qu’elles ne mènent pas à négliger quelque chose de plus important ou même obligatoire. Certains veillent pour un but légitime, et ensuite manquent les prières de fajr. C’est une erreur.

2) Veiller pour une raison acceptable. C’est très bien, tant que ça ne mène pas à la négligence de choses obligatoires. Cela inclut, par exemple, les voyageurs qui restent éveillés pour parler, afin de soulager l’ennui du voyage. Le prophète (Paix et bénédictions d’Allah sur lui) restait éveillé pour parler à l’une de ses épouses et pour lui tenir compagnie, quand ils étaient en voyage.

Cela inclut également de parler à ses invités et leur tenir compagnie.

De même pour la veillée due aux nouvelles organisations des temps de travail, et les exigences matérielles qui en découlent. C’est le cas de bon nombre de musulmans qui travaillent dans les forces de sécurité, dans les hôpitaux, les aéroports, les compagnies d’électricité etc....

3) Veiller pour commettre un péché, par exemple regarder des films, jouer à des jeux harams comme les cartes ou consumer sa chair à raconter les derniers potins, médire et calomnier et d’autres péchés encore. Ce genre de veillées est haram, et ceux qui s’y soumettent sont des pécheurs qui méritent la punition d’Allah. Leur nombre a augmenté dans les temps modernes, pour les raisons qu’a mentionné le poète :
" La jeunesse, l’oisiveté, et la bonne santé corrompent l’homme d’une si mauvaise manière ! "

Il est important de distinguer les différents types de veillées.

L’habitude de veiller tard s’est énormément répandue de nos jours pour un certain nombre de raisons, incluant les suivantes :

-  Rester éveillé pour des objectifs terrestres, comme le cas de certains traders et hommes d’affaires qui restent tard au travail pour mettre leurs affaires en ordre, ou les étudiants qui étudient tard dans la nuit. Les gens dans cette situation devraient essayer d’organiser leur temps pour qu’ils n’aient pas besoin de veiller tard et qu’ils puissent ainsi en éviter les mauvaises conséquences.
- La nature de la vie moderne et les changements sociaux qu’elle a forgés. Les générations antérieures avaient l’habitude de ralentir leur rythme et d’aller dormir quand la nuit tombait, mais la présence de l’électricité dans les temps modernes a conduit les gens à développer de nombreuses activités, différents emplois et activités sociales qu’ils n’avaient jamais eu l’habitude d’effectuer aux heures de l’obscurité. Pour certains, les nuits finissent par équivaloir aux jours par leur aménagement.
- La complaisance de nombreuses personnes pour les arts et les médias, que soit à travers la TV, la radio, la vidéo...
- Nombreux sont ceux qui rendent visite à leur famille et amis, ou organisent des programmes... la nuit, à cause de la nature de leurs emplois ou de leurs études. Alors il devient rare de trouver quelqu’un qui rende des visites le jour, si ce n’est les week-ends. Mêmes les assemblées pour la poursuite du savoir islamique ont lieu après la prière de l’’isha.
- Certains se laissent aller à l’excès aux bavardages oisifs et aux discussions triviales, dérangeant même les autres avec leurs discussions et rires.
Ce phénomène est peut être plus évident auprès des étudiants vivant dans les résidences universitaires, où des visiteurs sans égards restent à discuter tard à propos de qui a dit quoi, causant du mal à eux mêmes et aux autres, et négligeant bon nombre de leurs devoirs.
- C’est souvent la complaisance dans le péché et le fait d’être loin d’Allah qui sont à l’origine de l’insomnie. Etre éloigné d’Allah signifie ne jamais se sentir satisfait ou en paix, mais rongé par une anxiété constante, une aliénation et une confusion.
- Les problèmes avec sa famille, l’argent, les études ou le travail...jouent clairement sur l’anxiété et les insomnies, jusqu’à ce qu’ils soient résolus.
De plus, nous ne devrions pas ignorer que l’insomnie prive de la jouissance du sommeil ceux qui craignent Allah et qui désirent ardemment réformer cette oummah asservie.

Après avoir examiné les différents types de veillées et expliqué les causes de celles-ci, nous pouvons désormais étudier les moyens de traiter ce problème largement répandu.

