Aslim Taslam

 

- N°66 Juin 2008 -

Sommaire | Archives | Le mag

Analyses

Format texte pour l'impression   Envoyer cet article à un ami
 

Un excellent modèle [à suivre]

 

Allah, à Lui la gloire et les louanges, a dit :

« Vous avez dans le Messager d’Allah un excellent modèle [à suivre], pour quiconque espère en Allah et au Jour dernier et invoque Allah fréquemment. »
Sourate 33, Les coalisés, verset 21

 

Allah, à Lui la gloire et les louanges, a créé l’être humain avec le besoin de prendre quelqu’un en modèle, chacun de nous éprouve cette nécessité naturellement comme le petit enfant qui imite ses parents, puis ses camarades de classe et ses professeurs, puis il grandit encore et est influencé par ce qu’il voit, entend, les programmes télévisés, un parti politique, etc.

Vouloir et aimer prendre quelqu’un en exemple est un besoin inné, si on vit dans l’isolement, on sort de la sphère sociale et de la nature humaine créé par Dieu.

Le terme (usswa’) traduit par "modèle" en français a pour origine (ÁÓ æ), signifiant soigner, guérir, consoler, aidé, recommander, rétablir dans son état normal et (ÇÓæÉ) signifie imitation, modèle, consolation, remède, soutien, appui. [1]

On trouve le même sens dans d’autres versets, par exemple :

« Certes, vous avez eu un bel exemple [à suivre] en Abraham et en ceux qui étaient avec lui »
Sourate 60, L’éprouvée, verset 4.

Dieu nous a bénis en tant qu’êtres humains en choisissant des prophètes afin que nous connaissions la voie de la droiture, pour que les messagers éclairent notre chemin, nous permettre de reconnaitre le bien du mal. Les mécréants de la Mecque ont refusé de prendre le Prophète saws en exemple pour suivre l’égarement. Or, si on étudie soigneusement les caractéristiques du Prophète saws, on se rend compte qu’elles sont si complètes qu’on ne peut vivre une bonne vie sans elles. C’est pourquoi le modèle prophétique est aussi précieux et indispensable que l’air que nous respirons, l’eau que nous buvons, le médicament que nous prenons quand nous sommes malades, il sera notre intercesseur au jour dernier. L’être humain peut-il vivre sans eau, sans air, et sans médicaments si il est malade ?

De nos jours, on ne doit pas s’étonner de l’égarement, des désastres, de la tristesse, et des injustices, car ils sont en liaison directe avec l’éloignement de la religion d’Allah et du bon exemple du Prophète saws.

Deuxièmement, il y a deux types d’exemple, de modèle, de suivi et il faut faire la différence entre les deux :

-  Il y a le suivi attaché à des conditions ou (usswa’ mouqayyada), c’est un suivi limité, par exemple, un employé veut prendre exemple sur son supérieur dans ses méthodes de travail pour progresser. Et cela existe entre les gens.
-  Il y a le suivi sans conditions ou (usswa’ mutlaqa), il s’agit de suivre quelqu’un en tout, et là il ne peut s’agir que du Prophète saws, car les prophètes sont les seuls à ne pas commettre des péchés [2], aussi personne ne peut être suivi en toute chose sauf le prophète Mohammed saws et avant lui les autres prophètes.

Aujourd’hui, la confusion règne entre les deux, aussi le suivi attaché à des conditions, (usswa’ mouqayyada), a remplacé le suivi sans conditions, (usswa’ mutlaqa), et cela est du à plusieurs raisons :

Par exemple, une personne en prend une autre en modèle parce qu’elle a besoin d’argent, puis se retrouve à lui obéir en tout à cause de sa fortune, mais cela peut être pour le pouvoir, pour la famille, pour le nom, la tribu, la terre... C’est ainsi que beaucoup prennent certaines personnes en modèle tandis que certains croient vraiment qu’ils sont des modèles à suivre. Or Dieu dit :

« et ne suis pas les passions de ceux qui traitent de mensonges Nos signes et qui ne croient pas à l’au-delà, »
Sourate 6, Les bestiaux, verset 150

Aussi, celui qui ment sur le Coran ou la Sharia islamique, ou qui en renie un élément de la religion ne doit pas être suivi, car celui qui les suit, il se retrouve coincé avec eux.

