Aslim Taslam

 

- N°37 Janvier 2004 -

Sommaire | Archives | Le mag

Art

Format texte pour l'impression   Envoyer cet article à un ami
 

CORDOUE, « la splendeur de l’art califal »

 

L’équipe d’Aslim Taslam vous invite à voyager quelques instants sur les terres espagnoles pour y apprécier le passage de l’Islam dans ce pays. Elle vous invite à découvrir, à travers quelques lignes, la grande ville de Cordoue, qui fut la capitale de l’art califal.

 

La civilisation de l’Espagne musulmane est encore très perceptible aujourd’hui en Espagne à travers un riche héritage patrimonial et architectural, et la ville de Cordoue est au centre de cet héritage islamique. En effet, la ville de Cordoue fut, depuis le début de la conquête, la capitale d’Al-Andalous, Elle fut pendant le 10ème siècle le siège du Califat indépendant et la ville la plus peuplée du Vieux Continent. Son faste fascina de nombreux géographes et voyageurs. Elle fut connue comme la ville de la diversité, du raffinement, de la connaissance et de la tolérance. Cordoue s’est distinguée aussi au cours des âges par ses savants, ses philosophes, ses écoles et ses monuments. Cordoue fut le centre du pouvoir et le centre culturel de l’art islamique de l’Espagne musulmane. Abderraman I commença, au 8ème siècle, la construction de la Mosquée Aijarna, qui est l’un des monuments les plus remarquables de l’art islamique. Cette Grande Mosquée connut des agrandissements successifs. Au 16ème siècle, une cathédrale fut bâtie à l’intérieur. L’intérieur de la mosquée est impressionnant. On ne dénombre pas le nombre de colonnes (850) et d’arcades de l’édifice principal, ainsi que la diversité des matériaux utilisés (pierre blanche, brique rouge, marbre). Le site de la Mosquée de Cordoue figure parmi la liste du patrimoine mondial.

La Mosquée de Cordoue

(JPEG)

Des quatre kilomètres de murailles qui existaient auparavant, il subsiste encore quelques restes près de la Porte d’Almodovar, actuellement restaurée. Du vieil Alcazar des Omeyyades, situé près de la mosquée, il n’y a que des vestiges sur la façade du Palais Épiscopal et des restes de Bains au Champ des Martyrs. La Tour de la Calahorra (forteresse arabe du 14ème siècle), des maquettes, du matériel audiovisuel et des figures nous content cette période de grande prospérité culturelle de l’Andalousie islamique. Parmi les bains conservés à Cordoue, il faut citer le Bain de Santa Maria, très endommagé par des interventions successives et le Bain de la Pescaderia. Le Pont romain montre la restauration réalisée par les musulmans. Parmi leurs œuvres hydrauliques, ont été conservés les Moulins de Enmedio et de Albolafîa (10ème siècle). Le visiteur peut suivre le tracé singulier de la capitale du Califat dans les quartiers de l’Ajerquia où s’installèrent les mozarabes cordouans et dans la Juderia avec sa Synagogue, située près de l’Aljama. L’épilogue digne de cet itinéraire est la visite de la cité de Medinat al-Zahra, exemple de ville fastueuse et éphémère, elle fut construite au 10ème siècle par Abderraman III et détruite en 1010 lors de l’insurrection des berbères, qui mit fin au Califat. Elle conserve des restes de palais, bains, mosquées, etc. La ville de Cordoue fut le point culminant de la splendeur de l’art califal [1].

 



[1] L’Art Califal (8ième au 11ème siècle) : Cet art utilise systématiquement les arcs en fer à cheval, où alternent claveaux blancs (pierre) et rouge (briques), le décor de briques en relief, les coupoles sur nervures, la tradition de surmonter les portes d’arcatures aveugles. Les Omeyyades apportent de Syrie le goût d’une décoration abondante. Le Coran interdisant la représentation de l’homme et des animaux, les éléments du décor musulman s’expriment par la calligraphie (inscriptions coufiques), l’arabesque (motifs végétaux : fleurons, palmettes entrelacées, les mosaïques (motifs géométriques, décors de brique, de marbre, formant des polygones et des étoiles). C’est Cordoue qui renferme aujourd’hui encore les plus belles œuvres de l’architecture califale.

 

Sawsan R.
Du même auteur...


 Autres articles dans la rubrique Art

Tous les articles


Sommaire | Archives | Le mag
TOUS DROITS RESERVES © 2001-2008 Aslim Taslam