Le traitement d’un point de vue théorique :

Nous devrions penser au mal physique que la veillée peut causer et son effet au détriment de nos nombreuxintérêts, tels que :

F Négliger ses devoirs islamiques, comme la prière du fajr. Ne pas parvenir à assister à la prière en congrégation, la manquer tout simplement et devoir ainsi la rattraper plus tard, ou alors prier en congrégation sans pour autant avoir la concentration nécessaire (on se sent fatigué et on lutte davantage pour se tenir éveillé au lieu d’essayer de comprendre ce qu’il se dit). Parfois la personne ne sait même pas ce que récite l’imam, quelle raka’ah il prie, ou ce qu’il dit aux différentes étapes de la prière. Pour cette raison, le Prophète (Paix et bénédictions d’Allah sur lui) a interdit de discuter après l’ ’isha.

F Le mal physique peut également résulter du fait qu’on s’active la nuit et qu’on se repose le jour, ce qui est contraire au rythme naturel qu’Allah a créé dans l’univers et pour l’humanité. Allah dit (interprétation des sens) :

« Et Nous avons créé la nuit comme une couverture par son obscurité, et nous avons fait le jour pour la vie. »
Sourate 78, an-Naba’, versets 10-11

« Dis : Dis moi ! Si Allah avait fait la nuit continue pour vous jusqu’au Jour de la Résurrection, qui est un ilaah (un dieu), si ce n’est Allah qui pourrait vous apporter la lumière ?... »
Sourate 28, al-Qasas (Le récit), verset 71

« Dis : Dis moi ! Si Allah avait fait le jour continu pour vous jusqu’au Jour de la Résurrection, qui est un ilaah (un dieu) si ce n’est Allah qui pourrait vous apporter la nuit, durant laquelle vous prenez du repos ?... »
Sourate 28, al-Qasas (Le récit), verset 72

Alors on trouve des gens qui se sont égarés et qui sont allés contre leur nature (fitrah) et qui en paie le prix par une faible santé. Comme l’expérience le montre, une heure de sommeil la nuit vaut deux fois plus que celle à un autre moment.

F De nombreux employés échouent dans leur travail. A cause de ses veillées, un homme peut arriver au travail en retard, épuisé, il est peur performant et ne traite pas convenablement les clients . Cela peut arriver à un tel point qu’on peut se demander si son salaire est entièrement halaal, du fait de son travail irrégulier.

Cela s’applique également aux étudiants qui veillent tard, et arrivent en retard à l’école ou à l’université le jour suivant, se souciant peu d’avoir manqué les premiers cours et comprenant à peine ce qui est expliqué aux cours auxquels ils assistent.

F Veiller tard peut pousser certaines personnes à s’endormir à des heures inappropriées, comme dormir après ’asr. Les salaf (les premières générations de la communauté) n’aimaient pas dormir après ’asr à moins qu’il n’y ait un besoin pour cela - mais si c’est nécessaire il n’y a aucun mal à cela. De plus, dormir après ’asr peut donner des migraines, et rendre le sommeil difficile pendant la nuit.

F En veillant, il devient difficile d’accomplir les actes volontaires d’adoration comme consacrer le dernier tiers de sa nuit à la prière ou manger au sohor avant d’observer un jeune volontaire - comment peut-on se débrouiller pour faire ces choses quand on veille tard ? Il est évident que la fatigue empêcherait ceux dans ce cas de se lever et les priverait ainsi de beaucoup de bonnes choses.

F Manquer l’opportunité et la bénédiction qu’il y a dans le fait de se réveiller de bonne heure. Ceux qui veillent tard dorment jusqu’au fajr, manquant ainsi le moment à propos duquel le Prophète (Paix et bénédictions d’Allah sur lui) disait : " L’heure matinale a été bénie pour ma communauté. " (Sahih al-Jaami’, 2841). Ces gens ne peuvent pas rester dans la mosquée jusqu’au lever du soleil pour se rappeler Allah, ni sortir gagner leur vie à une heure de bénédiction et de vertu. Cela est devenu tellement répandu que rares sont les matins où l’on voit les boutiques ouvrir à une heure matinale.

Quand le musulman sage se rend compte des différents maux qui résultent de la veillée tardive, et de la grande perte dont il souffre à cause de cela, il n’y a pas de doute : il s’efforcera au maximum de changer et de rattraper ce qu’il a manqué. En ce sens, ce sera le premier pas vers la résolution de problème.