Et Allah dit aussi :

« N’obéis pas à ceux qui crient en mensonge, »
Sourate 68, La plume, verset 8

Cela signifie qu’il ne faut pas suivre ceux qui mentent, c’est-à-dire ceux qui sont un mauvais exemple (usswa’ sayi’a), ils ne peuvent être pris comme modèles, il n’est donc pas étonnant aujourd’hui de voir que le suivi ment à son suiveur qui lui ment à son tour. Aussi, attention, si l’on connait quelqu’un qui ment, il ne faut pas le suivre, car on ne sait pas où il va nous mener. Par exemple, je suis sur que telle personne est un menteur, et il veut me donner un verre d’eau, je ne peux pas lui faire confiance sur cette eau peut être est elle empoisonnée, impure, sale. Je ne bois pas cette eau. Je ne prends rien de lui.

Un autre verset toujours sur le mauvais exemple :

« Et n’obéis pas à celui dont Nous avons rendu le cœur inattentif à Notre Rappel, qui poursuit sa passion et dont le comportement est outrancier. »
Sourate 18, La caverne, verset 28

Il y a ici trois particularités concernant celui qui est un mauvais exemple :

Il est celui qui ne prononce jamais le nom d’Allah, ni quand il rentre chez lui, ni quand il sort, ni avant de manger, ni avant de dormir, ... son cœur devient donc dur, et on ne s’étonne pas de la dureté dans ses comportements, ni des injustices qu’il peut commettre. Comment quelqu’un peut-il le suivre ?!

C’est semblable à une route montagneuse sur laquelle descend le brouillard, on ne peut pas suivre la voiture qui roule devant nous parce que peut être qu’elle aussi ne connait pas la route, aussi si elle tombe dans un trou ou un ravin alors que nous la suivons, nous tomberons à notre tour. Par contre, si nous sommes surs que cette personne connait par cœur le chemin, nous pouvons la suivre.

De nos jours, beaucoup de gens prétendent être un excellent modèle, et demandent aux autres de les suivre, et cela existe partout même dans les pays arabes et musulmans. Alors qu’ils ne prient jamais, ne vont jamais à la mosquée...

Un jour, le Prophète saws a dessiné un trait sur le sol, puis deux traits inclinés de chaque côté à droite et à gauche, en désignant la ligne du milieu étant le droit chemin, il a récité ce verset :

« Et voilà Mon chemin dans toute sa rectitude, suivez-le donc ; et ne suivez pas les sentiers qui vous écartent de Sa voie.” Voilà ce qu’Il vous enjoint. Ainsi atteindrez-vous la piété. »
Sourate 6, Les bestiaux, verset 153

Un autre point important est de savoir dans quelle mesure l’on peut suivre quelqu’un dans al usswa muqayyada. Il est en effet possible de suivre une personne dans un domaine particulier : un professeur de calligraphie, de calcul, de sport, de langage... Al usswa muqayyada est limité et est attaché à certaines conditions : il ne faut pas qu’il contredise le suivi du Prophète saws. Si mon professeur me dit que je dois le suivre pour apprendre, je suis d’accord avec lui tant que ce qu’il me dit n’est pas en contradiction avec les enseignements du Prophète saws. Mais si en le suivant, il va faire des objections à des principes de l’islam comme la foi, la vie après la mort, alors je ne le suis pas. C’est la même chose dans tous les domaines, et la politique aussi, si je prends en modèle un homme politique et que ses avis sont en accord avec la religion, il n’y a aucun problème à le suivre, mais si sa politique me pousse à douter ou rejeter un élément de la religion, alors je ne dois pas le suivre et ce peut importe qui il est.

« Et voilà Mon chemin dans toute sa rectitude, suivez-le donc ; et ne suivez pas les sentiers qui vous écartent de Sa voie.” Voilà ce qu’Il vous enjoint. Ainsi atteindrez-vous la piété. »

Par contre, il n’existe qu’une personne qui peut être prise en modèle en tout chose, notamment dans la foi et la compréhension de la religion, et c’est le Prophète saws.

Maintenant, nous allons voir les caractéristiques qui font que des prophètes constituent un excellent modèle :

-  Ils ne commettent pas de péchés, car s’ils péchaient on aurait pu les suivre dans ce domaine puisqu’on doit les prendre en exemple, et c’est aussi pour cette raison qu’on ne peut suivre que des prophètes parce que tout le monde commet des péchés.

