Aslim Taslam

 

- N°31 Juillet 2003 -

Sommaire | Archives | Le mag

Economie

Format texte pour l'impression   Envoyer cet article à un ami
 

Les conditions pour acheter sa maison à crédit

 

As Salam Alaikum, j’ai lu la fatwa sur l’acquisition d’un bien immobilier par emprunt bancaire et la clé de cette fatwa est dans deux points : les solutions islamiques ne sont pas disponibles et la nécessité d’acquérir une maison. Ma question est : Que sont les critères de nécessité ? Qui peut déterminer le degré de nécessité ? Jazakum Allah khayran.

 

Au Nom d’Allah, Clément et Miséricordieux,

Toutes les louanges et les remerciements sont pour Allah, et que la paix et les bénédictions soient sur Son Messager.

Chère soeur en Islam, nous voudrions vous remercier pour votre intérêt dans l’enseignement de l’Islam, et nous apprécions la grande confiance vous avez en nous. Nous espérons que nos efforts satisferont vos attentes [...].

Concernant votre question, Dr Monzer Kahf, conseiller et économiste proéminent, vous répond :

"Vous avez raison de souligner ces deux points mais je dois compléter quelque peu le second point avant de vous répondre :

1- Pour ce qui est du manque de contrats conformes au droit musulman (Shari’a), on peut vérifier objectivement qu’aucun de ces contrats halal ne fournit actuellement le même service au même coût que les contrats illicites.

2 - Al Hajah est le besoin, et non la nécessité, qui affecte soit un groupe soit toute la communauté. Al Hajah se situe à un degré moindre que la nécessité (al Darourah). La nécessité est une grande difficulté qui touche soit la religion, la vie, l’intellect, la lignée ou les biens d’une personne. Ce sont les cinq domaines que le droit musulman (Shari’a) protège le plus. Le Noble Coran au verset 106, sourate 16 cite l’exemple de celui qu’on menace de tuer, menace sérieuse puisque son père est mort pour la même raison, sauf s’il renie sa religion et maudit le Prophète Mohamed saws.

D’un autre côté, l’absence de Hajah (i.e. le besoin) ne nuit pas outre mesure, mais rend l’accomplissement d’un projet plus difficile. Le degré de gêne se situe entre la difficulté substantielle et la nécessité absolue. Gardons à l’esprit qu’à l’instar de toute obligation de la Shari’a, al Hajah demande un certain coût et effort supplémentaire. Cependant, elle est au delà de toute considération de coût ou d’effort ; elle se mesure à l’échelle de la difficulté ou du bénéfice potentiel crucial.

A propos de votre question :

Al Hajah ne peut être déterminée ou mesurée que par la personne concernée, et nul autre. Ce principe s’applique aussi à al Darourah (la nécessité impérieuse), dans la mesure où les conditions sont extrêmes. Il ou elle connaît mieux que quiconque ses besoins, ce qui lui crée de la gêne, ce qui lui est essentiel de ce qui ne l’est pas. On doit garder à l’esprit qu’on se place devant Allah qui connaît parfaitement tout chose et qui Sait tout, i.e. tout ce qu’on conserve dans nos coeurs et ce que nous révélons. La perception des Hajat diffère d’une personne à une autre ; ce qui acceptable et naturel. Par exemple, l’un donnera la priorité à la sécurité sur l’argent, alors qu’un autre fera le choix inverse.

Vous demandez dans la seconde partie de votre question ce que sont les Hajat valables dans la question du financement d’un projet immobilier. Les Hajat mentionnées dans la fatwa sur l’acquisition d’un logement sont de la nature suivante, mais non exhaustifs : le besoin d’un voisinage sain où vivre, acquérir un logement décent, éviter les lieux où règne la drogue et le crime, trouver de bonnes écoles, disposer de logements locatifs de même coût, disposer d’un logement pour une famille nombreuse, s’approcher d’une communauté musulmane, éviter les taxes et les devis importants, construire une égalité des chances, etc."

Source Islam Online


 

Abd-ul-Jalîl B.
Du même auteur...


 Autres articles dans la rubrique Economie

Tous les articles


Sommaire | Archives | Le mag
TOUS DROITS RESERVES © 2001-2008 Aslim Taslam