Aslim Taslam

 

- N°43 Avril 2006 -

Sommaire | Archives | Le mag

Femina

Format texte pour l'impression   Envoyer cet article à un ami
 

Je veux porter le foulard !

 

Je suis française, nouvelle convertie dans la religion islamique, et amenée à porter le foulard un jour très prochain. Ma vie va changer dans tous les sens du terme, le regard des autres, le refus d’entrer dans certains lieux publics, le refus d’obtention de divers postes à responsabilité, et peut-être même le refus d’un emploi. La question se pose donc aujourd’hui, vais-je pouvoir arborer cette distinction religieuse sans problème ?

 

Certains non musulmans veulent nous interdire ce qui nous permet d’étaler au grand jour notre appartenance à une religion choisie par notre seule foi en Dieu et en ses commandements. Ancienne catholique moi-même, lors de nos entrées en lieux sacrés (églises et autres) la femme doit, dans cette pratique religieuse, se couvrir la tête soit par un chapeau ou foulard. Auraient-elles oublié ce rite dans leurs églises ? Dans la plupart des religions, la femme doit impérativement par respect pour Dieu et sa foi être tête couverte. Pourquoi alors interdire à la femme musulmane ce que les femmes catholiques ou autres font depuis des temps les plus reculés ! Devons nous, parce que certaines personnes n’admettent pas cela, nous priver de cette pratique sans danger pour notre entourage ? N’est-ce pas seulement par racisme ? Ils associent souvent la religion musulmane au monde arabe, alors que dans tous les pays celle-ci est pratiquée par des personnes non arabophones. Toutes personnes, voulant interdirent cette pratique, devraient impérativement se renseigner sur le fait de ce port de foulard. Ce qu’il apporte aux femmes musulmanes. Celui-ci n’est pas une attaque, mais seulement un symbole dont nous respectons le rite. Dieu demande à la femme croyante de se couvrir, donc pourquoi aller contre la demande de Celui-ci ? N’est-Il pas plus important que toutes les pensées humaines ?

La croyance en Dieu et son Prophète saws ainsi que la pratique des rites religieux nécessite cette différence tout à fait sans contrainte pour les personnes qui nous côtoient. Alors que nombre de croyantes arborent différemment celle-ci :

Les reines doivent ce parer d’un chapeau en public par soumission à Dieu. Chacune d’elles ne déroge pas à cette habitude, ne sont-elles pas sacrées reines dans les églises donc par la volonté divine ?

Lorsque qu’une femme désire rentrer dans les ordres ne dit-on pas qu’elle « prend le voile » ? Elle reste ainsi sa vie entière, parée d’un voile qu’elle n’ôte pas en présence d’autres personnes ou dans les lieux publics. Ces personnes sont mêmes, je dirais, très respectées par tous ceux qu’elles croisent. Ne devrait-on pas leur demander, nous aussi, de ne pas montrer leur foi en une religion autre que la notre ?

Jean Paul II n’a-t-il pas dit devant plus de 600 religieuses : « il nous faut maintenir toute la signification de notre vocation spéciale, et ce caractère spécial doit également se manifester par nos vêtements extérieurs. ». Donc dans le port du voile pour les religieuses. Pourquoi pas les musulmanes ?

Au vu des congrégations chrétiennes primitives, la femme non couverte est dépourvue de beauté aux yeux de Dieu et des autres membres de la congrégation, à cause de son manque d’humilité. L’apôtre Paul parle de la soumission de la femme en utilisant le symbole du péribolaïon (mot hébreu) qui veut dire « quelque chose qui est jeté tout autour, qui enveloppe ». Une femme fidèle reconnaît sa place dans les dispositions divines. Il dit dans sa première lettre aux Corinthiens 11 : 10 « la femme doit avoir un signe d’autorité sur la tête à causes des anges qui observent les actions des chrétiens et se soucient de la congrégation, dont ils sont les serviteurs. » Dans sa lettre à Timothée 2 : 9-10 il annonça : « la femme doit se parer non pas avec des façons de se tresser les cheveux, et d’or et de perles, mais comme il convient à des femmes qui déclarent révérer Dieu. »

Il attira l’attention sur la situation honteuse d’une femme, elle ne pouvait être ni tondue ni rasée 1 Corinthiens 11 : 5 dit « toutes femmes qui prient ou prophétisent la tête découverte font honte à leur chef, car c’est comme si elle était une femme rasée. » Dieu donna à la femme des cheveux longs ‘’en guise de coiffure’’, mais ce vêtement naturel ne la dispensait pas de porter quelque chose sur la tête en signe d’autorité. Paul en 1 Corinthiens 11 : 13 dit : « jugez en par vous-mêmes, est-il convenable qu’une femme prie Dieu la tête découverte  ? »

En acceptant cet état de fait, la chrétienne reconnaît l’autorité établie par Dieu, l’ordre théocratique et manifestait sa foi chrétienne, elle glorifie Dieu. Que dire de la femme musulmane...... ?

