Aslim Taslam

 

- N°74 Mars 2009 -

Sommaire | Archives | Le mag

Jeune et Musulman

Format texte pour l'impression   Envoyer cet article à un ami
 

J’ai 20 ans

 

 

(JPEG) J’ai 20 ans, dans le salon, des étrangers sont venus nous rendre visite. D’ici quelques jours inshallah je serais mariée, j’espère que je vais lui plaire.
J’ai 20 ans, je fais mes bagages pour aller vivre avec lui, il a trouvé un travail en France.

Algérie mon pays, tu vas me manquer.

J’ai 20 ans et je prépare un thé car il va rentrer du travail, je l’ai attendu toute la journée car je me sens un peu seule dans cette pièce.

J’ai 21 ans, elle fait ses premiers pas et nous sommes fiers de vêtir nos plus beaux vêtements pour poser devant le photographe.

J’ai 22 ans et je prépare 2 biberons, il s’appellera Salah, comme mon papa.

J’ai 23 ans, je connais par cœur cette cuisine, tous les jours je prépare à manger pour nos 3 enfants et mon mari. Je le fais avec amour, même si parfois je suis débordée, alors je n’ai jamais le temps de sortir.

J’ai 25 ans et j’aime mes 4 enfants.

J’ai 30 ans, nous avons trouvé une petite maison pour nous et nos 7 enfants.

Tous les matins je me lève tôt, je dois être parfaite lorsqu’ils prennent leur petits déjeuners. Je veux que mes enfants travaillent bien à l’école, c’est pourquoi tous les matins je prépare leur sac avec amour même si parfois j’appréhende la journée car je vais être seule.

Tous les matins la cafetière siffle, je lui prépare son thermos.

J’ai 40 ans, je prépare toujours le thermos de café.

J’ai 40 ans et des étrangers sont venus nous rendre visite. D’ici quelques jours, elle sera mariée, j’espère qu’elle va lui plaire. Elle a 20 ans, elle fait ses bagages pour aller vivre avec lui.

J’ai 50 ans, je connais les moindres recoins et bruits de cette maison, elle est vide sans eux.

J’ai 50 ans... mes cheveux prennent une couleur cendrée, des rides se dessinent sur mon visage, lorsque je souris dans le miroir, j’ai changé. A 20 ans, j’étais brune et ma peau était aussi douce que la pêche.

J’ai 60 ans, cela fait 40 ans que je me lève à 7h00. 40 ans que je fais le ménage, 40 ans que je pense à mes enfants. Je suis heureuse, ils sont grands maintenant.

Maintenant, à 65 ans, je tricote la journée, car ils sont grands maintenant. Je tricote car mon dos s’est courbé et il me fait mal parfois. Et puis je n’ai qu’une envie, rester sous la couette devant la télévision, un chocolat chaud qui fume. J’ai souvent froid maintenant.

Le téléphone est proche de moi, mon cœur bats la chamade lorsqu’il sonne !!! Je suis heureuse de parler à mes petits-enfants.

 

Vous comprenez pourquoi :

Quand je hurle en m’exprimant, c’est pour qu’ils m’entendent. Ils ont tellement l’habitude de me voir dans la cuisine, que je suis devenue comme la télévision : un bruit de fond.

Quand elle sort avec ses copines, au bout de 5 minutes je l’appelle, c’est parce qu’elle me manque déjà, elle pense que je ne la laisse pas vivre.

Quand je la gronde lorsqu’elle ne m’a pas prévenue qu’elle aurait du retard, pourtant chaque seconde je me suis inquiétée, pensant au pire malheurs, en vérité c’est parce que je l’aime.

Quand je baisse la tête lorsque ma fille me dit : « Mais tu comprends jamais rien. » J’ai juste envie de lui dire que je l’aime.

 

Vous vous souvenez, j’avais 20 ans...

 

« Ton Seigneur en a décidé ainsi : Que vous n’adoriez que Lui et de traiter les deux géniteurs avec bienveillance. Si l’un d’eux ou tous deux atteignent chez toi la vieillesse, ne leur dis pas « ouf », ne leur réponds pas avec brutalité et tiens-leur un langage généreux.
Baisse pour eux l’aile de l’humilité par miséricorde et dis : « Seigneur ! Aie-les en Ta clémence comme ils m’ont élevé enfant. »
 »
Sourate 17, Al-Isra (Le voyage nocturne), versets 23-24

 

Ô Allah ! Aide nous à combattre les tentations de ce bas-monde et Donne nous la crainte de ne jamais blesser nos géniteurs,

Pardonne-nous de l’ingratitude et de notre mauvais comportement envers nos pères et mères,

Adoucit nos coeurs afin que nous leur tenons un langage comme tu voudrais que nous leur tenons,

Amine


 

Nora H.
Du même auteur...


 Autres articles dans la rubrique Jeune et Musulman

Tous les articles


Sommaire | Archives | Le mag
TOUS DROITS RESERVES © 2001-2008 Aslim Taslam