Voici un certain nombre de mesures pratiques qui peuvent être suivies par quiconque souhaite résoudre ce problème  :

è Essayer dur de s’habituer à dormir de bonne heure. Rester éveillé tard n’est rien d’autre qu’une habitude. Si on est préparé à lutter contre son moi (jihaad al-nafs) avec détermination, on peut vaincre dans sa lutte au bout de quelques jours, grâce à Allah et rejoindre les rangs de ceux qui se couchent tôt.

è Se marier. De nombreux hommes célibataires sont désorganisés, veillent tard ensemble et s’y encouragent les uns les autres, étant donné qu’ils n’ont ni femmes ni enfants. Mais celui qui est marié ressent sa responsabilité envers sa femme et ses enfants, alors il se hâte de les rejoindre afin qu’ils ne se fassent pas de souci pour lui ou qu’ils ne se sentent pas effrayés s’ils ont besoin de lui durant la nuit, quand il est absent. Quiconque a l’expérience de ces situations comprendra.

è Renforcer ses sentiments de responsabilité dans tous les domaines peut également aider. Quand un homme sent le poids de la responsabilité sur ses épaules, il n’a d’autres choix que celui d’être à la hauteur. Il ne sera pas capable de gaspiller son temps, contrairement aux insouciants qui gaspillent le vaste trésor du temps dans des affaires triviales et qui n’ont aucune appréciation de la juste valeur du temps.

è Prendre l’habitude de faire la sieste, au lieu de dormir à n’importe quelle heure. Dormir après ’asr ou avant ’isha est une pratique nuisible. Le Prophète (Paix et bénédictions d’Allah sur lui) conseillait à sa communauté de faire des siestes : " Faites une sieste, car les démons ne font pas de siestes. " (Sahih al-Jaami’, 4431).

Il existe encore d’autres mesures pratiques pour éviter de se coucher tard. Et Allah est Celui Qui Guide sur le Droit Chemin.

LA COLERE

Une personne peut se plaindre : " Je m’énerve très rapidement. S’il y a la moindre provocation, j’explose rapidement et je commence à casser des objets, à jurer, à maudire et à lancer des menaces de divorce. Ce problème m’embarrasse tellement car à cause de cela les gens me détestent, même ma femme, mes enfants et mes amis. Que puis-je faire pour me débarrasser de cette horrible maladie et éteindre cet embrasement diabolique ? "

La colère est une " tendance " qui vient du shaytan (démon). Seul Allah sait combien de mal et de péchés en résulte. C’est pourquoi l’islam insiste sur cet aspect négatif et le Saint Prophète (Paix et bénédictions d’Allah sur lui) a prescrit des remèdes pour se débarrasser de ce problème et limiter ses effets. Cela inclut ce qui suit :

-  Chercher refuge auprès d’Allah du shaytan.
Sulaymaan ibn Sard disait : " J’étais assis avec le Prophète (Paix et bénédictions d’Allah sur lui), et il y avait deux hommes qui s’insultaient. L’un avait le visage rougie et les veines de son cou ressortaient. Le Prophète (Paix et bénédictions d’Allah sur lui) disait : " Je connais un mot qu’il lui suffit de prononcer pour que sa colère s’en aille. S’il disait  : " A’oodhou billaahi min al-shaytan (Je cherche refuge auprès d’Allah du shaytan) ", cette colère le quitterait immédiatement. " "(Rapporté par al-Bukhaari, al Fath, 6/377). Il (Paix et bénédictions d’Allah sur lui) disait aussi : " Si un homme se met en colère et dit " A’oudhou billahi (je chercher refuge auprès d’Allah) " cette colère cessera. " (Sahih al-jaami’ al-sagheer, n°695).

-  Se taire. Le Messager (Paix et bénédictions d’Allah sur lui) disait : " Si l’un d’entre vous se met en colère, faites le taire. " (Rapporté par Imaam Ahmad, al-musnad, 1/239 ; Sahih al-Jaami’, 693, 4027). La colère fait perdre le contrôle aux gens, dans la mesure où ils peuvent se mettre à prononcer des mots de kifr (Allah l’interdit), à maudire, à demander le divorce (talaaq) qui détruira leur famille, ou à utiliser un langage vulgaire qui leur fera gagner l’hostilité des autres. Se taire est un moyen d’éviter tout ces maux.

