Aslim Taslam

 

- N°9 Septembre 2001 -

Sommaire | Archives | Le mag

Le Livre

Format texte pour l'impression   Envoyer cet article à un ami
 

Moyens pour rester ferme dans la foi
Ecrit par Sheikh Muhammed Salih Al-Munajjid

 

Sommaire

 

INTRODUCTION

Que nos prières aillent à Allah ; nous Le prions et nous recherchons Son aide et Son pardon. Nous cherchons refuge auprès d’Allah contre le Mal provenant de nous-mêmes et de nos mauvaises intentions. Quiconque est guidé par Allah ne peut être égaré, et quiconque est égaré par Lui ne peut être guidé. J’atteste qu’il n’y a de dieu qu’Allah, qu’Il n’a aucun associé, et j’atteste que Mohammed est Son serviteur et Son Messager.

La fermeté dans la religion d’Allah est une condition de base pour tout musulman sincère qui recherche Sa voie droite avec détermination et souci de compréhension. Cette question est d’une grande importance pour de nombreuses raisons, dont celles-ci  :

  1. La situation actuelle des sociétés dans lesquelles vivent les Musulmans, les types de tentations auxquelles ils sont exposés et le genre de caprices et de désirs, les doutes et la confusion qui ont conduit la religion à devenir une chose étrange, de telle sorte que ceux qui la suivent sont considérés comme voulant mettre un frein à la modernité et les gens disent ; « Celui qui s’accroche à sa religion est comme celui qui s’accroche à un charbon ardent ».
    Quiconque est doué de raison ne doute pas du fait que les musulmans de nos jours ont besoin de plus de moyens pour rester fermes dans leur foi que leurs prédécesseurs parmi les Salaf, et que l’effort demandé est plus grand, à cause de la corruption de notre époque, et la rareté et la faiblesse des frères et de leur soutien.
     
  2. La grande fréquence des cas d’apostasie (riddah) et de dénégation, et ce même parmi ceux qui oeuvrent pour l’Islam, ce qui fait que les Musulmans craignent de finir de la même manière. Alors le musulman recherche les moyens de rester ferme dans sa foi, de telle sorte qu’il se retrouve dans une terre la plus sèche possible.
     
  3. La relation entre cette issue et le cœur, au sujet duquel le Prophète saws disait : « Il change plus que la forme de l’eau en ébullition dans une marmite. » (rapporté par Ahmad, 6/4 ; al-Haakim, 2/289 ; al-Silsilat al-Saheehah, 1772). Le Prophète saws donna également un autre exemple à propos du cœur : «  Le cœur (qualb) tient son nom de ces changements perpétuels (taqallub - altération, variation, hauts et bas). Le cœur est tel une plume au pied d’un arbre, tournée et retournée par le vent. » (Rapporté par Ahmad, 4/408 ; Saleeh al-Jaami’, 2364).
    Comme le dit un poète d’autrefois : « Il n’a été nommé insaan (l’homme) qu’en vertu de ses nasyaan (sa capacité d’oubli) Et cet organe a été nommé al-qualb (le cœur) parce qu’il varie en permanence (yataqallib). »

Rendre ferme celui qui est ballotté par les vents du doute et de la confusion est un problème sérieux qui nécessite des moyens considérables, à la mesure de l’importance de cette tâche et de la difficulté qui lui est inhérente.

Grâce à la miséricorde qu’Allah a manifestée envers nous, dans Son Livre et à travers les sentences et la vie du Prophète saws, nous voici en possession de nombreux moyens de rester fermes dans l’Islam. Je ne traiterai que certains d’entre eux, qui sont les suivants.

 

Se tourner vers le Qur’an

Le Qur’an est le moyen primordial de rester ferme en Islam. Il est la corde solide et la lumière claire d’Allah. Quiconque y adhère, Allah le protègera, quiconque le suit, Allah le sauvera, et quiconque appelle à le suivre sera guidé sur la Voie Droite.

La raison pour laquelle ce Livre a été révélé en plusieurs étapes a été ainsi établie par Dieu : il s’agissait d’aider Son Prophète saws à rester ferme dans sa foi. Dans le contexte de la réfutation des doutes des kuffars, Il dit :

« Et ceux qui ne croient pas disent, ’Pourquoi le Coran ne lui a-t-il pas été révélé entièrement en une seule fois.’ C’est ainsi (il est descendu en plusieurs parties), que nous pouvons renforcer ton cœur. Et nous te l’avons révélé graduellement, par étapes. Et il ne se trouve aucun exemple de similitude qu’ils puissent apporter(pour s’opposer ou trouver des erreurs dans votre livre ou dans ce Coran), sans que nous te révélions la vérité (contre cette similitude ou cet exemple), et la meilleure explication à ce sujet.  »,
sourate al-Furquaan 25, versets 32-33.

Pourquoi le Coran est-il une telle source de puissance ?

  1. Parce qu’il cultive la foi et purifie l’âme à travers le contact avec Allah.
  2. Parce ce que ces versets apportent paix et tranquillité au cœur du croyant, ainsi il ne sera pas ballotté par les vents de la fitnah ; son cœur se contentera du rappel d’Allah.
  3. Parce qu’il apporte au musulman la bonne compréhension des choses et les valeurs avec lesquelles il sera capable d’évaluer toute situation qui se présentera à lui. Il donne également les standards contre lesquels il pourrait juger de choses d’une façon juste et équitable, sans varier d’une situation ou d’une personne à l’autre.
  4. Parce qu’il réfute les doutes que suscitent les ennemis de l’Islam, tels les mécréants et les munaafiqueen, comme dans les exemples suivants dans les premiers temps de l’Islam  :
    1. L’effet de ce verset : « Ton Seigneur (Ô Mohammed) ne t’a jamais abandonné ni détesté » [al-Duhaa 93 :3] sur le cœur du Prophète saws, lorsque les mushrikoons ont dit , « Mohammed a été abandonné...  » (Voir Saheeh Muslim de Sharh al-Nawawi, 12/156).
    2. L’effet du verset : « ... la langue de l’homme auquel ils se réfèrent est étrangère, alors que ceci (le Qur’ran) est une langue Arabe claire  » [ al-Nahl 16 :103]. Les Quraish crièrent qu’un être humain avait instruit Mohammed saws et qu’il avait appris le Qur’an d’un charpentier romain de la Mecque.
    3. L’effet du verset « ... Certainement ils sont tombés dans la tentation [fitnah]... » [al-Tawbah 9 :49] sur les cœurs des croyants, lorsque les munaafiq ont dit, « Permets moi de partir (pour être dispensé du jihaad) et ne me mets pas dans l’épreuve. » [al-Tawbah 9 :49]
       
      N’est-ce pas la plus grande des aides, renforcer le cœur du croyant, détruire ses doutes et réduire au silence les voix de la fausseté ? En effet ça l’est, par Allah.

