Aslim Taslam

 

- N°23 Novembre 2002 -- N°78 Juillet-Août 2009 -

Sommaire | Archives | Le mag

Femina

Format texte pour l'impression   Envoyer cet article à un ami
 

Le Ramadan et la féminité

 

D’un ramadan à un autre, on oublie une partie de nos connaissances concernant les règles du jeûne. On hésite sur certaines conditions de validité, sur une dispense, sur les actes rompant le jeûne ou ceux simplement déconseillés. Cet article tente de répondre à quelques interrogations que peuvent avoir les femmes à propos du jeûne.

 

Les relations entre la femme et son mari

Il est permis d’embrasser son mari, de lui dire des mots doux ainsi que les jeux entre époux car d’après Aicha : “Le Prophète saws avait l’habitude d’embrasser et de toucher ses femmes lorsqu’il jeûnait, et il était le plus apte à contrôler ses désirs” (Boukhâri - 1927 et Mouslim - 1106). Toutefois, ces actes sont déconseillés si le risque de rompre le jeûne est trop important (faible contrôle de soi).
Par contre, il est formellement interdit à la femme et son mari d’avoir des relations sexuelles pendant le jeûne. Elles deviennent licites le soir, après la rupture du jeûne. Et lorsqu’on est en état d’impureté (jounoub) après un rapport durant la nuit, il est préférable de faire les grandes ablutions avant l’aube.

La femme enceinte ou qui allaite

image 180 x 132 (JPEG)

Il est permis à la femme enceinte ou qui allaite si elle craint pour sa santé ou celle de l’enfant de ne pas jeûner. Cette crainte doit être justifiée par une expérience personnelle ou par un avis médical venant d’un médecin averti.
D’après les écoles châféite, mâlékite et hambalite, si elle craint uniquement pour la santé de l’enfant, elle devra rattraper les jours manqués et payer une compensation (fidyah [1]). Pour les hanafites, il suffira qu’elle rattrape les jours, sans payer de compensation.
Il devient obligatoire pour elle de rompre son jeûne si elle risque sa vie ou d’aggraver sa santé en jeûnant. Dans ce cas, elle rattrapera les jours manqués plus tard lorsque sa santé lui permettra et elle n’a pas à payer de compensation.

image 103 x 117 (JPEG)

Le maquillage

Se maquiller les yeux avec du kohl ne rompt pas le jeûne mais il est préférable de le faire le soir. La même règle s’applique pour ce qui est savon, crème et tout ce qui est en rapport avec l’épiderme. Cela inclut aussi le henné et le maquillage.

 

La femme ayant ses menstrues ou les lochies

Il est formellement interdit à la femme de jeûner pendant toute la durée de ses menstrues ou ses lochies, son jeûne n’est pas valide. Elle doit alors rattraper les jours manqués plus tard.
Lorsque l’écoulement s’arrête avant le lever du soleil, son jeûne est valide même si elle ne fait pas les grandes ablutions avant le lever du soleil. Si l’écoulement s’arrête après le lever du soleil, la femme doit s’abstenir de manger (par respect) et rattraper ce jour ultérieurement.

Le rattrapage des jours de jeûne manqués (Qadha)

Les jours manqués doivent être rattrapés avant le Ramadan suivant. Il est préférable de le faire le plus tôt possible, dès que la raison pour laquelle on n’a pas jeûné a disparue. Si les jours n’ont pas été rattrapés avant le Ramadan suivant pour une raison licite (maladie, voyage, grossesse, allaitement, etc.) ils le seront plus tard dès que possible. Par contre, si cela n’a pas été fait sans raison valide (paresse, oubli, etc.), ils devront être rattrapés au plus tôt et accompagnés d’une compensation (fidyah) pour chaque jour délaissé.

Toutes ces informations proviennent des sources citées dans l’encadré « Pour en savoir plus ».

Pour en savoir plus

Cdrom

Jurisprudence du Jeûne, El Ariss

Internet

www.islam-qa.com

An-Nissa, le site de l’Islam, de la femme et de la la famille
http://an-nissa.edaama.org
 



[1] Fidyah : compensation qui consiste à nourrir un pauvre pour chaque jour de jeûne manqué. Les avis des savants diffèrent sur la quantité à donner : la moitié d’un saa’ (environ 1,5 kg) de la nourriture la plus répandue dans le pays pour certains, un moud (environ 500 g) pour d’autres.

 

Leila R.
Du même auteur...


 Autres articles dans la rubrique Femina

Tous les articles


Sommaire | Archives | Le mag
TOUS DROITS RESERVES © 2001-2008 Aslim Taslam