Doit-elle abandonner son voile dédier à sa propre foi en Dieu, parce que d’autres religions non pas sues maintenir leur culte dans toute sa pureté ?

Doit-elle renier le commandement de Dieu de porter celui-ci sous simple prétexte de déranger certaines personnes croisées dans les lieux publiques ?

Le port du voile permet de prouver notre appartenance à la religion islamique, notre foi en Allah et son Prophète saws, notre soumission à ses commandements, il est en même temps une protection pour la femme croyante. La Sourate 33 verset 59 demande aux femmes croyantes de ramener leurs voiles sur elles : elles en seront plus vite reconnues et éviteront d’être offensées. [1] La Sourate 24 verset 31 demande de ne l’ôter quand présence de personne proche tel que le mari les enfants la famille) [2]. Double protection pour une femme qui demande servir Dieu dans les meilleures conditions. Nous devons respecter ses commandements pour être approuvé d’Allah. Devons nous écouter notre Dieu ou plutôt des hommes qui considèrent notre foi comme despotique ? Personne ne peut obliger une femme croyante de se couvrir en soumission à son Créateur, sauf le respect qu’elle porte pour Celui-ci, et la puissance de sa foi ainsi que le désir de conserver toute sa dignité, son humilité, son intégrité.

Chaque religion arbore un signe très distinctif de son appartenance religieuse. Les chrétiens c’est la croix et une tenue caractéristique pour les prêtres et les religieuses, le judaïsme l’étoile de David et allant même avoir une coupe de cheveux très spécifique pour les hommes, le bouddhiste c’est une robe couleur safran et le crane rasé pour les hommes parfois les femmes suivant leur attribution. (Pour ne citer que les plus grandes religions mondiales). Toutes ses diverses tenues vestimentaires ne sont pas regardées comme dérangeantes pour les personnes n’appartenant pas à un de ces groupes religieux, et ils peuvent vaquer à leurs occupations sans problème. Pourquoi les musulmanes ne peuvent-elles pas rester la tête voilée, et pratiquer ce que toute femme fait chaque jour ?

Nous sommes dans un monde qui annonce la liberté de chaque citoyen alors je ne demande qu’une seule et unique chose, c’est que rien ne m’empêche de porter ce voile préservateur et annonciateur de ma foi nouvelle et sincère. Ne voulant offenser personne mais seulement respecter les commandements de mon seul et unique Créateur "Allah". Le port du voile est le désir de toute croyante voulant respecter les paroles divines, et se préserver de toute attaque extérieure, et je me considère désormais de plein gré être en mesure de mettre cette distinction primordiale de toute croyante.

Esther B.



[1] Sourate 33, Al Ahzab (Les coalisés), verset 59 :

« Ô Prophète ! Dis à tes épouses, à tes filles, et aux femmes des croyants, de ramener sur elles leurs grands voiles : elles en seront plus vite reconnues et éviteront d’être offensées ? Allah est Pardonneur et Miséricordieux. »

[2] Sourate 24, Nur (La lumière), verset 31 :

« Et dis aux croyantes de baisser leurs regards, de regarder leur chasteté, et de ne montrer de leurs atours que ce qui en paraît et qu’elles rabattent leur voile sur leurs poitrines ; et qu’elles ne montrent leurs atours qu’à leurs maris, ou à leurs pères, ou aux pères de leurs maris, ou à leurs fils, ou aux fils de leurs maris, ou à leurs frères, ou aux fils de leurs frères, ou aux fils de leurs sœurs, ou aux femmes musulmanes, ou aux esclaves qu’elles possèdent, ou aux domestiques mâles impuissants, ou aux garçons impubères qui ignorent tout des parties cachées des femmes. Et qu’elles ne frappent pas avec leurs pieds de façon que l’on sache ce qu’elles cachent de leurs parures. Et repentez-vous devant Allah, ô croyants, afin que vous récoltiez le succès. »

 


 Autres articles dans la rubrique Femina

Tous les articles


Sommaire | Archives | Le mag
TOUS DROITS RESERVES © 2001-2008 Aslim Taslam