Lorsque les croyants furent de retour de al-Hudaybiyah, Allah leur promit un butin de guerre plus conséquent qu’ils iraient prendre seuls (c’est-à-dire le butin de Khaybar). [Il leur dit que ] les munafiqoon leur demanderaient s’ils pouvaient les y accompagner, mais que les Musulmans diraient, « Vous ne deviez pas nous suivre. » Ils persisteraient à changer les paroles d’Allah, et ils diraient aux croyants, « Non, vous nous jalousez.  » ce à quoi Allah répond en disant, « Non, mais ils ne comprennent rien qu’une infime partie. » [al-Fath, 48 :15]. Alors, tout cela arriva effectivement aux croyants, étape par étape, mot pour mot.

  1. A partir de cela, nous pouvons voir une différence entre ceux dont les vies sont connectées en permanence au Qur’an, le lisent, le récitent, le mémorisent, l’étudient, réfléchissent à ses significations et le prennent pour point de départ et pour refuge et ceux qui sont préoccupés par les paroles des hommes.
  2. Est-ce que ceux qui recherchent la connaissance consacreraient la plupart de leurs efforts à comprendre le Coran correctement  !

S’en tenir aux lois d’Allah et agir justement

Allah dit : « Allah gardera fermes ceux qui croient, au sens qu’ils resteront fermes dans ce monde et dans l’Au-delà. Et Allah fera s’égarer ceux qui sont des zaalimoon (polythéistes et injustes, etc.), et Allah réalise tout ce qu’Il souhaite. » [Ibraheem 14 :27].
Qutaadah a dit : « Comme pour la vie dans ce monde, Allah les soutiendra dans la réalisation d’actions bonnes et justes et dans l’Au-delà (Il les aidera) à rester fermes dans leur tombe.  » Une interprétation similaire a été donnée par plus d’un des Salaf.(Tafseer al Qur’aan al-’Alzeem par Ibn Katheer, 3/421).
Allah a dit : « ... mais s’ils avaient fait ce qu’on leur avait dit, cela aurait été meilleur pour eux, et cela aurait renforcé leur (Foi) » [al-Nisa’ 4 :66], c’est-à-dire, cela les aurait renforcés dans leur adhésion à la Vérité.
Cela est clair, mais comment attendre de la fermeté de la part de ceux qui sont trop fainéants pour faire des actions justes lorsque la fitnah montre son affreux visage et que les calamités croissent ? Mais Allah guidera sur la Voie Droite ceux qui croient et qui font de bonnes actions par leur foi. Aussi, le Prophète saws avait-il l’habitude de persévérer dans les bonnes actions et qu’il préférait celles qui étaient les plus régulières, mêmes si elles étaient minimes. Lorsque ses Compagnons commençaient à faire une action quelconque, ils persévéraient dans sa pratique, et quand Aïcha (qu’Allah soit satisfait d’elle) faisait quelque chose, elle s’y maintenait.
Le Prophète saws avait l’habitude de dire : « Quiconque persévère à faire douze rak’as [ c’est-à-dire les Sunnan rawaatib ou prières Sunna que le Prophète saws accomplissait régulièrement ], aura droit au Paradis. » (Sunan al-Tirmidhi, 2/273 ; hadith hasan saheeh, voir également Saheeh al-Nisaa’i, 1/388 et Saheeh al-Tirmidhi, 1/131).

Selon un hadith Qudsi, Allah a dit : « Mon esclave continuera à se rapprocher de Moi par des actions naafil d’adoration jusqu’à ce que Je l’aime. » (Rapporté par al-Bukhari ; voir Fath al-Baari, 11/340).

Etudier les vies des Prophètes et suivre leur exemple

La preuve en est ce verset : « Et tout ce que Nous te racontons (Ô Mohammed) des actes des Messagers est pour te renforcer et raffermir ton cœur. Et c’est de ceux-ci que te vient la vérité, de même qu’un avertissement et un rappel pour les croyants. » [Hud 11 :120].

Ces versets n’ont pas été révélés à l’époque du Messager d’Allah saws en vue d’une simple distraction et d’un amusement. Ils ont été révélés dans un but important, qui est de renforcer le cœur du Prophète saws et de la même façon les cœurs des croyants.

  1. Pensez à la signification de ce verset : « Ils dirent : ’Brûlez-le, secourez vos divinités si vous voulez faire quelque chose pour elles’, Nous dîmes ’O feu, sois pour Abraham une fraîcheur salutaire !’ Ils voulaient ruser contre lui, mais ce sont eux que nous rendîmes les plus grands perdants. » [Al-Anbiya 21 :68-70]. Ibn Abbas a dit : « La dernière chose qu’Abraham a dit lorsqu’il fut jeté dans le feu fut, ’Allah me suffit et Il est ma meilleure garantie’. » (Al Fath 8/22). Ne vous sentez-vous pas comme lui, ferme face à l’oppression et la torture lorsque vous lisez cette histoire ?
  2. Pensez au verset dans lequel Allah nous dit au sujet de Moussa : « Et quand les deux partis se virent les compagnons de Moïse dirent : ’ Nous allons être rattrapés.’ Moïse dit : ’Jamais, car j’ai avec moi mon Seigneur qui va me guider. » [Al Shu’ara’ 26 :61-62]. Ne sentez-vous pas comme il est resté ferme alors qu’il était poursuivi par les troupes de Pharaon et qu’il était entouré des pleurs de désespoir de son propre peuple  ?
  3. Lisez l’histoire des magiciens de Pharaon, qui donne l’exemple d’un petit groupe qui a adhéré à la vérité une fois qu’elle lui est apparue de façon évidente. Ne voyez-vous pas comment ils restèrent fermes face aux menaces émises par leur oppresseur qui disait : « Osez vous croire en lui (Moussa) avant que je ne vous en donne la permission ? Vraiment  ! Il est votre chef et vous a enseigné votre magie ! Alors je vous couperai les mains et les pieds et je vous crucifierai sur des troncs de palmiers dattiers, et vous saurez sûrement lequel de nous deux [ moi Pharaon ou le Seigneur de Moïse] peut infliger la torture la plus sévère et la plus longue.  » [Ta_Ha 20 :71]. Le petit groupe de croyants resta ferme, sans penser à battre en retraite, et ils dirent : « Nous ne te préférons pas plus que les signes clairs qui nous sont apparus, et à Lui Qui nous a créés. Alors décrète ce que tu souhaites décréter, car tu ne peux prendre de décrets que dans la vie de ce monde. » [Ta_Ha 20 :72]
  4. Alors pensez à l’histoire du croyant dans la Sourate Ya-Sin, le croyant de la maisonnée de Pharaon, le peuple du Ditch (al-ukhdoud), et les autres, qui nous enseignent les plus grandes leçons que nous pouvons apprendre concernant la fermeté dans notre foi.

