Aslim Taslam

 

- N°76 Mai 2009 -

Sommaire | Archives | Le mag

Perspectives

Format texte pour l'impression   Envoyer cet article à un ami
 

La fin d’une vie, l’immortalité d’un message.

 

Nous revivons à travers ce récit émouvant les derniers instants de l’homme qui a marqué l’Histoire de l’humanité. Au crépuscule de sa vie, tolérance et amour sont restés les maitres-mots de son enseignement.

 

(JPEG) Le Prophète saws avait 63 ans, il était bien fatigué et avait beaucoup donné ! Il avait traversé tellement d’épreuves : il avait été orphelin, il avait perdu son père, sa mère, son grand-père, son oncle, 7 de ses enfants étaient morts (4 filles et 3 garçons), [1] deux de ses filles lui avaient été renvoyées, divorcées des fils d’Abou Jahl, avec lesquels elles avaient été mariées avant la révélation.
Il avait été frappé, insulté de tous les noms, rejeté par 26 tribus auxquelles il avait proposé une alliance, la femme qui avait partagé 25 ans de sa vie et avait été pour lui un soutien considérable était morte (Khadija que dieu l’agrée).
Son honneur était entaché pendant un mois avec l’histoire (fausse) de la trahison d’Aïcha, il avait mené près de 29 batailles en 8 ans, à 55 ans passés il vivait toujours dans des conditions d’extrême dureté à cause de l’environnement hostile, la chaleur et les longs trajets dans le désert d’Arabie !
Il avait été blessé à la tête d’un coup d’épée qui avait cassé son casque faisant pénétrer son bout métallique dans sa joue... (Tout cela pour que tu deviennes musulman(e))...
Tout cela fit qu’à 63 ans, il n’était plus capable d’accomplir les prières surérogatoires debout et les accomplissait donc assis. Lorsqu’on lui demanda : « Tu pries assis ? Qu’as-tu ya rassoul’Allah ? », il répondit : « Je me suis fatigué à force de me soucier des gens. »

Omar (radiyallaho ’anho) lui dit : « Tu as des cheveux blancs ô messager d’Allah ! » .
Il lui répondit : « Houd m’a fait vieillir ! » (Il s’agit d’une partie du verset 112 de la sourate 11 Houd qui dit : "demeure sur le droit chemin comme il t’est commandé...")

Cette année là, il sortit pour le pèlerinage d’adieu et répéta : « Ô gens ! Prenez de moi (en me regardant pour m’imiter) vos actes de dévotion, peut-être que vous ne me trouverez pas à cet endroit après cette année ! »

Puis a été révélé le verset :

« J’ai parachevé pour vous votre religion, et accompli sur vous Mon bienfait. Et j’agrée l’Islam comme religion pour vous »
Sourate 5, Al Maida (La table servie), verset 3

Les gens furent heureux en apprenant ce verset sauf Abou-Bakr qui pleura ! Lorsqu’on lui demanda ce qui le faisait pleurer, il répondit : « C’est l’annonce de la mort du Prophète saws ! C’est le faire-part du décès du Prophète saws ! »
[En effet, Abou Bakr avait du discernement, si la religion était parachevée et le message fini, la mission du prophète saws était arrivée à son terme et donc son existence sur terre aussi !]

Puis le Prophète saws tomba gravement malade pendant treize jours... Neuf jours avant sa mort, le dernier verset est révélé :

« Et craignez le jour où vous serez ramenés vers Allah. Alors chaque âme sera pleinement rétribuée de ce qu’elle aura acquis.Et ils ne seront point lésés »
Sourate 2, Al Baqarah (La vache), verset 281

Huit jours avant sa mort, il dit : « Mes frères d’Ohod (les martyrs) me manquent ! Je veux leur rendre visite. » Il alla les voir et leur dit : « Assalam aleykoum martyrs d’Ohod ! Vous êtes les précurseurs et je suis, inch’Allah, le suivant. »

Sur le chemin du retour, il se mit à pleurer, et ses compagnons lui demandèrent : « Qu’est-ce qui te fait pleurer ya rassoul’Allah ? » Il répondit : « Mes frères me manquent ! » On lui dit alors : « Ne sommes-nous pas tes frères ? » Il dit : « Non ! Vous êtes mes compagnons ! Mes frères sont des gens qui viendront après moi, croiront en moi alors qu’ils ne m’ont pas vu ! »

Puis son état de santé s’aggrava.

