Aslim Taslam

 

- N°33 Septembre 2003 -

Sommaire | Archives | Le mag

Femina

Format texte pour l'impression   Envoyer cet article à un ami
 

Tradition ou religion ? - Le henné

 

image 91 x 142 (JPEG) Le henné, connu sous le nom scientifique de Lawsonia Inermis, est un arbuste pouvant atteindre un mètre de hauteur. Sa fleur est blanche, son parfum est proche de celui du réséda. Les feuilles séchées et réduites en poudre permettent d’obtenir une teinture jaune ou rouge. Il est aussi considéré comme une plante médicinale pour ses différents composants dont le tanin. Le henné est cultivé intensivement en Inde et au Soudan.

 

Avant de présenter les multiples usages du henné, voici quelques données historiques.

Ses origines

image 400 x 325 (JPEG) Le mot henné est d’origine sémitique et se rapporte à la tendresse. Dans certaines régions de l’Inde où il est très utilisé, il est aussi appelé Mehandi.
Son usage pour parer les femmes remonte à 9 000 ans et dans environ 60 pays. Des traces de son utilisation ont été retrouvées dans de nombreuses civilisation antiques telles que : l’archipel des Cyclades (3000-4000 av. J.C.), l’ancienne cité cananéenne d’Ugarit à Ras Shamra en Syrie (2100 av. J.C.), Canaan, la civilisation minoenne (Crète antique) et Mycènes (Grèce antique). Les motifs décoratifs célébraient le plus souvent la fertilité et la sexualité féminines. Cependant, les Egyptiens de l’Antiquité l’employaient pour ses qualités médicinales et odorantes comme en témoigne la momie de Ramsès II dont les cheveux, les mains et les pieds en étaient couverts. Dans la région orientale de la Méditerranée et en Egypte, les Juifs et les premiers Chrétiens se servaient du henné pour orner les mains des femmes. Les Musulmans l’ont ensuite intégré dans leurs traditions et ont répandu son usage avec l’expansion de l’islam jusqu’en Espagne où il y était cultivé et utilisé par les Juifs, les Chrétiens et les Maures du 9ème siècle jusqu’à l’Inquisition espagnole. Le henné est également apparu très tôt en Inde où il est toujours employé par les Musulmans et les Hindous.

Son usage

Le henné est très connu en tant que colorant que ce soit pour la peau ou pour les cheveux mais il l’est moins pour ses propriétés antifongique, antiseptique et antisudoral. Son usage est donc très varié.

image 400 x 403 (JPEG) Le henné constitue une parure et embellit la femme. Les motifs appliqués sur les mains et les pieds ont des significations multiples. Selon des croyances berbères, en l’utilisant, les femmes espèrent plus de force et de courage pour faire face aux difficultés du couple et se protéger de ce mauvais œil, de la jalousie et autre mauvais sentiment des autres. Pour certains, le henné apporte également la chance, la baraka. Il est donc très prisé lors des évènements importants qui sont alors l’occasion d’une véritable cérémonie du henné. C’est le cas lors du mariage, pour embellir la mariée, lors d’une naissance ou d’une circoncision. En Iran et dans certains pays musulmans, les hommes mettaient du henné avant la bataille pour être plus « présentables » devant les anges s’ils mourraient au combat. On retrouve des traces de ces faits dans les miniatures perses. En Inde, les motifs peuvent être uniquement décoratifs ou symboliser des divinités hindoues.

image 400 x 272 (JPEG) Sur les cheveux, l’effet peut être surprenant selon la couleur naturelle de la personne. Le henné donne de beaux reflets ou change complètement la couleur, tout dépend des éléments ajoutés à la pâte qui sera appliquée pendant une ou deux heures. Le tanin qu’il contient renforce le cheveu le rendant ainsi plus beau. En plus de son effet colorant, il possède une action antipelliculaire et antiséborréique.

 

image 120 x 110 (JPEG) Ses propriétés médicinales sont dues entre autres au tanin. Le henné peut être pris par voie orale sans effets indésirables connus. Il est utilisé dans de nombreux cas pour ses propriétés astringente, antiseptique et cicatrisante. Sous forme de cataplasme, il permet de traiter ou diminuer l’eczéma, les mycoses, les furoncles, les abcès, les panaris, les gerçures, les inflammations, les douleurs d’entorses ou de fractures. Il est aussi possible de traiter les brûlures et certaines hémorragies et de favoriser la cicatrisation de blessures. Sous forme d’infusion, il aide à lutter contre les ulcères, les diarrhées et la lithiase rénale. On peut également l’utiliser comme collyre dans les ophtalmies.

Aujourd’hui, le henné intervient dans le body art, dans les tatouages temporaires. Il séduit beaucoup les jeunes, en particulier le henné « noir » dont il convient de se méfier car il s’agit le plus souvent d’un henné contenant un additif pouvant être nocif pour la peau : le P-Phenelynediamine (PPD).

Dans la sunnah

De nombreux hadiths relatent l’usage du henné. Le Prophète Mohammed saws utilisait le henné comme teinture pour ses cheveux ou soigner les maladies.

« Le Prophète ne souffrait jamais d’une blessure ou d’une épine sans appliquer du henné dessus. » (Hadith rapporté par Oum Salamah, qu’Allah l’agrée) [At-Tirmidhi, al Bayhaqi]

Le Prophète d’Allah saws dit : « Les Juifs et les Chrétiens ne teignent pas (leur cheveux gris), vous devez faire l’opposé de ce qu’ils font (i.e. teignez vos cheveux gris et vos barbes). » (Hadith rapporté par Abou Houraira, qu’Allah l’agrée) [Boukhari 4 :668, 7 :786]

« […] Et concernant la teinture avec le henné, sans aucun doute j’ai vu le Prophète d’Allah teindre ses cheveux avec et c’est pourquoi j’aime teindre (mes cheveux avec) [...] » (Rapporté par ‘Oubaid Ibn Juraij) [Mouslim]

Le Prophète saws a dit : « Les meilleures choses avec lesquelles les cheveux sont changés sont le henné et le katam. » (Rapporté par Abou Dharr) [Abou Dawoud]

Pour en savoir plus

Visiter

Un site entièrement dédié au henné : Mehandi.com

Pour savoir comment utiliser le henné

 

Après cette vue d’ensemble, on comprend mieux que l’usage du henné vient de traditions ancestrales que la religion a intégrées. L’origine n’est donc pas proprement dite religieuse mais on retrouve des références dans les hadiths. Avec toutes les qualités citées et son coût économique, le henné a tout pour séduire !

 


Les photos ont été publiées avec l’autorisation du site Mehandi.com.


 

Leila R.
Du même auteur...


 Autres articles dans la rubrique Femina

Tous les articles


Sommaire | Archives | Le mag
TOUS DROITS RESERVES © 2001-2008 Aslim Taslam