Dou’aas (supplications)

Une des caractéristiques des pieux serviteurs d’Allah est qu’ils se tournent vers Allah par des dou’aas et lui demandent de les aider à rester fermes dans leur foi : « Notre Seigneur ne laisse par nos cœurs dévier (de la vérité) après que tu nous aies guidés...  »[ al Imran 3 :8] ; « Notre Seigneur ! Donne nous de la constance [patience] et renforce nos pas.  » [al Baquara 2 :250]
Le Prophète saws nous a dit que « Les cœurs des fils d’Adam sont comme une unité entre les doigts du Plus Miséricordieux, et Il les dirige comme Il le souhaite.’ (Rapporté par Imam Ahmad de ibn ’Omar ; voir Sahih Muslim de Cheikhal-Nawawi, 16/204). Le Messager d’Allah saws disait souvent, « Ô Contrôleur des cœurs, fais que mon cœur adhère fermement à Ta religion. » (Rapporté par al-Tirmidhi par Anas, Tuhfat al-Ahwadhi 6/349 ; Sahih al-Jaami, 7864)

Le rappel d’Allah (dhikr)

C’est l’un des meilleurs moyens de rester ferme en Islam.

Pensez à la combinaison décrite dans ce verset : « Ô vous qui croyez ! Lorsque vous rencontrez une force (ennemie), prenez une position forte contre eux et rappelez vous abondamment le Nom d’Allah, ainsi serez vous vainqueurs. » [Al Anfal 8:45] Le dhikr est un des moyens les plus efficaces pour rester ferme dans un jihad.

« Pensez à la force physique des Perses et les Romains qui les avaient abandonnés alors qu’ils en avaient le plus besoin  » (Ibn al Qayyim, qu’Allah lui fasse miséricorde, dans Al-Daa’wa’l-Dawaa’) - malgré le petit nombre d’hommes et d’armes de ceux qui se souvenaient le plus de nom d’Allah.

Comment Yousouf (que la paix soit sur lui ) est-il resté ferme face à la tentation de la part d’une femme puissante et belle qui l’appelait au pêché. N’est-il pas entré dans une forteresse en « recherchant refuge auprès d’Allah » et n’a-t-il pas vaincu les appels de la tentation ? Tel est l’effet de l’adhkaar (le rappel d’Allah) sur la fermeté de la foi des croyants.

S’efforcer de rester dans la voie droite

La seule voie convenable, que tous les Musulmans devraient suivre, est la voie des Ahl-al-Sunna wa’l-Jamaa’ah, sur les traces du groupe victorieux et préservé, les gens de la ’aquida pure et de la méthode solide, ceux qui suivent la Sunna et l’évidence (préservée). Le Musulman doit se distinguer des ennemis d’Allah et être différent du peuple du mensonge.
Si vous voulez connaître la valeur de la fermeté dans la foi, demandez-vous : pourquoi tant de personnes, dans le passé et de nos jours, ont été égarées ? Pourquoi ont-elles été déroutées ? Pourquoi leurs pas ne sont-ils pas restés fermes sur la Voie Droite ? Pourquoi ne sont-elles pas mortes en la suivant, ou pourquoi y sont-elles revenues si tard dans leur vie, après avoir gâché un temps si précieux ?

Alors vous les voyez, allant d’une déviance à une autre, de la philosophie à ’ilm al-kalaam (philosophie islamique), des pensées de Mu’tazili à une manière de tergiverser et de mal interpréter les versets clairs du Coran, d’une tariqua Soufie à une autre...

Ainsi sont les gens de la déviance, confus et ébranlés dans leur foi. Voyez comment le peuple de ’ilm al-kalaam sont dépourvus de fermeté dans leur foi au moment de leur mort. Ainsi les Salafs disaient , « Le peuple qui a ressenti le plus de doute au moment de la mort est le peuple de al-kalaam. » Mais pensez à cela  : est-ce qu’une personne qui suivait Ahl al-Sunnah wa’l-Jamaa’ah s’est détournée de son chemin par mécontentement après l’avoir connu et compris ? Les gens pourraient l’abandonner à cause de leurs caprices et désirs, ou à cause de leurs doutes si leur compréhension est faible, mais personne ne l’a quitté parce qu’il a vu quelque chose de meilleur ailleurs ou parce qu’il pensait que son chemin était mauvais.

La preuve de cela se trouve dans les questions posées par Héraclius à Abu Sufyaan concernant ceux qui ont suivi Mohammed saws. Il demanda : « Est-ce que quelqu’un a quitté sa religion par mécontement après y avoir adhéré ? » Abu Sufyaan répondit : « Non » Alors Héraclius a dit : « C’est ainsi lorsque la joie de la foi emplit le cœur. » (Rapporté par al-Bukhari, al-Fath 1/32).
Nous avons entendu parler de nombreux grands guides qui abandonnèrent une sorte d’innovation au profit d’une autre, et d’autres qu’Allah a guidés et ainsi ils quittèrent le mensonge et rejoignirent le madhab d’ Ahl al-Sunna wa’l-Jamaa’ah, en dépit de leurs voies précédentes. Mais avez-vous déjà entendu parler du contraire ? Si vous désirez rester fermes dans l’Islam, alors vous devez suivre la voie des croyants.

L’entraînement et l’éducation

L’entraînement dans la foi graduel et conscient, basé sur le savoir, est un des facteurs de base pour rester ferme en Islam.

S’entraîner dans la foi est ce qui remplit le cœur et la conscience de crainte et d’amour (d’Allah), en s’opposant à la sécheresse qui résulte de l’ignorance des textes du Qu’ran et de la Sunna et en s’opposant au fait d’accorder trop d’importance aux paroles des Hommes.

L’entraînement basé sur la connaissance est celui qui est basé sur la preuve sahih, par opposition à la simple imitation et la poursuite aveugle.

L’entraînement conscient est celui qui reconnaît le chemin des pêcheurs et des injustes, étudie les complots des ennemis de l’Islam, comprend correctement et évalue la réalité et les événements, par opposition à un survol aveugle et à des horizons étroits.

L’entraînement graduel est ce qui mène pas à pas le musulman à atteindre la perfection avec sa propre stratégie, s’opposant ainsi à un progrès spontané et géré à la hâte.