-  La sincérité, ils disent la vérité et ils sont appuyés par des miracles, car si on perd notre confiance en quelqu’un, on ne doit plus le suivre. Dans le couple, si la femme se rend compte que son mari lui ment, elle n’aura plus confiance en lui et elle ne sera plus tranquille envers lui, le mari étant al uswa muqayyada pour sa femme. Par exemple, un médecin dont je suis sur qu’il cache son erreur par un mensonge, je ne peux plus être tranquille avec lui. Afin que nous ayons la tranquillité d’esprit, les prophètes sont sincères et incapables de mentir.

-  Les prophètes transmettent le message divin, et rien ne vient d’eux-mêmes.

-  La sécurité, ils sont en secret ce qu’ils sont devant les autres. On peut leur faire confiance.

-  L’intelligence, la vivacité d’esprit et de repartie comme lorsque Abraham parla avec un roi :

« N’as-tu pas su (l’histoire de) celui qui, parce qu’Allah l’avait fait roi, argumenta contre Abraham au sujet de son Seigneur ? Abraham ayant dit : “J’ai pour Seigneur Celui qui donne la vie et la mort”, “Moi aussi, dit l’autre, je donne la vie et la mort.” Alors dit Abraham : “Puisqu’Allah fait venir le soleil du Levant, fais-le donc venir du Couchant.” Le mécréant resta alors confondu. Allah ne guide pas les gens injustes. »
Sourate 2, Al Baqarah, verset 258

Le Prophète saws est un excellent exemple à suivre et celui qui connait le Prophète saws à travers le récit de sa vie, de ses actes et paroles, ne regardera et n’aimera personne d’autre que lui. Dans un verset Allah dit :

« Ainsi, Nous avons envoyé parmi vous un messager de chez vous qui vous récite Nos versets, vous purifie, vous enseigne le Livre et la Sagesse et vous enseigne ce que vous ne saviez pas. »
Sourate 2, Al Baqarah, verset 151

"De chez vous", est lu en arabe : "min anfoussikoum", mais dans une de ses lectures le Prophète saws a prononcé : "min infassikoum", ce qui signifie alors "le plus valeureux d’entre vous."

Il avait le meilleur caractère, un visage semblable à la lune, il était doux avec les enfants, courageux, gentil, encourageant ses compagnons, il était au plus près de l’ennemi dans les batailles difficiles et pas à l’arrière, il donnait beaucoup d’amour à ceux qui l’entourait aussi quand un compagnon allait le voir, le Prophète saws le traitait si bien, s’adressait à lui d’une telle bonne manière que ce dernier se sentait heureux et spécial comme si il faisait parti de ses rapprochés. Ses paroles étaient miséricordieuses, un jour un compagnon est venu le voir et lui a dit qu’il sentait de la dureté dans son cœur alors le Prophète saws, lui a conseillé de caresser la tête d’un orphelin pour éprouver la tendresse dans son cœur. Il n’a jamais frappé personne ni femme, ni enfant. Anas a rapporté :

"J’ai servi le Prophète durant dix ans et il ne m’a jamais dit ni ’fi", ni "qu’est-ce que tu as fait ?", ni "pourquoi n’as-tu pas fait ceci ?""

Le Prophète saws montrait l’exemple aux compagnons en étant lui-même l’exemple. C’est pour cela qu’on critique ceux qui doutent des compagnons, et que l’on dit que ceux qui doutent d’eux doutent de l’exemple du Prophète saws, comme le confirme également le hadith du Prophète saws sur la droiture des trois premières générations. Il ne faut donc pas critiquer, rabaisser, ni modifier son bon exemple.

Dans le coran Dieu dit également :

« Ceux qui te prêtent serment d’allégeance ne font que prêter serment à Allah : la main d’Allah est au-dessus de leurs mains. »
Sourate 48, La victoire éclatante, verset 10

Aussi on ne peut faire qu’un seul serment et il ne peut être fait que pour l’obéissance au Prophète saws. Et si l’on cherche les causes de la dégradation présente de la communauté musulmane, elles sont tout simplement dues à leur l’éloignement de l’exemple prophétique saws. Quand les musulmans le suivront à nouveau, copieront son bon exemple alors le bien et la joie s’installeront dans nos sociétés. Et Dieu dit :

« Quiconque obéit à Allah et à Son messager obtient certes une grande réussite. »
Sourate 33, Les coalisés, verset 71

Que Dieu fasse que nous soyons de ceux qui suivent le bon exemple du Prophète saws.

