Aslim Taslam

 

- N°43 Avril 2006 -

Sommaire | Archives | Le mag

Art

Format texte pour l'impression   Envoyer cet article à un ami
 

« Le temps d’une vie »

 

 

Les ans défilent à présent,
Compte à rebours d’une vie passagère,
Aux chemins sans retour et où les hommes-poussières,
S’échappent toujours avec l’ouragan de l’éphémère,

Une simple virgule dans l’histoire,
Le temps n’a l’importance que celle qu’on lui donne
« Se sentir vivant et pourtant si latent » : On fredonne
Stopper cette descente aux enfers, une tenace chimère ?
Sur cette route égarée, poussés par le vent de leurs saintes prières, les pèlerins, en âmes charitables, pardonnent
Ces images blessées, trop lourdes à porter
Une histoire voulue et presque oubliée
La vie tourne et retourne la vie de certains
Pas de hasard de chemins, juste un même refrain

Sous la pluie, les guenilles trempées rappellent la vie,
Les larmes entrelacent l’eau du ciel et cruelles sont les armes, reflet de ces guerres impies.
Des grondements aux bitumes ensanglantés, la mort comblée leur sourit,
Tonnant sous un regard sclérosé, le spasme du dégoût vomit,
La défaite, la rossée et les silhouettes effacées.

Dans un songe, des couleurs rafraîchissent un espoir non dépérit.
Le temps d’une vie où les oiseaux gazouillent, où les fleurs décachètent leur cœur et où les champs entourent leurs enfants galopant,

Le temps d’une vie, pleine de gaieté et de liberté,

Le temps d’une vie qui ne s’éteint jamais,

Une lumière, un Paradis pour tous ceux qui en ont été privés « ici », juste le temps d’une vie ...

Pour une Palestine qui survit.


 

Sawsan R.
Du même auteur...


 Autres articles dans la rubrique Art

Tous les articles


Sommaire | Archives | Le mag
TOUS DROITS RESERVES © 2001-2008 Aslim Taslam