Pour comprendre l’importance de cet élément dans la fermeté, revenons à la Sirah du Messager d’Allah saws et demandons nous :

  1. Quelle fut la source de la fermeté des Compagnons à la Mecque, aux temps des persécutions ?
  2. Comment Bilal, Khabaab, Mas’ab, la famille de Yasir et des autres musulmans dépossédés de leurs biens pouvaient-ils rester fermes dans leur foi ? Comment même les plus grands Sahabas pouvaient-ils rester fermes dans leur foi alors qu’ils étaient rejetés par les autres ?
  3. Est-il possible qu’ils eussent pu rester fermes sans un entraînement intensif supervisé par le Prophète saws, qui a forgé et défini leurs personnalités.
  4. Prenez, par exemple le Compagnon Khabbaab ibn al-Arat (qu’Allah soit satisfait de lui) dont le propriétaire avait pour habitude de chauffer une brochette jusqu’à ce qu’elle soit rouge et de la placer sur son arrière train nu jusqu’à ce qu’en coulant la graisse de son derrière l’éteigne. Qu’est ce qu’il l’a rendu capable de supporter tout cela avec une telle patience et une telle persévérance ?
  5. Et pensez à Bilal accablé par un bloc de pierre, gisant sur les sables ardents, et Sumayyah enchaînée ...
  6. Considérez la période Madani : nous pourrions demander, qui fut celui qui resta ferme avec le Prophète saws à Hunayn lorsque la plupart des musulmans avait fui ? Etait-ce les nouveaux convertis qui étaient devenus musulmans après la Conquête de la Mecque, et qui n’avaient pas reçu suffisamment d’entraînement entre les mains du Prophète saws, la plupart desquels étaient partis à la recherche de butin ? Non... la plupart de ceux qui sont restés fermes étaient la crème de la crème des croyants, ceux qui avaient déjà reçu un grand entraînement.
     
    S’ils n’avaient pas reçu un tel entraînement, pensez-vous qu’ils seraient restés fermes dans leur foi ?

Avoir confiance en la voie qui vous suivez

Sans aucun doute, plus le musulman est confiant dans le chemin qu’il suit, plus il y adhèrera avec fermeté. Il y a plusieurs façons d’atteindre ce but, y compris la suivante :

  1. Prendre conscience que le chemin que vous suivez n’est pas quelque chose de nouveau qui a commencé en ce siècle, mais que c’est un chemin ancien et vénérable que les Prophètes, témoins de la vérité, érudits, martyrs et personnes justes ont suivi avant vous. Cela diminuera votre sentiment de solitude et remplacera votre isolement avec une sensation de confort, et votre tristesse se transformera en joie parce que vous sentirez que tous ces gens sont vos frères sur cette voie et cette méthodologie.
  2. Sentir que vous faites partie des élus. Allah a dit : « Prières et bénédictions soient à Allah, et paix sur Lui et ses serviteurs qu’Il a choisi (pour son Message) !... » [al-Naml 27 :59]
    « Alors Nous avons donné ce Livre (le Coran) en héritage pour ceux de Nos esclaves que Nous avons choisis... » [Faatir 35 :32]
    « Ainsi votre Seigneur te choisira et t’enseignera l’interprétation des rêves (et d’autres choses) ... » [Youssef 12 :6]
    Tout comme Allah a choisi les Prophètes, les personnes droites ont une part dans ce choix dans la mesure où ils ont hérité de la connaissance des Prophètes.
  3. Comment vous sentiriez-vous si Allah vous avait créé inerte, ou une bête stupide, ou un kafir athée, ou une personne qui incite à la bid’ah, ou un malfaiteur sans morale, ou un musulman qui n’incite pas les autres à l’Islam, ou un musulman qui entraîne vers une voie truffée d’erreurs ?
  4. Ne voyez vous-pas que cette sensation d’avoir été choisi par Allah et d’être de ceux qui appellent à suivre la voie de Ahl al-Sunnah wa’l-Jamaa’ah est un des facteurs qui vous tiendront fermes dans votre méthodologie et dans cette voie ?

Appeler les autres à Allah (da’wah)

L’âme qui n’est pas active stagnera. Un des domaines les plus importants dans lequel une personne puisse s’investir est celui de la da’wah, l’appel des autres personnes à Allah. C’est la tâche des Prophètes, tâche qui vous sauvera du châtiment, réalisera votre potentiel et vous permettra d’accomplir de grandes œuvres. « Maintenant, pour cela (cette raison), appelez (les à la Foi), et restez fidèles à mes commandements...  » [al Shoora 42:15]. Il est faux de dire qu’une personne ne fait ni de progrès ni de régression (parce que si vous ne progressez pas, il est évident que vous régressez - personne n’est stable). Si une personne ne s’active pas à faire des actes d’adoration et d’obéissance, elle sera occupée par le péché et la désobéissance, et sa foi peut croître ou décliner (elle ne restera pas constante).

Appeler à la méthodologie correcte - en y accordant du temps, en faisant des efforts mentaux et physiques et en discutant, de telle façon que la da’wah devienne la préoccupation principale pour le musulman - anéantira les efforts du Shaïtan pour le tenter et l’égarer.

En plus de cela, être mis au défi par des obstacles et des personnes entêtées sur le parcours de la da’wah rendra le da’iya plus fort dans sa foi.

En plus d’une grande récompense, la da’wah est également un moyen de rester ferme dans sa foi et de se protéger de la déviation, parce que la personne qui attaque n’a pas besoin de se défendre et qu’Allah est avec les da’iyahs et les rend plus fermes. Le da’iyah est tel un médecin combattant la maladie avec son expérience et son savoir : en combattant la maladie des autres il sera moins probable qu’il en souffre lui-même.

Rester proche des personnes qui vous aideront à rester fermes dans votre foi

Ce sont les gens dont les caractéristiques ont été mentionnées par le Prophète saws dans le hadith, « Parmi les gens il y en a qui ouvrent la voie à la bonté et ferment le chemin au mal. » (Hasan, rapporté par Ibn Maajah d’Anas, 237, et par Ibn Abi ’Aasim dans Kitaab al-Sunnah, 1/127. Voir également Al-Silsilat al-Saheehah, 1332). Rechercher des érudits, des gens justes et croire le da’iyahs, rester proches d’eux est une grande aide pour rester ferme dans sa foi. Pendant les périodes de combat de l’Histoire islamique, Allah a aidé les musulmans à rester fermes dans leur foi en aidant certains d’entre eux.