Pour le prendre en modèle, il faut lire sa biographie et en apprendre des leçons, lire des livres sur ces qualités et le suivre, Dieu dit :

« Nous t’avons envoyé en tant que témoin, annonciateur de la bonne nouvelle et avertisseur, »
Sourate 48, La victoire éclatante, verset 8

Et encore :

« et comme une lampe éclairante. »
Sourate 33, Al Ahzab (Les coalisés), verset 46

Il faut avoir pour ami ceux qui l’aiment, rapporter ses paroles, aller visiter sa mosquée à Médine, prier sur lui, car la prière sur le Prophète saws est pour le croyant un moyen de le guider sur le bon chemin et de vivifier son cœur. Plus il prie sur lui saws en effet, plus son cœur se remplit d’amour de sorte qu’il n’éprouve plus aucune réticence vis-à-vis de ses commandements et de ses enseignements qui vont s’imprégner en lui comme l’encre s’imprègne sur une feuille. Ils sont toujours présents avec lui et l’orientent constamment sur le chemin du savoir et du bonheur. Sa clairvoyance et son savoir ainsi accrus le pousseront à prier sur lui saws davantage. [3]

Prier sur le Prophète saws est donc très utile spirituellement avant de lire sa biographie pour la lire de tout son cœur, comme celui qui lit sa "Sira" à Médine la percevra différemment. Un homme a raconté avoir vu le Prophète saws en rêve et il a expliqué que par la suite la lecture de sa biographie avait un tout autre goût. A l’instar encore de celui qui lit sur l’Egypte n’aura pas les mêmes sensations que celui qui la regarde à la télé ou lit sa description dans un livre.

Enfin, il faut rétablir sa Sunnah, en ces temps d’égarements, nous devons rechercher les Sunan méconnues ou qui ont été abandonnées pour les remettre au goût du jour et le Prophète saws nous y a encouragé quand il a dit que celui qui fait en sorte qu’une de ses Sunan soit à nouveau appliquée alors que la communauté est dans la dégradation recevra la récompense du martyr, et dans une autre version de cent martyrs. Et le Prophète saws a pleuré pour nous alors ses compagnons lui ont demandé :

« Qu’est-ce qui te fait pleurer ô messager d’Allah ? » Il répondit : « Mes bien-aimés me manquent ! » On lui dit alors : « Ne sommes-nous pas tes bien-aimés ? » Il dit : « Non ! Vous êtes mes compagnons ! Mes bien-aimés sont des gens qui viendront à la fin du temps, quand tenir à sa religion sera comme tenir à une braise, leur récompense vaudra celle de 70 [4] » Ils dirent : "D’entre nous ou d’entre eux ?" Il dit : "D’entre vous." Ils dirent : "Et pourquoi ?" Il dit : "Parce que vous trouvez le moyen de faire le bien et eux ne le trouve pas."

Ainsi, toute personne qui parle du Prophète saws, rapporte sa biographie aux gens, ses paroles, sera parmi ses proches au jour de la résurrection et fera parti des réunions du Prophète saws au paradis.

Que Dieu fasse que nos cœurs soient contentés par le suivi du Prophète saws et que nous soyons parmi ses proches au paradis !


Source : D’après la conférence donnée par le cheikh Amin Al Kurdi à la grande mosquée ’Omari de Beyrouth.


[1] Définition d’après M. Gloton, du livre intitulé Une approche du Coran par la grammaire et le lexique.

[2] La majorité des savants reconnaît la possibilité pour les prophètes de commettre des péchés mineurs. Par contre, ils sont préservés des péchés majeurs. (Référence)

[3] Extrait de 40 bonnes raisons de prier sur le prophète saws du site Islamhouse.com et du livre intitulé : Jalâ el Afhâm fî Fadhl e-Salât wa e-Salâm ‘ala Mohammed khaïr el Anâm d’ibn el Qayyim el Jawziya.

[4] D’autres hadiths mentionnent le nombre de 50. (Référence)

 

Sajida M.
Du même auteur...


 Autres articles dans la rubrique Analyses

Tous les articles


Sommaire | Archives | Le mag
TOUS DROITS RESERVES © 2001-2008 Aslim Taslam