Aslim Taslam

 

- N°13 Janvier 2002 -- N°67 Août 2008 -

Sommaire | Archives | Le mag

Métier

Format texte pour l'impression   Envoyer cet article à un ami
 

Chirurgien-dentiste

 

Définition : professionnel de santé qui soigne l’ensemble des maladies des dents, de la bouche et des maxillaires.
L’exercice de la profession est régie par le Code de la Santé Publique et le Code de Déontologie. Le chirurgien-dentiste occupe une place importante dans le système de santé car une manifestation bucco-dentaire révèle parfois l’existence de pathologies générales. En outre, les prescriptions, les pathologies et les interventions peuvent avoir des effets sur l’état de santé général (des études tendent à montrer le lien entre un mauvais état des dents de femmes enceintes avec des accouchements prématurés par exemple)

 

Les études

La première année des études de chirurgie dentaire est commune avec la première année de médecine, qui est sanctionnée par un concours (le nombre d’étudiants admis en deuxième année qui est sévèrement limité, devrait être revu à la hausse).
L’étudiant arrivé en fin de 5ème année a le choix entre un troisième cycle court (1 an) et un troisième cycle long ou Internat (3 ans). Un cursus universitaire de 6 années d’études aboutit à l’octroi d’un diplôme d’Etat de docteur en chirurgie dentaire.
Les conditions pour exercer : être titulaire du diplôme d’Etat et être inscrit à l’Ordre national des chirurgiens-dentistes. Il n’existe qu’une spécialité en chirurgie-dentaire, c’est l’orthopédie dento-faciale (redresser les dents des enfants avec des appareils orthodontiques).

Les différentes carrières possibles en art dentaire

-  1. L’exercice libéral vers lequel se dirige la très grande majorité des diplômés. Le praticien peut soit travailler seul, soit avec des collaborateurs / associés. Certains praticiens limitent leur exercice à la pratique d’une discipline particulière (Pédodontie : dentisterie pour les enfants, Implantologie, Chirurgie, Prothèse, ...)
-  2. L’exercice salarié, dans un centre mutualiste par exemple
-  3. Chirurgien-dentiste conseil de la Sécurité Sociale, nécessite de passer un concours
-  4. Carrière hospitalo-universitaire, destinée à ceux qui veulent enseigner. La voie royale pour y accéder est l’Internat.
-  5. Chirurgien-dentiste des Armées
-  6. La recherche dans la filière industrielle et pharmaceutique
-  7. L’humanitaire  : il existe des possibilités d’exercer, à côté d’un exercice libéral conventionnel, de manière bénévole, soit dans le cadre associatif “ bus social dentaire ” soit par des missions de moyenne et longue durée à l’étranger afin de faire de la prévention auprès des populations locales.

Les atouts à posséder :

-  Des connaissances médicales, biologiques, scientifiques et psychologiques
-  Une compétence technique
-  Une grande habileté manuelle
-  Une grande résistance physique et nerveuse
-  Une capacité d’écoute, de conseil (aspect relationnel très important)
-  Et un solide sens de l’humour ! (ça aide)

Dimension islamique du métier :

Le dentiste doit veiller à conseiller ses coreligionnaires et à les motiver à l’hygiène bucco-dentaire, qui est très importante dans notre religion. Ainsi, le Prophète saws recommandait l’usage du siwak [1] qui est une Sunnah.
Un aspect du métier très important consistera donc à introduire et conseiller l’usage du siwak, à en mettre à disposition et à expliquer l’intérêt de son usage, la technique de son utilisation, ses vertus, ... A défaut de siwak qui se trouve très difficilement, l’usage de la brosse à dents moderne doit être parfaitement maîtrisé.

Quelques remarques pour les sœurs :

La carrière de chirurgien-dentiste est intéressante à plusieurs égards pour celles qui sont envisageraient de travailler dans le domaine médical mais que la perspective de faire des gardes de nuit ou 10 ans d’études ne réjouit guère ! Les études ne durent “ que ” 6 ans, pas d’appels en pleine nuit pour une urgence, horaires flexibles, ...
Le mode d’exercice peut très aisément être choisi de façon à privilégier une vie de famille, des activités annexes pour le bien de la communauté, etc. ... ainsi, deux formules sont particulièrement intéressantes :

-  l’exercice libéral : il est très fréquent de trouver des praticiens qui souhaitent avoir des associés (es) / collaborateurs (trices) 2-3 jours par semaine.
-  l’exercice salarié dans un centre mutualiste avec des horaires plutôt sympathiques, des demi-journées libres, des revenus très confortables et tout ça sans le stress de devoir gérer sa petite entreprise ! Inutile de dire que s’il y a beaucoup de demandes, il n’y a que peu d’élues (exercice très recherché par les femmes dentistes)


Nadia S.



[1] Ce point fera incha Allah l’objet d’un prochain article.

 


 Autres articles dans la rubrique Métier

Tous les articles


Sommaire | Archives | Le mag
TOUS DROITS RESERVES © 2001-2008 Aslim Taslam