Par exemple, ’Ali ibn al-Madeeni (qu’Allah lui fasse miséricorde) disait : « Allah a soutenu Sa Religion avec al-Sideeq [Abu Bakr] au moment de la Riddah (apostasie), et avec Ahmad au moment de l’épreuve. »

Pensez à ce que Ibn al-Qayyim (qu’Allah lui fasse miséricorde) disait du rôle de son cheikh, Cheikh al-Islam [ibn Taymiyah] lorsqu’il aidait les musulmans à rester fermes dans leur foi  : « Lorsque notre crainte devenait trop grande et que nous commencions à penser au pire et que les choses devenaient trop difficiles pour nous, nous nous tournions vers lui. Il nous suffisait de le voir et d’écouter ses mots et ces troubles s’effaçaient pour être remplacés par de la tranquillité, de la force, de l’assurance et du calme. Louange soit à Celui qui a permis à Ses esclaves de voir le Paradis avant de Le rencontrer, qui leur a ouvert ses portes dans ce monde et leur a permis de sentir son air parfumé afin qu’ils vouent toute leur énergie à le rechercher et qui combattent pour cela. » (Al-Waabil al-Sayib, p.97).

C’est ici que la fraternité islamique émerge comme une source de base de la fermeté. Vos frères justes, dirigeants et enseignants sont une source d’aide pour vous sur ce chemin, tel un pilier sur lequel vous pouvez baser votre apprentissage. Ils vous rendent plus fermes à travers les versets qu’ils connaissent et la sagesse qu’ils détiennent... Accrochez-vous à eux et vivez avec eux ; ne restez pas seuls de peur que les Chayatin vous submergent, car le mouton qui est dévoré par le loup est celui qui s’éloigne du troupeau.

Avoir confiance dans l’aide d’Allah, et être conscient que le futur appartient à l’islam

Nous avons besoin de rester fermes même si la victoire semble loin pour ne pas être égarés après avoir été fermes dans la foi. Allah dit : Combien de Prophètes combattirent (sur le chemin d’Allah) et avec eux de nombreuses troupes d’hommes religieux (combattirent). Mais ils n’ont jamais perdu leur courage à cause de ce qui a pu leur advenir sur le Chemin d’Allah, ni n’ont faibli, ni baissé les bras. « Et Allah aime ceux qui patientent. Et ils ne dirent rien sauf : ’Notre Seigneur  ! Pardonne nous nos péchés et nos transgressions, renforce nos pas, et donne-nous la victoire sur le peuple des mécréants .’ Alors Allah leur donna la récompense de ce monde, et l’excellente récompense de l’Au-delà... » [Al ’Imran 3:146-148]

Lorsque le Messager d’Allah saws voulut apaiser ses Compagnons persécutés et les faire rester fermes, il leur dit, pendant les moments de persécution et d’épreuves, que le futur appartient à l’islam. Que disait-il ? Al-Boukhari rapporta de Khattab qu’il disait : « Allah achèvera certainement cette question (l’islam), jusqu’à ce qu’un voyageur soit capable d’aller de San’aa’ à Hadramawt en ne craignant rien sauf Allah et qu’un loup attaque son troupeau. » (Rapporté par al-Boukhari  ; voir Fath al-Baar,7/165). Raconter à la jeune génération les Hadiths qui donnent une vision du futur de l’islam positive est une part importante de leur éducation et les entraîne à rester fermes dans leur religion.

Comprendre l’existence du mensonge et ne pas être égaré par lui

Allah nous dit : « Ne vous laissez pas décourager par la destruction gratuite (et l’influence) des mécréants à travers le pays. » [Al ’Imran:196]. Cela conforte les croyants et les aide à rester fermes dans leur foi.

Allah nous dit : « Alors comme pour l’écume elle part et s’en va au rebus... » [al-Ra’ad 13:17]. C’est une leçon pour ceux qui ont de l’intelligence de ne pas craindre le mensonge ou de ne pas s’y soumettre.

Le Qur’an expose également les buts et les moyens des personnes adeptes du mensonge, comme Allah le dit : « Et ainsi expliquons Nous les signes (épreuves, preuves, versets, enseignements, signes, révélations, etc.) en détail, pour que le chemin des mujrimoon (criminels, polythéistes, pécheurs) soit évident » [al-An’aam 6:55] de telle façon que les musulmans ne sont pas pris à l’improviste et qu’ils savent de quelle direction l’islam sera attaqué.

Combien de fois avons nous entendu parler ou même vu des mouvements qui s’effondrent et des dai’yahs qui perdent leur fermeté par la fautes des attaques qu’ils n’attendaient pas à cause de leur ignorance de leurs ennemis.

Acquérir les caractéristiques qui permettent de rester fermes dans la foi

L’une des caractéristiques les plus importantes est le sabr (la patience). Al Bukhari et Muslim rapportent que le Prophète saws a dit : « Personne ne peut avoir de plus beau et généreux cadeau que la patience. » (Rapporté par al-Bukhari dans Kitaab al-Zakaah, Baab al-Isti’faaf ’an al-mas’alah ; par Mouslim dans Kitaab al-Zakaah, Baab Fadl al-Ta’affuf wa’l Sabr). La plus grande patience vient aux prémisses d’un désastre, et si un événement inattendu arrive à une personne, le désastre le submergera et il perdra sa fermeté, s’il n’a pas de patience.

Pensez à ce que Ibn al-Jawzi (qu’Allah soit satisfait de lui) a dit : « J’ai vu un vieil homme, âgé d’à peu près 80 ans, qui avait l’habitude de venir à toutes les prières de jamaa’ah. Un des fils de sa fille mourut, et il a dit : « Personne ne doit plus prier Allah parce qu’Il ne répond pas. » Ensuite il a ajouté : « Allah est têtu et il ne nous a pas laissé un fils.  » (Al-Thaabat ’ind al-Mawt par Ibn al-Jawzi, p.34). Qu’Allah soit exalté, bien plus qu’il ne l’a fait.
Lorsque les musulmans furent vaincus par les Uhud, ce désastre était assez inattendu parce qu’Allah leur avait promis la victoire, mais Allah leur a donné une bonne leçon avec le sang des martyrs. « (Quel est votre problème ?) Lorsqu’un seul désastre vous accable, même si vous avez frappé (vos ennemis) deux fois plus fort, vous dites : « D’où cela nous vient-il  ? » Dis (leur) « Cela vient de vous-même (à cause de vous mauvaises actions ). »... » [Aal ’Imraan 3:165]. Comment on-t-il pu être à l’origine de tout cela ?

