Aslim Taslam

 

- N°73 Février 2009 -

Sommaire | Archives | Le mag

Initiatives

Format texte pour l'impression   Envoyer cet article à un ami
 

Au coeur de la manifestation

 

 

Samedi 27 décembre 2008, date à laquelle les bombardements israéliens s’abattent sur Gaza.

Gaza assiégée, Gaza emprisonnée, Gaza affamée, Gaza seule au monde. Plus les jours passent, plus l’horreur s’intensifie, le nombre de décès ne cesse d’augmenter, les scènes de massacre se multiplient au vue et au sue du monde entier... qui ne fait rien !

Comment est-ce possible de bombarder des hôpitaux, des écoles, des logements civils ? Ôter la vie à des enfants, des mères et des pères de famille sans aucune impunité, est-ce tolérable ?

Comment dénoncer ce crime de l’humanité si odieux ?

Nos foyers sont en pleurs, le sommeil est difficile à trouver face à tant d’horreur, à la vue de ces enfants amputés de leurs jambes, ces enfants au visage crispé de frayeur et de douleur, ces parents hurlant leur douleur de la perte de leur enfant ; le sentiment d’impuissance est très difficile à gérer et surtout, ce sentiment de révolte est intenable : pourquoi autant de haine, pourquoi autant d’acharnement à détruire, à massacrer un peuple et surtout, pourquoi laisse-t-on faire ce CARNAGE ????????

(JPEG)

Je reste perplexe face à l’inertie des gouvernements arabes : mais que font-ils donc pour défendre leurs frères et soeurs palestiniens opprimés ? ... à part se réunir pour débattre et encore débattre sans résultat concret.

Les manifestations d’indignation dans les divers pays du monde m’ont vraiment rassuré : le peuple manifeste sa souffrance face à la volonté d’exterminer les palestiniens. Il existe vraiment une compassion, une fraternité que je pensais anéantie devant ce silence assourdissant.

Nous sommes là, ô Gazaouis, vous êtes dans nos prières, nous souffrons autant que vous et nous sommes si peinés de ne rien pouvoir faire pour vous soulager.

Que faire ? Que faire ? Que faire ?

Des invocations ; des dons ; ... des actions symboliques comme manifester.

La manifestation étant un sujet divergeant (utile, pas utile, autorisé, non autorisé...), voici dans ce numéro d’Aslim Taslam l’avis de savants concernant le fait de manifester.

(JPEG)

En France, tous les week-end depuis le début des horreurs, des personnes se réunissent pour exprimer leur révolte devant tant d’injustice et dénoncer l’inacceptable. L’information est relayée via les mails, via les sms, via les publications dans le journal local.

Ce samedi 10 janvier, rendez-vous à 15h au centre-ville.

Premier week-end de soldes, le centre-ville est en effervescence, les gens affluent dans les boutiques à la recherche de l’affaire du siècle.

Notre préoccupation est toute autre : un peuple qui se meurt, un peuple qu’on assassine. Les manifestants se rassemblent, nombreux, très nombreux ; les messages sur leurs banderoles me font pleurer, les slogans criés, si vrais, me font vibrer.

Pas besoin d’être musulman pour participer à cette manifestation : être humain, détester l’injustice et la dénoncer, s’indigner contre l’inacceptable, voici ce qui explique la diversité des personnes ayant participé à cette marche symbolique.

 

Ô Allah ! Nous implorons Ta miséricorde. Pardonne-nous notre faiblesse, notre impuissance et notre humiliation, Ô Le plus Miséricordieux des Miséricordieux !
Amine

Allah ! Assiste nos frères par Ton secours, extrais cette Communauté des calamités qui s’abattent sur elle et donne leur une victoire éclatante.
Amine

Ô Allah ! Rabaisse et humilie leurs ennemis, renvoie les stratagèmes des manipulateurs contre eux-mêmes.
Amine


 

Yamina H.
Du même auteur...


 Autres articles dans la rubrique Initiatives

Tous les articles


Sommaire | Archives | Le mag
TOUS DROITS RESERVES © 2001-2008 Aslim Taslam