Aslim Taslam

 

- N°44 Mai 2006 -

Sommaire | Archives | Le mag

Coran & Sounnah

Format texte pour l'impression   Envoyer cet article à un ami
 

Finalités de la Charia (2)
Deuxième partie

 

Cet article est tiré d’un séminaire sur les "Sciences de la Chari’a pour les Economistes" organisé à Niamey, République du Niger, du 20 au 29 avril 1998 conjointement par l’Institut Islamique de Recherches et de Formation (IIRF), relevant de la Banque Islamique de Développement (BID), Djeddah, Royaume d’Arabie Saoudite et l’Université Islamique du Niger, Niamey, République du Niger.

 

INTRODUCTION AUX BUTS (MAQASSID) DE LA CHARI’AH

Par : Dr. AHMED RAÏSSOUNI

I - DE LA TERMINOLOGIE DES BUTS (MAQASSID) DE LA CHARI’AH

Le but ou l’objectif (al-Maqsad) exprime la chose qui attire notre intention et stimule notre volonté quant à ce qu’on veut dire ou ce qu’on veut faire. Les buts de la Chari’ah -ou du Législateur- sont donc les finalités et les résultats liés aux paroles divines et aux exigences qui en découlent exhortant les Musulmans à les poursuivre.

La Chari’ah exige du musulman à poursuivre les mêmes objectifs qu’elle s’est elle-même tracée. Cela nous mène à deux sources d’objectifs : la Chari’ah d’un côté et les personnes juridiquement responsables (Mukallaf) de l’autre. La deuxième source étant conditionnée par la première et les deux s’unissent pour réaliser les mêmes buts.

Compte tenu de ce lien entre les buts de la Chari’ah et les buts des personnes juridiquement responsables, l’Imam Chatibi les a classés en deux catégories : les buts du Législateur et les buts des personnes juridiquement capables. Bien que nous nous intéressions moins à cette deuxième catégorie dans la présente introduction, il y a lieu toutefois de souligner que les buts du Législateur ne peuvent se réaliser qu’à travers les buts de cette deuxième catégorie à la condition qu’ils soient conformes à ceux de la première catégorie.

1.1 Les buts du Législateur :

Au vu des utilisations de l’expression « buts du Législateur » il y a lieu de distinguer deux niveaux d’objectifs : les buts de la réthorique ou du message (Maqassid al-Khitab) et les buts de prescriptions (Maqassid al-Ah’kam).

a- Buts du message (divin) :

Appelés encore buts du texte (Maqsud an-Nass), ou buts des versets, ou buts du Hadith. Cette terminologie est utilisée lorsque le texte légal contient deux sens : le sens visé et le sens non visé. Ce dernier pouvant être le sens apparent qui nécessite davantage de contemplation et de discernement. Mais en se référent aux présomptions de l’exégèse, on découvrira que le texte contient un sens autre que celui qui apparaît à première vue : on dira alors que le sens est ceci...ou que le sens du texte est comme suit...

Selon la nature du texte légal, on déterminera la prescription visée par celui-ci ainsi que le domaine d’application de cette prescription.
Cela nous permet d’apprécier la raison inhérente à cette prescription et le but qu’elle cherche à atteindre. Il y a lieu de souligner dans ce contexte que l’exégèse des textes légaux est tiraillée entre deux courants : le courant qui se limite aux termes du texte et du sens apparent qu’il contient d’une part, et le courant qui s’efforce de rechercher les buts non avoués du texte.

Ce deuxième courant tient au fait que la Chari’ah contient des buts et des finalités qu’elle essaie de sauvegarder dans ses prescriptions d’une manière générale (et c’est ce que nous découvrirons ci-après). En observant les textes de la Chari’ah, les tenants de ce courant font appel à ces buts et à ces finalités afin d’en déterminer le sens visé.

b- Buts des prescriptions :

Une fois que nous ayons défini correctement les buts de la révélation dans le respect des règles de la langue arabe, des données élémentaires de la Chari’ah ainsi que des principes visant à faciliter l’explication des textes légaux, nous aurons alors compris le but du Législateur contenu dans la révélation et la finalité exacte de ses paroles.