« ... vous avez perdu votre courage et vous discutez Ses ordres et vous désobéissez après qu’Il vous ait montré (la victoire ) vous aimez. Parmi vous se trouvent certains qui désirent ce monde... » [Aal ’Imraan 3:152]

Les conseils de l’homme juste

Lorsque le musulman est confronté à des problèmes et que son Seigneur le teste pour le purifier, un des moyens qu’Allah lui donne pour rester ferme dans sa foi est un homme juste qui le conseillera et l’aidera. A travers les mots de cet homme Allah aide le croyant à rester ferme dans sa foi et dirige ses pas. Ces mots lui rappellent Allah, Sa Rencontre avec Lui, Son Paradis et Son Enfer. Voici des exemples de la vie de l’imam Ahmad (qu’Allah soit satisfait de lui), qui passa ce test et en sortit tel de l’or pur.

Il fut emmené devant al-Ma’moon enchaîné, et (al-Ma’moon) lui avait déjà fait parvenir une menace sévère avant qu’il n’arrive et qu’un esclave répéta à l’imam Ahmad : « Cela me peine, O Abu ’Abd-Allah, que al-Ma’moon ait dégainé un sabre qu’il n’avait jamais dégainé avant, et qu’il ait juré par ses relations avec le Messager d’Allah saws que si tu n’acceptes pas ce qu’il dit sur la création du Qur’an, il te tuera certainement avec ce sabre. » (Al Bidaayah wa’l-Nihaayah, 1/332)

Dans cette situation, les érudits saisirent l’opportunité pour dire à leur imam des mots qui l’aideraient à rester ferme dans sa foi. Dans al-Siyar (11/238), al-Dhahabi rapporte de Abu Ja’far Al-Anbaari : « Lorsque Ahmad fut envoyé vers al-Ma’moon, on est venu me le dire, alors j’ai traversé les Euphrates et je l’ai trouvé dans une auberge où je l’ai salué. Il a dit : ’Ô Abu Ja’far, pourquoi te causes-tu des ennuis (en venant ici) ? ’ J’ai répondu : ’Ecoute-moi, aujourd’hui tu es le chef et le peuple te suit. Par Allah, si tu acceptes le fait que le Qur’an a été crée, un grand nombre de gens adhèreront à cela, mais dans le cas contraire, ils n’y croiront pas non plus. Même si cet homme (al-Ma’moon) ne te tue pas, tu mourras quand même, parce que la mort est inévitable, alors crains Allah, et ne te joins pas à lui (al Ma’monn).’ Ahmad commença à pleurer et il dit : ’Ma sha Allah.’ Alors il dit, ’Ô Abu Ja’far répète cela’ alors il le répéta et il continua à dire ’Ma sha Allah’...  »

En ce qui concerne le fait qu’il soit emmené devant al-Ma’moon, l’imam Ahmad a dit : « Nous atteignîmes al-Rahbah à minuit, et un homme vint vers nous et nous dit :’ Lequel d’entre vous est Ahmad ibn Hanbal ?’ On lui répondit ’Cet homme.’ Il dit à celui qui dirigeait le chameau, ’Ralentis’... Alors il a dit, ’Ecoute-moi, pourquoi devrais-tu t’inquiéter si tu es tué ici et que tu vas ensuite au Paradis.’ Ensuite il ajouta ’Qu’Allah soit avec toi’ et il s’en alla. J’ai demandé qui était cet homme et on m’a répondu, ’C’est un arabe de la tribu de Rabee’ah qui vend de la laine dans le désert. On l’appelle Jaabir ibn ’Aamir, et on dit toujours du bien de lui.’ »

Dans al-Bidaayah wa’l Nihaayah, il est écrit qu’un bédouin a dit à l’imam Ahmad : « Ecoute-moi, tu es un représentant du peuple, alors ne leur sois pas de mauvais conseil. Tu es le chef de ton peuple aujourd’hui, alors prends garde de faire tout ce qu’ils te demandent, de peur d’avoir à assumer leurs péchés le jour de Jugement. Si tu aimes Allah, alors supporte tout avec patience, car la seule chose qui te sépare du Paradis est ton assassinat. »

L’imam Ahmad a dit : « Ses mots renforcèrent ma résolution à ne pas faire ce qu’ils me demandaient. » (al-Bidaayah wa’l Nihaayah, 1/332).

On a rapporté que l’imam Ahmad a dit : « Je n’ai jamais entendu de paroles aussi fortes que celles qu’un bédouin m’a dites à Rabat Tawq, un village entre al-Raqqah et Baghdad sur les bords de l’Euphrate. Il a dit, ’Ô Ahmad, s’ils te tuent parce que tu dis la vérité, tu seras shaheed (un martyr), et si tu vis, tu seras loué.’ Et ainsi mon ceur fut plus fort. » (Siyaru A’laam al-Nubala’, 11/241)

L’imam Ahmad dit au sujet du jeune homme Mohammed ibn Nooh, qui l’a accompagné en ce moment de discorde : « Même s’il était très jeune, il détenait de si grandes connaissances, et je n’ai jamais vu quiconque adhérer plus fermement aux commandements d’Allah que Mohammed ibn Nooh, et j’espère qu’il a bien fini. Il m’a dit un jour, ’Ô Abu ’Abd-Allah, tu n’es pas comme moi. Tu es un homme que les gens suivent, et ils tendent leur cou pour voir ce que tu feras, alors crains Allah et suis ses commandements.’ Alors il mourut et j’ai prié pour lui lors de la prière de janaazah (prière funéraire) et je l’ai enterré.  » (Siyar A’laam al-Nubala’, 11/242).

Même ses compagnons prisonniers, que l’imam Ahmad avait l’habitude de guider dans leurs prières durant leur captivité, avaient un rôle à jouer dans l’aide dont il avait besoin pour rester ferme dans sa foi. Un jour, alors qu’il était en prison, l’imam Ahmad a dit : « Cela ne me dérange pas d’être en prison - cela n’est pas différent de ma maison - ou être tué par un sabre, mais je crains les épreuves ou d’être fouetté. » Un des prisonniers l’a entendu et a dit : « Ne t’inquiète pas, ô Abu ’Abd-Allah, ce ne sont que deux lanières du fouet ensuite tu ne sens pas où le reste tombe. » Ce fut comme s’il le rassurait et le calmait. (Siyar A ’laam al-Nubala’, 11/240).

Alors cherche conseil auprès des personnes justes et essaie de le comprendre s’il t’est adressé.

Recherche leurs conseils avant de partir en voyage, si tu penses que quelque chose pourrait t’arriver. Recherche leurs conseils lorsque tu es confronté à une épreuve ou avant un test que tu espères réussir. Recherche leurs conseils si tu as rendez-vous avec les autorités ou si tu hérites d’une richesse.

