Aslim Taslam

 

- N°75 Avril 2009 -

Sommaire | Archives | Le mag

Santé

Format texte pour l'impression   Envoyer cet article à un ami
 

L’huile aux trésors

 

(JPEG)

« C’est Lui qui, du ciel, a fait descendre de l’eau qui vous sert de boisson et grâce à laquelle poussent des plantes dont vous nourrissez vos troupeaux. D’elle, Il fait pousser pour vous, les cultures, les oliviers, les palmiers, les vignes et aussi toutes sortes de fruits. Voilà bien là une preuve pour des gens qui réfléchissent. »
Sourate 16, An-Nahl (Les abeilles), versets 10-11

 

Qu’est ce que l’arganier ?

L’arganier est un arbre du Maroc qui peut vivre entre 150 et 200 ans. Cet arbre qui offre de jolies fleurs blanches en mi-juin produit un bois très dur, que l’on appelle "le bois de fer" et qui sert essentiellement au chauffage.(JPEG)

Le fruit de l’arganier fait environ 3 cm de long et devient jaune brun lorsqu’il arrive à maturité. A l’intérieur se trouve la noix de l’arganier, très dure, qui contient 2-3 amandons. Chaque arganier en produit autour de 8 à 30 kilos par an ce qui explique en partie sa rareté et son prix.

 

Ses feuilles plaisent aux chameaux et aux chèvres qui les mangent avec plaisir.

(JPEG)

De cet arbre qui pousse exclusivement dans le sud-ouest marocain (le Souss), les populations locales ont de tout temps tiré des ressources multiples. Du bois à l’huile d’argan cosmétique ou culinaire extraite de ses amandons, en passant par son feuillage ou la pulpe de ses fruits, toutes les parties de l’arganier ont une utilité.

 

SON HISTOIRE

(JPEG) La présence de l’arganier au Maroc remonte à l’époque tertiaire. Des chercheurs ont montré que celui-ci existait déjà quand le Maroc était rattaché aux Canaries, c’est-à-dire avant les mouvements dus à la tectonique des plaques. Plus récemment, au Xe siècle, les Phéniciens ont utilisé l’huile d’argan dans leurs lampes pour s’éclairer. Aujourd’hui, cet arbre séculaire dont l’exploitation représente de réels enjeux est devenu l’emblème des régions du sud. Mais sa surexploitation représente un réel danger pour sa pérennité.

Durant la première guerre mondiale, l’arganeraie a été massivement déboisée pour fabriquer un charbon de bois d’excellente qualité qui était exporté à travers l’Europe du sud, notamment en Espagne et au Portugal.
Conscientes du danger qu’entraînerait une destruction massive de ces arganiers pour les populations locales, les autorités marocaines promulguèrent en 1925 un Dahir [1] régissant les droits d’exploitation des arganiers. En 1998 L’UNESCO et l’Etat marocain ont classé l’arganeraie marocaine "Réserve de biosphère" [2]

Depuis quelques années l’arganier produit une huile qui connaît un succès sans égal en Europe et suscite l’intérêt des laboratoires.

 

L’HUILE PROVIDENCE

Il existe deux types d’huile d’argan : l’une est alimentaire et l’autre est dite "cosmétique".

Sa texture fine, sa saveur de noisette grillée et sa couleur brune due à la torréfaction des amandons en font une composante incontournable de nombreux plats traditionnels tels que les salades, couscous, tagines... Celle-ci peut être consommée fraîche, légèrement chauffée mais ne peut en aucun cas être utilisée pour les fritures.
Dans le sud du Maroc, les berbères consomment également l’huile argane sous la forme d’une pâte à tartiner appelée Amlou. Elle est composée d’huile d’argan, d’amandes et de miel et est servie lors du petit-déjeuner ou en accompagnement des repas. C’est un fortifiant qui était souvent consommé par les tribus berbères qui s’apprêtaient à effectuer la traversée du désert.

(JPEG)

Les bienfaits diététiques :

Selon les résultats de recherches scientifiques, l’huile d’argan a des propriétés nutritives et diététiques supérieures à celles de l’huile d’olive extra vierge. En effet, sa teneur en acides gras insaturés (80%) en fait une huile de type oléique-linoléique. L’acide oléique-linoléique qui la compose est dit essentiel car il ne peut donc être synthétisé par le corps humain et doit donc être apporté par le biais de l’alimentation.
Par ailleurs, des spécialistes ont montré que la teneur de l’huile d’argan en acide oléique jouait un rôle important dans la réduction du taux de cholestérol dans le sang et permettait de réduire les risques de maladies cardio-vasculaires.

D’après des publications scientifiques, elle permet :

-  La stabilité de l’hypercholestérolémie.
-  Stimule les cellules cérébrales et le fonctionnement du foie.
-  De réduire l’hypertension.
-  La protection du tissu conjonctif. [3]

Si ses vertus diététiques sont de plus en plus appréciées, il ne faut pas oublier que se sont ses qualités cosmétiques qui l’ont rendu si célèbre et si prisée.

 

L’HUILE D’ARGANE UNE HISTOIRE DE FEMMES...

Les femmes berbères du sud-ouest marocain utilisent l’huile d’Argan depuis des millénaires comme soin de beauté pour le visage, le corps et les cheveux.(JPEG)

 

Véritable trésor de la nature, cette huile de couleur miel est gorgée d’acides gras essentiels (Vitamine E), antioxydants recommandés pour prévenir le dessèchement prématuré de la peau, elle combat le vieillissement cutané naturel et redonne à la peau son éclat en améliorant son hydratation, recommandée aussi pour régénérer les épidermes fatigués.