Il rassembla alors ses épouses, chez Maymouna, et leur dit : « M’autorisez-vous à me faire soigner chez Aïcha ? »

Il souhaitait passer les jours de sa convalescence chez Aïcha, ce qui veut dire qu’il ne pourrait pas voir ses autres épouses aux jours habituels, puisque chaque épouse avait son jour.

Elles l’autorisèrent à aller chez Aïcha... Il voulut alors se lever, mais n’y parvint pas ! Vinrent alors Ali et Al Fadl pour le soutenir et l’aider à se déplacer jusqu’à chez Aïcha. Les gens virent dans quel état était le Prophète saws. Inquiets, ils se rassemblèrent dans la mosquée sans boire ni manger et attendirent des nouvelles.

Le Prophète saws une fois chez Aicha essuya la sueur de sur son front et dit : « La ilaha illa Lah ! Certes la mort a ses moments d’agonie. »

Puis il demanda : « Qu’est-ce que ce bruit ? » (Le bruit venait de la mosquée car sa maison n’était séparée de la mosquée que par une porte avec un rideau). On lui dit alors : « Les gens se sont rassemblés, ils ont peur pour toi. » Il dit : « Emmenez-moi à eux ! »

Une fois à la mosquée, il dit : « Ô gens ! On dirait que vous avez peur pour moi ? » Ils répondirent : « Oui ! Ô messager d’Allah ! » Il répliqua : « Ô gens ! Mon rendez-vous avec vous n’est pas ici-bas ! Mon rendez-vous avec vous est aux abords du bassin (le jour du jugement dernier) !

Par Allah ! C’est comme si je le voyais de là où je suis ! Ô gens ! Par Allah ! Je ne crains pas la pauvreté pour vous ! Mais (bien au contraire), je crains pour vous (les mondanités de) la vie d’ici-bas ! (Je crains) que vous vous la disputiez comme ceux qui vous ont précédés, et qu’elle vous fasse périr comme elle les a fait périr ! _Ô gens ! Je vous recommande de prendre soin de vos femmes ! Je vous recommande de prendre soin de vos femmes ! Ô gens ! Je vous en conjure pour la prière ! (Ne l’abandonnez pas !)
Ô gens ! Si j’ai fouetté (injustement) le dos de quelqu’un (d’entre vous) voici mon dos, qu’il vienne me rendre la pareille !
Si j’ai souillé l’honneur (ou réputation) de quelqu’un, voici mon honneur qu’il me rende la pareille !
Si j’ai pris de l’argent à quelqu’un, voici mon argent qu’il me le reprenne et qu’il ne craigne pas la rancune, elle n’est pas dans ma nature ! Jusqu’à ce que je retrouve Allah avec une âme saine et pure.
 »

Puis il a dit : « Ô gens ! Allah a proposé à un serviteur de choisir entre la vie d’ici-bas et la rencontre d’Allah et il a choisit la rencontre d’Allah ! [Seul Abou bakr comprit que le serviteur dont il parlait était lui-même, alors il se leva, et dit au Prophète : « je sacrifie tout mon avoir pour toi ! Je sacrifie mon père pour toi ! Je sacrifie ma mère pour toi ! Je sacrifie mon enfant pour toi ! »

Les gens ont regardé Abou bakr avec désapprobation et réprimande (car il avait interrompu le Prophète saws (ce qui était un véritable sacrilège !). D’ailleurs les compagnons, dans les récits, utilisaient tous la même image pour décrire à quel point ils étaient attentifs lorsque le Prophète saws commençait un prêche : « Nous l’écoutions (et nous ne bougions pas) comme si nous avions (chacun) un oiseau sur la tête (et que nous craignions qu’il ne s’envolât, effrayé, si nous bougions). » Le Prophète saws leur dit : « Ô gens ! Laissez Abou bakr ! (Ne le réprimandez pas !) Par Allah ! Aucun d’entre vous ne nous a rendu service sans qu’on l’ait récompensé ! Sauf Abou bakr ! Je n’ai pas pu le récompenser, alors j’ai laissé sa récompense à Dieu ! »

Puis, il leva les mains et fit des invocations : « Qu’Allah vous mette à l’abri ! Qu’Allah vous assiste ! Qu’Allah vous honore ! Qu’Allah vous préserve ! Qu’Allah vous consolide ! Ô gens ! Passez mon salam à quiconque me suivra de ma oumma jusqu’au jour du jugement dernier ! »