Rends-toi ferme et aide les autres à faire de même. Allah est le Protecteur des croyants.

Penser aux délices du Paradis et aux punitions de l’Enfer et se rappeler la mort

Le Paradis est un sentiment de joie, la consolation de ceux qui sont affligés, la destination finale des croyants. L’âme n’est pas par nature inclinée à faire des sacrifices ou à travailler ou à rester ferme à moins qu’elle ne reçoive quelque chose en échange qui rende les difficultés faciles et ne l’aide à surmonter les obstacles sur son chemin.

Celui qui connaît la récompense trouvera facile de travailler dur, parce qu’il sera conscient que s’il ne reste pas ferme dans sa foi, il sera éloigné du Paradis d’une distance égale à celle séparant la terre des cieux. L’âme a besoin de quelque chose pour la débarrasser de la souillure de cette terre et l’élever au monde paradisiaque.

Le Prophète saws mentionnait le Paradis pour encourager ses Compagnons à rester fermes dans leur foi. Selon un hadith Hasan sahih, le Messager d’Allah saws passait devant Yaasir, ’Ammar et Oum ’Ammar lorsqu’ils étaient torturés pour l’amour d’Allah et il disait : « Patience, famille de Yaasir, patience famille de Yaasir, car votre destination est le Paradis. » (Rapporté par al-Haakim, 3/383 ; c’est un hasan sahih. Voir Fiqh al-Seerah, ed. Al-Albani, p103)

Le Prophète saws avait l’habitude de dire aux Anssar : « Vous aurez à faire face à des personnes égoïstes après ma mort, alors ayez de la Patience jusqu’à ce que vous me rencontriez au Hawd (bassin - au Jour du Jugement). » (mêmes sources que ci-dessus). De la même manière, on devrait penser au sort des deux groupes (les croyants et les mécréants) dans la tombe, le rassemblement, le Jugement, les échelles de la justice, le pont au-dessus de l’enfer, et les autres événements de l’Au-Delà.

Le souvenir de la Mort protège les musulmans du retour en arrière et l’aide à respecter les limites établies par Allah de telle façon qu’il ne les transgresse pas. S’il sait que la mort est plus proche de lui que ses propres lacets et que son heure pourrait arriver à n’importe quel moment, comment peut-il se laisser déraper ou persévérer dans la déviance ? Ainsi le Prophète saws a dit : « Rappelez-vous toujours le destructeur du plaisir .  » (Rapporté par al-Tirmidhi, 2/50 ; classé parmi les hadiths sahih dans Irwa’ al Ghaleel, 3/145).

 

Situations où la fermeté est requise

Il y a plusieurs situations de ce type qui requièrent une discussion détaillée, mais nous ne sommes en mesure d’en faire qu’une liste non exhaustive.

Périodes d’épreuves et de malheur

Les épreuves et les malheurs peuvent être à l’origine du changement du cœur. Que ce soient des épreuves faciles ou ardues, seuls ceux qui ont beaucoup de compréhension et dont les cœurs sont remplis de foi peuvent rester fermes dans leur foi.

Parmi les différents types d’épreuves se trouvent :

  1. Le désir de la richesse. Allah dit : « Et parmi eux se trouvent ceux qui ont établi un pacte avec Allah (en disant) : ’S’Il nous accorde Sa Richesse, nous devons faire la charité et nous serons certainement parmi les justes. Alors Il leur donna Sa Richesse, et il devinrent avares, et se détournèrent, avec dégoût. » [al-Tawbah 9:75-76]
     
  2. Le goût du pouvoir et de l’autorité . « Et reste patiemment avec ceux qui appellent leur Seigneur matin et soir, recherchant Sa Face, et ne laisse par tes yeux les ignorer, et désirer le faste et le scintillement de la vie de ce monde ; et n’obéis pas à celui dont Nous avons rendu le cœur insensible à Notre Rappel, celui qui suit ses envies et dont les affaires (actions) sont perdues.  » [Al-Kahf 18 :28]
     
    Concernant le danger de ces types d’épreuves, le Prophète saws a dit : « Deux loups affamés envoyés contre un troupeau de moutons ne peuvent pas faire plus de dégâts que les dégâts faits à l’encontre de sa religion par l’avidité d’un homme pour la richesse et le pouvoir . » (Rapporté par l’Imam Ahmad dans al-Musnad, 3/460 ; voir aussi Sahih al-Jaami’, 5496). Cela signifie que le désir d’un homme pour la richesse et le pouvoir fera plus de dégâts à sa religion que les dégâts faits par deux loups à un troupeau de moutons.
     
  3. La convoitise envers l’épouse d’autrui. Allah dit : «  Vraiment parmi vos femmes et vos enfants se trouvent un ennemi pour vous (c’est-à-dire pourraient vous faire cesser d’obéir à Allah), c’est pourquoi prenez y garde !... » [al-Taghaabun 64 :14]
     
  4. L’amour immodéré des enfants. Le Prophète saws a dit : « Les enfants sont une cause de lâcheté, une cause d’avarice et une cause de chagrin. » (Rapporté par Abu Ya’laa, 2/305 - d’autres rapports corroborent cette version. Voir également Saheeh al-Jaami’, 7037).
     
  5. L’épreuve de la persécution, l’oppression et l’injustice. Allah a décrit cela dans les termes les plus clairs dans le Qur’an : « Que le peuple d’Uhud périsse, par le feu plein de combustible, cependant qu’ils étaient assis tout autour, ils étaient ainsi témoins de ce qu’ils faisaient des croyants ; à qui ils ne leur reprochaient que d’avoir cru en Allah, le Puissant, le Digne de Louange, ...  » [al-Burooj 85:4-9]
     
    Al-Bukhari a rapporté de Khabbaab (qu’Allah soit satisfait de lui) qu’il a dit : « Nous nous plaignions auprès du Messager d’Allah saws alors qu’il était allongé sur sa cape à l’ombre de la Ka’bah. Il saws a dit : « Parmi les gens qui étaient avant vous, il y avait un homme qui fut emmené et mis dans un trou afin d’être enterré vivant, alors une scie fut posée sur sa tête et il fut coupé en deux morceaux, et un peigne d’argent fut utilisé pour déchirer la chair de ses os, mais malgré tout il ne se détourna pas de sa religion. »(Rapporté par al-Bukhari, voir Fath al-Baari, 12/315).
     