C’est pourquoi elle est employée par les femmes de cette région pour le massage des nourrissons, le traitement de la varicelle chez l’enfant et de l’acné juvénile, la prévention des vergetures pendant la grossesse et le soin des ongles cassants.

(JPEG)

L’arganier est profondément ancré dans la vie quotidienne des populations du Souss. Ces dernières le considèrent comme une providence du ciel.

Conseils pour un bon achat d’huile d’argan.

(JPEG)

Le succès grandissant de l’huile d’argan étant là, beaucoup de commerçants se positionnent sur ce marché. Devant la diversité des offres les fausses huiles d’argan sont commercialisées. Voici quelques conseils pour vous aider à acheter votre huile d’argan au bon prix et pour un bon produit.

-  1. Toujours Vérifier la provenance ! Hé oui, l’huile d’argan ne peut venir que du Maroc puisque l’arganier ne pousse que là-bas, donc les bouteilles d’huile d’argan sans indication géographique... A bannir...

-  2. Éviter les produits industriels ou mixtes. Fuyez toutes les productions des labos cosmétiques qui mélangent l’huile d’argane naturelle avec d’autres composants et vous proposent ensuite ces "produits" à la vente.

-  3. Rappelons que l’huile d’argan cosmétique n’a pas une odeur aussi prononcée que l’huile alimentaire car elle n’a pas été torréfiée.

-  4. Bien regarder la couleur de l’huile. Si la couleur est trop brune ou l’odeur trop forte, c’est que la torréfaction a été mal faite et que les amandons ont été trop chauffés. D’où une perte des bénéfices diététiques de l’huile d’argan alimentaire. Il y a pas mal d’arnaques à l’huile d’argan, un bon moyen de les éviter est d’acheter des huiles dont le processus de production et la qualité ont été testés par un organisme extérieur, ce qui permet au producteur d’apposer son label sur l’étiquette (on peut citer par exemple le label Ecocert, Pranarom certifié Bio, ou encore AB). Attention, la production d’huile d’argan reste artisanale et se structure. La majorité des produits sont donc excellents et pourtant sans labels. Dans ce cas les conseils d’achat précédents vous aideront à choisir la bonne huile d’argan.

-  6. Le marketing. Les grandes marques se mettent aussi à l’huile d’argan (on ne parle pas ici des labos cosmétiques mais des marques d’huile ou des magasins spécialisés). C’est souvent une garantie de qualité mais c’est aussi parfois un prix qui grimpe en raison de l’emballage et de la publicité. Comparez donc bien les prix de l’huile d’argan et le produit avant d’acheter pour voir si le prix de vente est justifié.

-  7. Se méfier des prix trop bas,l’huile d’argan coûte cher. On est donc au moment d’acheter l’huile d’argan, naturellement à l’écoute des offres alléchantes ou des bons plans qui proposent des prix attractifs et se propagent notamment sur les sites d’enchères ou certains sites internet. Pour les sites d’enchères, on les déconseille fortement. Concernant les sites internet, vérifiez que le site indique une adresse physique avec un numéro de siret. Si il y a un numéro de téléphone n’hésitez pas à appeler pour avoir des renseignements.

-  8. Relativiser le prix. Oui, l’huile d’argan est chère. Son utilisation actuelle est surtout cosmétique. Dans ce cadre elle n’est pas si chère que cela. Mesdames, vous connaissez le prix exhorbitant de vos crèmes et autres soins de beauté. L’huile d’argan se situe finalement dans la moyenne des prix.
Les prix sont disparates car c’est un marché encore assez récent en France et il n’y a pas de standards de prix de vente en la matière. Il y a surtout beaucoup de produits et de contenances différentes. L’huile d’argan alimentaire étant très peu répandue sur le marché, on parlera ici du prix de l’huile d’argan cosmétique.

Il tourne en moyenne autour de 12 à 20 € les 100 ml.

Qu’est ce qui justifie cette différence de prix de l’huile d’argan ? Le produit, sa qualité, son emballage...

D’où la création de la liste ci-dessus pour vous aider à faire le bon choix.



[1] Un Dahir est un Décret royal, celui de 1925 instaure un droit coutumier permettant aux habitants d’user de l’arganier.

[2] Les réserves de biosphère sont des aires portant sur des écosystèmes terrestres et côtiers/marins qui visent à promovoir des solutions pour réconcilier la conservation de la biodiversité avec son utilisation durable. Elles sont reconnues sur le plan international, proposées par les gouvernements nationaux et restent sous la seule souveraineté de l’État sur le territoire duquel elles sont situées. Elles constituent en quelque sorte des laboratoires vivants d’étude et de démonstration de la gestion intégrée des terres, de l’eau et de la biodiversité.

[3] Le tissu conjonctif est un tissu de soutien relativement solide et plus ou moins fibreux dont le rôle consiste à protéger les organes qu’il entoure. Il est très répandu dans l’organisme, on en trouve, notamment sous la peau (tissu conjonctif sous-cutané), entre les masses musculaires, dans le chorion et la sous-muqueuse du tube digestif, dans le chorion des voies respiratoires, des voies génitales et urinaires...

 

Zoubeida E.
Du même auteur...


 Autres articles dans la rubrique Santé

Tous les articles


Sommaire | Archives | Le mag
TOUS DROITS RESERVES © 2001-2008 Aslim Taslam