Puis, le Prophète saws retourna chez lui, sa douleur s’intensifia. Il s’allongea tellement il était épuisé. Il vit dans la bouche de son beau-frère, Abdel-Rahmane ben Abou Bakr, un ’siwak’ mais il fut incapable de le lui demander. Aïcha, avec sa bienveillance, vit sur quoi le regard du Prophète saws était tombé, alors elle retira le siwak de la bouche de son frère et le mit dans la bouche du Prophète saws (par l’autre bout), mais il fut incapable de se frotter les dents avec car celui-ci était dur et le Prophète saws agonisait. Donc Aïcha reprit le siwak et le mit dans sa bouche, à elle, pour le mouiller et le rendre moins dur, puis elle le remit dans la bouche du Prophète saws. [Elle s’en souviendra et dira que ce fut un honneur pour elle que ce soit sa salive qui entre en dernier dans la bouche du Prophète saws juste avant sa mort].

Le Prophète saws demanda qu’on le laisse seul avec Aïcha, qui vint à côté de lui, et il posa sa tête sur la poitrine de sa femme. [Quelle scène magnifique ! Le Prophète saws de l’humanité mourut dans les bras de sa femme ? Oui ! Il ne mourut pas l’épée à la main en martyr, et Dieu sait que cette mort est belle, ni en lisant le Coran, et Dieu sait que cette mort est belle, ni en priant, et Dieu sait que cette mort est belle ! Non ! Il mourut dans les bras de sa femme ! Tout un symbole ! Un honneur pour la femme musulmane et un message]

Cela montre aussi toute l’affection et l’amour qu’il y avait dans ce couple. Puis, il leva la main et dit : « Plutôt la compagnie du Très Haut ! Plutôt la compagnie du Très Haut ! »

En fait, ce qui se passa, c’est que Jibril entra et salua le Prophète saws : « Assalam aleyk ya rassoul’Allah ! » Et le Prophète saws répondit : « Wa ’aleyk Salam ya Jibril ! » (Aicha entendit le Prophète saws répondre et comprit que Jibril était présent).

Puis, Jibril dit au Prophète saws : « L’ange de la mort est à la porte, il demande l’autorisation d’entrer et il ne la demandera à personne après toi. » Le Prophète saws lui dit : « Autorise-le à entrer ya Jibril ! » (Aicha entendit cela aussi et elle comprit que l’ange de la mort était présent).

L’ange de la mort entra et dit : « Assalam aleyk ya rassoul’Allah ! Allah m’a envoyé te proposer de choisir entre la vie ici-bas et la rencontre avec Allah. » Malgré l’agonie, le Prophète saws leva la main et dit : « Plutôt la compagnie du Très Haut ! Plutôt la compagnie du Très Haut ! »

L’ange de la mort vint alors à côté de la tête du Prophète saws et dit : « Ô toi, bon esprit ! Esprit de Mohamed ben Abdallah ! Sors vers l’agrément et les bonnes grâces d’un Dieu satisfait non fâché (contre toi) ! »

La main du Prophète saws tomba ! Et sa tête devint lourde dans les bras de Aïcha. Elle raconta : « Je sus qu’il était mort mais je ne savais pas quoi faire ! Alors j’écartais le rideau qui séparait ma maison de la mosquée, [Seul le Prophète saws empruntait cette issue qui donnait sur la mosquée, à chaque fois que le rideau était écarté les gens voyaient apparaître le Prophète saws mais pas cette fois-ci...] j’entrais chez les hommes réunis à la mosquée et je criai : Le Prophète est mort ! Le Prophète est mort ! Toute la mosquée éclata en sanglots et aucun d’eux ne trouva la force de se lever de sa place ! »

Le Prophète saws est mort ! Le Prophète saws est mort ! Il a été mis en terre et couvert de terre...

Abdel Aziz ibn h wazir

 

Louange à Allah, Bienfaiteur Miséricordieux qui nous a fait don de Mohammad Ibn Abdullah, l’ultime envoyé.


Quelques modifications linguistiques ont été faites par rapport au texte original.


[1] Seule Fatima survécut au Prophète saws

 

Zoubeida E.
Du même auteur...


 Autres articles dans la rubrique Perspectives

Tous les articles


Sommaire | Archives | Le mag
TOUS DROITS RESERVES © 2001-2008 Aslim Taslam