  6. Le combat contre le Dajjal (« l’antéchrist »), qui est le plus grand combat de ce monde. Le Prophète saws a dit : « Ô les gens, il n’y a jamais eu aucune fitnah (discorde) sur la surface de la terre depuis qu’Allah a créé Adam plus grande que la discorde générée par le Dajjal... O esclaves d’Allah, o peuple, restez fermes dans votre foi, parce que je dois vous le décrire d’une manière qu’aucun Prophète avant moi ne l’a décrit ... » (Rapporté par Ibn Maajah, 2/1359 ; voir Saheeh al-Jaami’, 7752)

 

Conclusion

En ce qui concerne le cœur et les conflits dont il fait l’objet, le Prophète saws a dit : « Les cœurs sont exposés aux épreuves l’une après l’autre. Tout cœur qui leur succombe porte une tache noire, et tout cœur qui leur résiste devient d’une blancheur pure, jusqu’à ce que tous les cœurs soient d’un de ces deux types. Le cœur blanc est d’un blanc intense et ne sera endommagé par aucune épreuve aussi longtemps qu’existe la terre et le ciel, et le cœur noir est d’une noirceur intense et ne reconnaît pas le bien ou le mal, excepté ce qui convient à ses propres caprices et désirs.  » (Rapporté par l’imam Ahmad, 5/386, et par Muslim, 1/128- cette version a été racontée par Muslim)

La fermeté dans le jihaad

« Ô vous croyants ! Lorsque vous rencontrez une force (ennemie), restez fermes contre eux...  » [Al-Anfaal 8:45]. Un des péchés majeurs (kabaa’ir) dans notre religion est de fuir le champ de bataille. Lorsque le Prophète saws portait de la terre sur son dos et lorsqu’ils creusaient des tranchées (al khandaq), il répétait avec les croyants, « Rends nous fermes lorsque nous rencontrerons nos ennemis. » (Rapporté par al-Bukhari dans Kitaab al-Ghazawaat, Bab Ghazwat al-Khandaq. Voir al-Fath, 7/399)

La fermeté dans l’adhésion au manhaj (méthodologie du Qur’an et de la Sunna)

« Parmi les croyants se trouvent des hommes qui ont été véridiques dans leur contrat avec Allah[ c’est à dire, ils sont partis pour le jihad (le combat saint), et n’ont pas tourné les talons face aux mécréants], certains d’entre eux ont accompli leurs obligations (c’est à dire ils ont été des martyrs), et certains d’entre eux attendent encore, mais ils n’ont jamais changé [c’est à dire, ils n’ont jamais trahi le contrat qu’ils ont conclu avec Allah] le moins du monde.  » [al-Ahzaab 33:23]
Leurs principes leurs sont plus chers que leurs propres âmes et leur détermination ne connaît aucun compromis.

La fermeté au moment de la mort

Les mécréants et les personnes immorales ne connaissent pas la fermeté dans les moments les plus difficiles et les plus tendus , et ils ne peuvent pas prononcer la Shahada au moment de la mort - ce qui est un des signes d’une mauvaise fin. On a demandé à un homme, au moment de sa mort, de dire la illaha illa Allah et il commença à bouger sa tête de droite à gauche, il refusait de le dire. Une autre personne commença à dire , « c’est une pièce excellente, c’est une bonne affaire », lorsqu’il mourait. Une troisième commença à mentionner les noms de différentes pièces d’échecs, et un quatrième commença à fredonner des airs de chansons, ou à mentionner le nom d’une personne qu’il aimait. C’est parce que ces choses les distrayaient du rappel d’Allah dans ce monde.

Vous pouvez voir ces personnes avec des visages noircis, ou une odeur fétide, ou détournés de la Qiblah - la hawla wa la quwata illa billah (il n’y a aucune force ni puissance hormis d’Allah).

Mais les gens de la droiture, qui suivent la Sunna, sont aidés par Allah à rester fermes dans leur foi au moment de leur mort, et ainsi ils prononcent la Shahada. Vous pouvez les voir avec un visage radieux et exhalant un parfum agréable, ayant l’air d’entendre de bonnes nouvelles au moment où leurs âmes furent séparées de leurs corps.

Voici un exemple d’un de ceux qu’Allah à aidé à rester fermes au moment de sa mort. Son nom était Abu Zar’ah al Raazi, un des imams des érudits des hadiths :
« Abu Ja’far Mohammed ibn ’Ali Waraaq Abu Zar’ah a dit : nous étions avec Abu Za’rah à Sharaan, un des villages d’al-Riyy, lorsqu’il sentit la mort venir, et Abu Haatim, Ibn Waarah, al-Mundir ibn Shaadhan et d’autres étaient avec lui. Ils se rappelèrent le hadith, ’Dites à ceux qui sont mourants de prononcer la ilaha illa Allah’, mais ils étaient trop gênés pour dire à Abu Za’rah de le répéter. Ils dirent ’Mentionnons le hadith.’. Ibn Waarah dit :’Abu Aasim nous a dit que ’Abd al-Hameed ibn Ja’far nous a dit, de Saalih,’ et il commença à dire ’Ibn Abi...’ mais il ne continua pas. Alors Abu Haatim dit, ’Bundaar nous a dit qu’Abu ’Aasim nous a dit, de ’Abd al-Hameed ibn Ja’far, de Saalih...’ mais il ne put continuer et les autres demeurèrent silencieux. Alors Abu Zar’ah dit, bien qu’il fut en train de mourir, il ouvrit les yeux et dit : ’Bundaar nous a dit que Abu ’Aasim nous a dit que ’Abd al-Hameed nous a dit, de Salih ibn Abi Ghareeb de Katheer ibn Murrah de Mu’aadh ibn Jabal qui a dit : Le Messager d’Allah saws a dit, ’Quiconque prononce comme dernières paroles la ilaha illa Allah, entrera au Paradis.’ » Alors son âme partit, qu’Allah lui fasse miséricorde. » (Siyar A’laam al-Nubala’, 13/76-85).

Voici ceux de qui Allah dit : « Vraiment, ceux qui disent : ’Notre Seigneur est Allah (L’Unique),’ et qui ont été droits (qui ont suivi l’islam véridiquement), sur eux les anges descendront (au moment de leur mort) (en disant)  : ’N’ayez ni crainte ni affliction ! Mais recevez la bonne nouvelle du Paradis qui vous a été promise ! » [Fussilat 41 :30]

 

Ô Allah, fais que nous soyons parmi eux. Ô Allah, nous te demandons de nous faire adhérer à l’Islam avec détermination et sagesse. Et la fin de notre prière est : que les louanges soient à Allah, Seigneur des Mondes.

Traduction par Fatima B.


 


 Autres articles dans la rubrique Le Livre

Tous les articles


Sommaire | Archives | Le mag
TOUS DROITS RESERVES © 2001-2008 Aslim Taslam