Nous aurons ainsi plus de connaissance de ce qui nous est demandé de faire ; mais il nous reste à définir les missions visées par le discours divin et qu’il nous est demandé d’exécuter. Quelles sont les bénéfices escomptés une fois que nous ayons observé les prescriptions de la Chari’ah ? En d’autres termes : Quels sont les buts recherchés par cette législation ?
Prenons le verset suivant :

« Prends sur leurs biens un impôt »
Sourate 9, At-Tawba (Le repentir), verset 103

A première vue, on peut dire que le message est destiné au Prophète saws à qui il est demandé de prélever une part des biens des musulmans à titre de charité. Cela étant vrai en apparence du texte. Mais si nous nous intéressons aux buts visés par le texte, nous découvrirons que le message est destiné à l’ensemble des musulmans juridiquement capables, et plus particulièrement aux responsables politiques. Aussi, par le mot ‘biens’, il faut comprendre une part bien déterminée qu’on appelle le nissab, et que prélèvement se fait selon des conditions précises. Ainsi, la proportion à prélever est à la fois une obligation et un devoir et que la finalité de cette ponction se concrétise dans l’attribution de ces fonds à des catégories de bénéficiaires désignés dans un autre verset coranique. Cette affectation constitue le but du message divin.

Toutefois il y a lieu de définir les finalités de ces prescriptions, et d’une manière particulière les deux piliers essentiels qui sont : le prélèvement et l’affectation.
Pourquoi ce prélèvement d’une proportion des biens des musulmans qu’ils ont acquis d’une manière légale ? Pourquoi cette affectation des fonds prélevés à autrui ou à des catégories bien déterminées ? Quelles sont les finalités escomptées de cette législation ?

La réponse à ces questions, et à d’autres du même genre, comporte « les buts des prescriptions » (maqassid al-ah’kam) après que nous ayons découvert « les buts du message ».
Les buts des prescriptions, c’est-à-dire les bénéfices et résultats escomptés de l’observation des injonctions de la Chari’ah constituent ce que les spécialistes qualifient de maqassid al-Chari’ah ou prescription de la Chari’ah.

1.2 Classification des prescriptions de la Chari’ah :

On peut approcher ces prescriptions dans le sens défini précédemment dans le contexte général de la Chari’ah. On serait ainsi face à l’ensemble de ses finalités. En observant un -ou plusieurs- aspects bien déterminés de la Chari’ah, on pourrait découvrir les buts de tel ou tel aspect. On peut aussi observer l’aspect général des prescriptions de la Chari’ah pour arriver à un but particulier ou à plusieurs buts si le contexte le permet. C’est la raison pour laquelle les buts de la Chari’ah se composent de trois groupes :

a. Les buts d’ordres général ou globaux (al-Maqassid al-amma)

Ce sont les buts pris en considération d’une manière générale tels le respect des cinq universaux (la religion, l’âme, la progéniture, l’intellect et les biens), la lutte contre le mal, la lutte contre la gêne, l’observation de la justice, la non obéissance du musulman à ses passions...

b. Les buts spéciaux

Par buts spéciaux, nous faisons allusion aux buts qui concernent un domaine législatif bien particulier tels les buts de la Chari’ah pour ce qui concerne les prescriptions relatives au droit à l’héritage, aux transactions financières, au code de la famille...
Cela peut s’étendre à divers domaines législatifs rapprochés ou parfois imbriqués tels les buts relatifs à la gouvernance générale, aux cultes... C’est bien cheikh Mohamed Tahar ben Achour qui a prêté attention à ce sujet dans son ouvrage « Maqassid al-Chari’ah al-Islamiya », où il a traité les points suivants :

-  Buts de la Chari’ah relatifs au code de la famille.
-  Buts de la Chari’ah relatifs aux transactions financières.
-  Buts de la Chari’ah relatifs aux relations de travail (l’emploi).
-  Buts de la Chari’ah relatifs à l’administration judiciaire et au témoignage (Shahadah).
-  Buts de la Chari’ah relatifs aux oeuvres de bienfaisance.
-  Buts de la Chari’ah relatifs aux sanctions.

c. Les buts particuliers

Ils concernent les buts de chaque prescription à part touchant les cas d’obligation, de prédilection, d’interdiction, de répulsion ou de conditionnalité...

Exemple : On dit que le but de la dot dans un mariage est le enforcement des liens de cordialités entre les époux et que la présence des témoins valide le contrat de mariage... Il est clair que la bonne appréhension des buts de la Chari’ah se fait à travers l’observation des trois classifications sus-mentionnées. On ne peut parler de buts globaux de la Chari’ah sans appréciation des buts spéciaux, eux-même tributaires d’une bonne appréciation des buts particuliers et des portées pratiques qu’ils incarnent. Dans ce même ordre d’idées, il est incorrect de valider les liens de causalité des buts particuliers des différentes prescriptions en déconnexion avec les buts globaux de la Chari’ah.


 

Abdelhak O.
Du même auteur...


 Autres articles dans la rubrique Coran & Sounnah

Tous les articles


Sommaire | Archives | Le mag
TOUS DROITS RESERVES © 2001-2008 Aslim Taslam