-  Le narrateur de ce hadith est Abou Dharr (Qu’Allah soit satisfait de lui), il racontait l’histoire suivante : il faisait boire les animaux à l’abreuvoir quand d’autres personnes vinrent. Il demanda : " Qui parmi vous aidera Abou Adahar à abreuver ses animaux et... ? " Un homme disait : " Je t’aiderai ! ", mais il cassa l’abreuvoir. Abou Dharr était debout, alors il s’assit, et ensuite s’allongea. Quelqu’un lui demanda : " O, Abou Dharr, pourquoi t’es-tu assis puis couché ? " Il répondit : " Parce que le Messager d’Allah (Paix et bénédictions d’Allah sur lui) disait ...(et il cita le hadith) " (Le hadith avec l’histoire complète est rapporté dans Musnad Ahmad, 5/152. Voir aussi Sahih al-Jaami’, n°694).

Selon un autre récit, Abou Dharr était en train d’abreuver ses animaux à une cuvette quand un autre homme le mit en colère, alors il s’assit...(Fayd al-Qadir al-Mannaawi, 1/408).

L’un des bénéfices de cet enseignement prophétique est qu’il empêche la personne en colère de faire des choses folles et incontrôlables. Une personne en colère pourrait faire du mal, voire même tuer - comme nous le verrons plus loin - ou elle peut détruire une propriété et ainsi de suite. S’asseoir rend la probabilité d’exploser plus faible et s’allonger réduit encore davantage la probabilité de faire quelque chose de mal ou d’insouciant. Al-’Allaamah al-Khattaabi (Qu’Allah ait pitié de lui) disait dans son commentaire sur Abou Daoud : " Celui qui est débout est prêt à bouger et à détruire des choses. Celui qui est assis est moins enclin à cela, et celui qui est allongé est incapable de faire quoique ce soit de la sorte. Il semble que le Prophète (Paix et bénédictions d’Allah sur lui) ordonnait à la personne en colère de s’asseoir ou de s’allonger afin de l’empêcher de faire quoique ce soit qu’elle puisse regretter plus tard. Et Allah sait mieux. " (Sunan Abi Daoud wa ma’ahu ma’alim al-sunan, 5/141).

-  Se rappeler le conseil du Messager d’Allah (Paix et bénédictions d’ Allah sur lui).Abou Houreirah (Qu’Allah soit satisfait de lui) rapporta qu’un homme vint au Prophète (Paix et bénédictions d’Allah sur lui) et dit : " Conseille moi. "Il lui répondit : " Ne te mets pas en colère. "L’homme répéta sa requête plusieurs fois et à chaque fois la réponse était : " Ne te mets pas en colère. "(Rapporté pas al-Bukhaari, Fath al-Baari, 10/465)

Selon un autre rapport, l’homme disait : " J’ai pensé à ce que le Prophète (Paix et bénédictions d’Allah sur lui) avait dit et je me suis rendu compte que la colère est la source de tous les maux. " (Musnad Ahmad, 5/373)

" Ne vous mettez pas en colère et le Paradis sera à vous. " (Un hadith sahih. Sahih al-Jaami’, 7374. Ibn Hajar l’avait attribué à al-Tabaraani. Voir al-Fath, 4/465).

-  Se rappeler ce qu’Allah a promis à ceux qui évitent ce qui cause la colère ; s’efforcer de se contrôler est la meilleure façon d’éteindre les flammes de la colère. Le Prophète (Paix et bénédictions d’Allah sur lui) a dit à propos de cette grande récompense  : " Quiconque réprime sa colère au moment où il aurait pu la laisser s’exprimer ouvertement, Allah remplira son cœur du contentement le Jour de la Résurrection. " (Rapporté par al-Tabaraani, 12/543  ; Sahih al-Jaami’, 176).

Une autre récompense immense est décrite dans le hadith : " Quiconque contient sa colère quand il est capable d’y laisser libre cours, Allah l’appellera devant tout le monde le Jour de la Résurrection et le laissera choisir celle des hoor al-’iyn qu’il souhaite " (Rapporté par Abou Daoud, 4777, et autres. Classé comme hassan dans Sahih al-Jaami’, 6518).

