Aslim Taslam

 

- N°9 Septembre 2001 -- N°65 Mai 2008 -

Sommaire | Archives | Le mag

Droit

Format texte pour l'impression   Envoyer cet article à un ami
 

Prison et religion

 

S’agissant de l’organisation de la pratique religieuse dans les prisons françaises, le code de procédure pénale, article D.432, prévoit expressément la possibilité pour chaque détenu de satisfaire ses exigences de vie religieuse, morale ou spirituelle. Le détenu peut ainsi participer aux offices ou réunions organisés par les personnes agréées à cet effet.
 

 

I Le droit du détenu à une vie spirituelle.

Ce droit figure expressément dans le code de procédure pénale, il garantit l’accès de tout détenu à une vie religieuse pendant la durée de son incarcération. Il s’exerce de la sorte : la loi prévoit que chaque détenu doit être informé lors de son arrivée en détention de sa possibilité de recevoir la visite de l’aumônier et d’assister aux offices religieux. Le nom des détenus arrivants qui ont manifesté leur volonté de pratiquer leur religion est ensuite transmis à l’aumônier. Dès lors, le détenu pourra s’entretenir régulièrement avec l’aumônier dans un bureau ou un parloir en dehors de la présence d’un membre de l’administration pénitentiaire. La confidentialité des propos échangés est ainsi préservée ; de même les correspondances écrites entre détenus et aumôniers ne peuvent être lues par un surveillant. En outre, les détenus sont autorisés à recevoir ou à conserver en leur possession les objets de pratique religieuse et les livres nécessaires à leur vie spirituelle.
Ce droit du détenu à une vie spirituelle s’exerce également à travers la présence d’aumônier, c’est-à-dire de religieux représentants les différents cultes. Historiquement très présents dans les prisons, les religieux y sont globalement bien acceptés tant qu’ils se limitent à un rôle spirituel. Les aumôniers fixent en accord avec le chef d’établissement, les jours et heures des offices qui sont ouverts aux détenus. En principe, le détenu ne peut donc se voir refuser l’accès à cet office.

II Le rôle des aumôniers en milieu carcéral.

Ce rôle est défini par l’article D.434 : "[Les aumôniers] ont pour mission de célébrer les offices religieux, d’administrer les sacrements et d’apporter aux détenus une assistance pastorale".
Le code précise « qu’ils ne doivent exercer qu’un rôle spirituel et moral » afin d’éviter tout prosélytisme. En pratique, les aumôniers constituent souvent une oreille attentive et bienveillante, et sont fréquemment sollicités pour des conseils par les détenus. Ils peuvent être assistés dans leur mission par des auxiliaires bénévoles d’aumônerie agréés par le directeur régional des services pénitentiaires après avis du préfet et de l’autorité religieuse compétente. Ces auxiliaires bénévoles peuvent organiser et animer des groupes de réflexion, d’étude et de prières. En revanche, ils ne peuvent pas s’entretenir individuellement avec les détenus. Les aumôniers et les bénévoles doivent scrupuleusement respecter les dispositions du code de procédure pénale et du règlement intérieur, sans quoi, ils se verraient retirer leur agrément. Partenaires discrets et dérangeants de l’administration pénitentiaire, témoins privilégiés de la vie carcérale, les aumôniers de prison revendiquent leur rôle à la fois "inutile et vital" qui est de "signifier la dignité des personnes incarcérées, quel que soit le crime qu’elles ont commis".
Certains aumôniers sont parfois témoins d’abus. Toutefois, la plupart se taisent pour préserver leur action en prison et sauvegarder l’efficacité de leur travail spirituel auprès des détenus. Ils ne sont pas autorisés à se substituer aux travailleurs sociaux, ni à se soucier des problèmes rencontrés par les détenus, c’est à cette condition que les aumôniers sont tolérés en prison.

En janvier 2000, on comptabilisait 635 aumôniers de prison dont 294 sont indemnisés par l’administration pénitentiaire, 341 sont bénévoles, à cela s’ajoute 190 auxiliaires bénévoles. Ils se répartissent entre les différents cultes de la façon suivante : 458 catholiques, 240 protestants, 72 israélites, 44 musulmans, 3 orthodoxes et 2 bouddhistes.

Sabrina L.


 


 Autres articles dans la rubrique Droit

Tous les articles


Sommaire | Archives | Le mag
TOUS DROITS RESERVES © 2001-2008 Aslim Taslam