Aslim Taslam

 

- N°11 Novembre 2001 / Août 2010 -- N°78 Juillet-Août 2009 -

Sommaire | Archives | Le mag

Ramadan

Format texte pour l'impression   Envoyer cet article à un ami
 

Le jeûne et la rupture du jeûne

 

Il se peut que certains pieux croyants soient désireux d’observer un jeûne perpétuel, susceptible de générer des difficultés dans leur existence, sans oublier que ce type de jeûne n’est pas en accord avec l’esprit de l’islam. 

 

 

Lorsque la nouvelle parvint au Prophète saws que Abdullah bin Amr jeûnait sans discontinuer, il lui tint le propos suivant, rapporté plus tard par Abdullah :
Le Messager saws me dit : "On m’a informé que tu pries la nuit et que tu jeûnes le jour. Ibn Amru répondit : "Oui !" Le Messager d’Allah saws le conseilla de la sorte : "Jeûne un jour et romps le lendemain. Prie la nuit puis dors. Car ton corps a des droits sur toi, tes femmes ont un droit sur toi et ton hôte a un droit sur toi. Aussi, si tu jeûnes trois jours par mois, ce sera pleinement suffisant." Amru souligna avec insistance qu’il était en mesure d’observer un jeûne tel que celui qu’il pratiquait alors. Mais le Messager saws le lui déconseilla. "Alors je lui expliquai que j’en avais la force." Il saws me dit alors : "Observe le jeûne pendant trois jours en commençant le vendredi puis romps-le." Ibn Amr dit : "Je lui assurai avec une vive insistance que j’en étais capable et il saws me répondit avec vigueur que je ne devrais pas le faire." Le messager d’Allah saws m’enseigna ceci : "Observe le jeûne comme le prophète Daoud (David) avait coutume de le faire et n’en fais pas davantage." "Comment jeûnait-il ? " demanda Amru. Le Prophète saws dit : "Le prophète Daoud (David) avait pour habitude de jeûner un jour et de rompre le lendemain." (Ahmad)
Ce hadith très instructif nous révèle que le but de la prescription du jeûne n’est pas de causer quelque préjudice au croyant, ni de priver le corps de son régime naturel de vie. Il montre également l’attention dont savait faire preuve le messager saws de miséricorde, tandis qu’il essayait de convaincre Amru que son projet d’adopter la pratique du jeûne perpétuel pour le restant de sa vie n’était pas en accord avec l’islam. Un jeûne continuel entraîne la perte des bénéfices physiques ou spirituels. Sur le plan physique, car il se mue en routine et le corps perd le bénéfice du jeûne tiré de la privation temporaire. Sur le plan spirituel, le cœur est en proie à l’ennui et à l’engourdissement. C’est aussi dénier aux épouses leur droit dans la mesure où le jeûne perpétuel entraîne une baisse du désir sexuel.
L’âme est affectée par ce qui l’assaille de façon ponctuelle, non par ce à quoi elle est accoutumée. N’avez-vous pas remarqué que le médecin conseillera à son patient de ne pas prendre un médicament de façon continue, transformant sa prise en routine, mais seulement si son corps en ressent le besoin, autrement ce médicament se révèlera inefficace lorsque la personne sera malade ?
Ce hadith montre que nul n’est en droit d’user de son corps au gré de ses seuls désirs. Avant d’entreprendre toute chose, il faudrait avoir en tête les autres droits. L’homme doit concilier des responsabilités multiples. Il se peuten effet que royant faire acte d’adoration envers Allah, l’on transgresse Ses lois car l’on ne respecte pas la juste mesure en matière d’adoration en violant les droits du corps lorsqu’on lui refuse trop sévèrement les ressources nécessaires à sa conservation.

Si l’on faillit au devoir conjugal vis-à-vis de sa femme ou de son mari, on risque de le rendre vulnérable devant la tentation et enclin à des actes immoraux et illicites. Le hadith illustre également la merveilleuse relation qui unit le maître et l’élève, montrant la grande patience dont le Messager saws a fait preuve envers un compagnon débordant d’énergie et qui n’hésitait pas à la dépenser dans la pratique du jeûne. Il révèle aussi comment le Prophète saws encourageait les compagnons à exprimer leurs opinions et à poser des questions tout en observant l’étiquette et le respect dus au Messager d’Allah saws qui dit : "Le meilleur (jeûne surérogatoire aux yeux d’Allah) est celui que pratiquait le prophète Daoud (David) et la meilleure prière nocturne surérogatoire est celle du prophète David." Le Messager saws expliqua : Il avait pour habitude de dormir la moitié de la nuit de prier pendant un tiers et enfin de dormir un sixième. Quant au jeûne, il jeûnait un jour sur deux. (Ahmad)
Par la grâce d’Allah notre Prophète saws est en accord avec les révélations antérieures comme nous le voyons dans le Coran et la Sunna. Par son entremise, un riche enseignement spirituel a été transmis à la Oumma.


 


 Autres articles dans la rubrique Ramadan

Tous les articles


Sommaire | Archives | Le mag
TOUS DROITS RESERVES © 2001-2008 Aslim Taslam