-  Connaître le rang et la distinction qui sont attribuéq à celui qui se contrôle. Le Messager d’Allah (Paix et bénédictions d’Allah sur lui) disait : " L’homme fort n’est pas celui qui peut mettre à terre un autre ; l’homme fort est celui qui peut se contrôler quand il est en colère. " (Rapporté par Ahmad, 2/236. Le hadith est convenu par tous.) Plus une personne se met en colère, plus son self control est appréciable. Le Prophète (Paix et bénédictions d’Allah sur lui) disait : " Le véritable homme fort est celui qui se met si intensément en colère, qu’il devient tout rouge et que ses cheveux se hérissent, mais qui réprime sa colère. " (Rapporté par Imam Ahmad, 5/367 ;classé comme hassan dans Sahih al-Jaami’, 3859). Le Prophète (Paix et bénédictions d’Allah sur lui) utilisa un incident qui s’était produit devant les sahabs comme une opportunité de renforcer la leçon. Anas rapporta que le Prophète (Paix et bénédictions d’Allah su lui) passa devant des gens qui se battaient et il demanda : " De quoi s’agit-il  ? " Ils lui dirent : " Untel est un homme fort. Personne ne peut le mettre au défi car il bat tout le monde à la lutte. " Le Prophète (Paix et bénédictions d’Allah sur lui) lui répondit : " Puis-je vous dire qui est plus fort que lui ? Un homme qui est maltraité par un autre, mais qui réprime sa colère, bat son propre shaytan ainsi que le shaytan de celui qui le maltraite. " (Rapporté par al-Bazzaar. Ibn Hajar disait que son isnaad était hassan. Al-Fath,10/519).

-  Suivre les conseils du Prophète (Paix et bénédictions d ’Allah sur lui) à propos de la colère.
Il est notre exemple et son attitude envers la colère est clairement démontrée dans de nombreux hadiths, dont le plus connu rapporté par Anas (Qu’Allah soit satisfait de lui) qui disait : " Je marchais avec le Messager d’Allah (Paix et bénédictions d’Allah sur lui) et il portait un manteau de Najraani avec un col raide. Il fut accosté par un bédouin qui tira fortement sur le manteau. Je regardais le cou du Prophète et je vis les marques laissées par le col. Le Bédouin dit : " O Muhammad, donne moi une part de la richesse qu’Allah t’a donné ! ". Le Prophète (Paix et bénédictions d’Allah sur lui) se tourna vers lui en souriant et ordonna qu’on lui donne quelque chose. " (Rapporté par al-Bazaar. Ibn Hajar disait que son isnaad était hassan.)

Une autre façon de suivre l’exemple du Prophète (Paix et bénédictions d’Allah sur lui) est de se mettre en colère au nom d’Allah, quand les limites posées par Allah sont violées. C’est ce genre de colère qui en vaut la peine. Le Prophète (Paix et bénédictions d’Allah sur lui) se mit en colère quand on lui dit qu’un imam dissuadait les gens de prier car sa récitation était trop longue. Il se mit en colère quand il vit un rideau décoré d’images de créatures animées dans la maison d’Aisha. Il se mit en colère quand Usaamah lui parla de la femme Makhzoomu qui était coupable de vol et il lui dit : " Intercèdes-tu contre une punition prescrite par Allah  ? ". Il se mit en colère quand on lui posait les questions qu’il n’aimait pas. Sa colère n’était qu’au nom d’Allah.

-  Savoir que réprimer sa colère est un des signes de taqwa (piété).
Allah a loué certaines personnes dans Son Livre, et le Prophète (Paix et bénédictions d’Allah sur lui) les recommandait fortement. Des jardins aussi grands que les cieux et la terre sont préparés pour eux. L’une de leurs caractéristiques est qu’ils

« ...dépensent (pour la cause d’Allah) aussi bien dans la prospérité que dans l’adversité, ils répriment leur colère, et ils pardonnent aux hommes ; en vérité, Allah aime les muhsinoun (les bienfaiteurs) »
Sourate 3, Al ’Imran (La famille d’Imran), verset 134

Ce sont les gens avec de bonnes qualités qu’Allah a mentionné, des gens que les autres admirent et essaient d’imiter. Une autre de leurs caractéristiques est que

« quand ils sont en colère, ils pardonnent »
Sourate 42, Ash-shoora (La consultation), verset 37

-  Prendre en considération le rappel qui nous est fait. La colère est naturelle, et son effet sur les gens varie suivant les personnes. Il peut être difficile pour une personne de ne pas se mettre en colère, mais une personne sincère si elle se met en colère et reçoit un rappel d’Allah, se Le rappellera et restera dans les limites qu’Il a prescrites. Voici quelques exemples :

Ibn ’Abbass (qu’Allah soit satisfait d’eux deux) rapporta qu’un homme demanda la permission de voir Omar (Qu’Allah soir satisfait de lui) et la permission fut accordée. L’homme dit : " O fils de al-Khattaab, par Allah, tu ne nous donnes pas grand chose et tu n’es pas juste dans tes ordres ! " Omar (qu’Allah soit satisfait de lui) s’emporta tellement qu’il était sur le point de frapper l’homme, mais al-Hirr ibn Qays (qui était parmi les gens assis avec Omar) dit : " O Amir al-Mu’minin, Allah a dit à son Prophète (Paix et bénédictions d’Allah sur lui) :

« Pardonne, impose ce qui est bon et détourne toi de la bêtise (c’est-à-dire ne les punis pas) »
Sourate 7, al-A’raaf, verset 199

et cet homme est le sot. " Par Allah, Omar (qu’Allah soit satisfait de lui) n’alla pas plus loin quand on lui récita cela. Il adhéra aux mots d’Allah, qu’Il soit glorifié et exalté. (Rapporté par al-bukharri, al-Fath, 8/304). C’est ainsi que le Musulman doit se comporter, et non pas comme le mauvais hypocrite qui lorsqu’il s’est mis en colère, qu’on lui a cité un hadith du Prophète (Paix et bénédictions d’Allah sur lui) , et que l’un des Compagnons du Prophète (Paix et bénédictions d’Allah sur lui) le conseillait de chercher refuge auprès d’Allah du shaytan, disait : " Vous pensez qu’il y a quelque chose qui cloche chez moi ? Vous pensez que je suis fou ? Allez vous en ! " (Rapporté par al-bukhaari, al Fath, 1/465). Nous nous réfugions auprès d’Allah contre l’échec.

-  Connaître les mauvais effets de la colère.
Les mauvais effets de la colère sont nombreux, et douloureux pour soi et pour les autres. Une personne peut jurer et proférer des obscénités, elle peut frapper les autres, donner des coups sans se contrôler. Cela peut même mener au meurtre. Tirez une leçon de l’histoire suivante.

’Alqamah ibn Waa’il rapporta que son père (Qu’Allah soir satisfait de lui) lui a dit : " J’étais assis avec le Messager d’Allah (Paix et bénédictions d’Allah sur lui) quand un homme vint, conduisant un autre homme avec une corde enroulée. Il dit : " O Messager d’Allah, cet homme a tué mon frère. " Le Messager d’Allah (Paix et bénédictions d’Allah sur lui) demanda : " L’as-tu tué ? ". L’homme répondit  : "Oui, je l’ai tué. " Le Prophète lui demanda : " Comment l’as-tu tué ? " Il répondit  : " Lui et moi frappions dans les arbres pour que les feuilles tombent (pour pouvoir les utiliser comme fourrage pour les bêtes). Il m’a insulté, alors je me suis mis en colère et je l’ai frappé sur la tête avec une hache et je l’ai tué... " "(Rapporté par Muslim, al-Sahih, 1307).

Même si la colère ne va pas aussi loin que dans cet exemple, il peut tout de même en résulter des os cassés et des blessures. Si la personne contre laquelle on est en colère s’enfuit, on peut retourner la colère contre soi, en s’arrachant les vêtements, en se frappant les joues, en s’évanouissant ou en cassant de la vaisselle ou des meubles.
- L’une des pires choses qui puisse découler de la colère, des maux sociaux, et des troubles familiaux est le talaaq (divorce). Demandez à ceux qui ont divorcé de leurs épouses comment et quand cela s’est produit, et ils vous diront : " C’était pendant un moment de colère. "
Les vies sont brisées et les enfants sont perdu en fin de compte. Les sentiments de regret et d’échec hantent les esprits et la vie devient amère - tout cela à cause de la colère. Si seulement ils s’étaient rappelé Allah et étaient revenu à leur bon sens, s’ ’ils avaient contenu leur colère et cherché refuge auprès d’Allah du shaytan, les choses seraient très certainement différentes. Aller contre la chariah mène seulement à la perte.

-  La douleur physique qui provient de la colère est très sérieuse, comme les docteurs le décrivent, notamment avec les thromboses, l’hypertension, les attaques cardiaques, les diabètes...
Nous demandons à Allah une bonne santé.

-  La personne en colère devrait réfléchir à elle-même au moment de la colère.
Si la personne en colère se voit elle-même dans un miroir au moment précis où elle est en colère, elle se mépriserait elle-même et ce de quoi elle a l’air quand sa couleur change, qu’elle tremble de manière incontrôlée, que son visage vire au rouge, que les veines de son cou ressortent et qu’elle se comporte comme une personne folle. Elle serait repoussée par sa propre apparence, mais il est bien connu que la laideur qui existe à l’intérieur d’une personne est pire que ce qui peut apparaître à l’extérieur. Comme le shaytan doit être heureux quand quelqu’un se trouve dans cet état !
Nous cherchons refuge auprès d’Allah contre le shaytan et son échec.

Invocation (Du’aa’)

Il s’agit de l’arme constante du croyant. Il demande à son Seigneur de le débarrasser de ses maux, problèmes et mauvaises caractéristiques. Il cherche refuge auprès d’Allah contre la chute dans l’enfer de kufr et dans les mauvaises actions causées par la colère, parce qu’une des trois qualités qui sauvera une personne de l’enfer est d’être juste et droit dans les périodes de contentement et de colère. (Sahih al-Jaami’, 3039). Une des du’as du Prophète (Paix et bénédictions d’Allah lui) était :

" Allaahoumma bi ’ilmika’l-ghaybi wa qoudratika ’ala’l-khalqi ahini ma ’alimta’l-hayaata khayran li, wa tawaffani idha ’alimta’l-wafaata khayran li. Allaahoumma wa as’alouka khashyataka fi’l-ghaybi wa’l-shahaadah, wa as’alouka kalimat al-ikhlaasi fi’l-ridaa wa’l-ghadab, wa as’alouka’l-qasda fi’l-faqri wa’l-ghinaa, wa as’alouka na’iman la yanfad, wa qourrata ’aynin la tanqati’, wa as’alouka’l-ridaa bi’l-qadaa’, wa as’alouka bard al-’aysh ba’d al-mawt, wa as’alouka ladhdhat al-nadhr ila wajhika wa’l-shawqa ilaa liqaa’ik, fi ghayri darraa’ moudirrah wa laa fitnati moudillah. Allaahoumma zayyinnaa bi zinati’l-imaan wa’j’alnaa houdaatan mouhtadin "
Ô Allah, par Ta Connaissance de l’Invisible et Ton Pouvoir sur toute création, garde moi en vie aussi longtemps que vivre est bon pour moi, et provoque ma mort quand Tu sais que la mort est bonne pour moi. Ô Allah, fasse que je Te craigne en secret et en public, fasse que je parle sincèrement aux moments de contentement et aux moments de colère, fasse que je sois modéré dans la pauvreté et dans la richesse, je Te demande une bénédiction qui ne cesse pas, un contentement qui ne cesse jamais, et l’acceptation de Ton décret. Je Te demande une bonne vie après la mort, et je Te demande la joie de regarder Ton visage et le désir de Te rencontrer, sans adversité douloureuse ou essai trompeur (fitnah). Ô Allah, orne nous de la beauté de la foi, guide nous et fais de nous un guide pour les autres. " (Rapporté par al-Nisaa’i, al-Sunan, 3/55 ; et par al-Hakim.Sahih al-Jaami’,1301).

Louange à Allah, Seigneur des Mondes.

Traduction par


 

Fatima B.
Du même auteur...


 Autres articles dans la rubrique Le Livre

Tous les articles


Sommaire | Archives | Le mag
TOUS DROITS RESERVES © 2001-2008 Aslim Taslam